mignardise

mignardise

n.f.
1. Œillet vivace à petites fleurs très odorantes (on dit aussi un œillet mignardise).
2. (Surtout au pl.) Petite pâtisserie servie en assortiment à la fin d'un repas.
3. Litt. Manque de naturel : Les mignardises d'une présentatrice minauderie, simagrée

MIGNARDISE

(mi-gnar-di-z') s. f.
Qualité de ce qui est mignard, délicat. La mignardise de son visage, de ses traits.
Toutes ces sortes de pieds et de mesures [pyrrhiques, trochées, bons pour la danse] n'ont qu'une certaine mignardise et un petit agrément [BOILEAU, Longin, Sublime, 33]
Affectation de gentillesse, de délicatesse.
Les mignardises, s'il est permis de parler ainsi d'un style chargé d'ornements, de pensées brillantes, d'antithèses et de pointes [ROLLIN, Hist. anc. Œuvr. t. XI, 2e part. p. 730, dans POUGENS.]
Une mignardise que réprouvent également et les artistes et les amateurs et les gens de goût, c'est qu'en riant elle [une femme dans un portrait] montre les dents [BACHAUMONT, Mém. secr. t. XXXVI, p. 352]
Elle affecte des poses languissantes ou maladives qui ne l'empêchent pas de déjeuner à la fourchette ; et toutes ces mignardises mélancoliques me sont insupportables [CH. DE BERN., Un acte de vertu, § VIII]
Terme de peinture. Défaut des ouvrages dans lesquels le soin est porté à l'excès et qui paraissent peu naturels.
J'aime mieux la rusticité que la mignardise, et je donnerais dix Watteau pour un Teniers [DIDER., Pensées sur la peint. Œuv. t. XV, p. 167, dans POUGENS.]
Au pluriel, il signifie quelquefois manières, paroles caressantes.
Cette lettre [de D. Gervaise] était un tissu d'ordures, avec de basses mignardises de moine raffolé et débordé à faire trembler les plus abandonnés [SAINT-SIMON, 61, 31]
Espèce de petits œillets dont on garnit les plates-bandes des jardins, dianthus plumarius, L. ; on en fait aussi des bordures. Planter de la mignardise. Mignardise des prés, dianthus superbus, L.
Espèce de soutache enjolivée qui sert à garnir les robes, les vêtements, etc.

HISTORIQUE

  • XVIe s.
    Il suffit qu'on y puisse cognoistre le bon esprit et entendement de l'architecte, et que ses inventions y soient plus louables que la mignardise.... [PHILIBERT DELORME, De l'architecture, I, 11]
    Le duc de Maienne receut tout à la fois deux grandes commoditez, l'une les vivres et mignardises de l'isle d'Oleron, qui est un terroir plein de delices.... [D'AUB., Hist. II, 303]
    Propos bien filez et mignardises de discours [ID., ib. III, 198]
    Un petit coffre, duquel il tira quelques petites gentillesses et mignardises qui n'estoient pas toutesfois de grand prix [, Nuits de Straparole, t. I, p. 83, dans LACURNE]
    Toutes les mignardises et delices du langage latin [dans Térence] [MONT., I, 288]
    Venus et ses enfants volent tout à l'entour, La douce mignardise et les douces blandices [RONS., Élégie du printemps.]

ÉTYMOLOGIE

  • Mignard.

mignardise

MIGNARDISE. n. f. Caractère de ce qui est mignard. La mignardise de son visage, de ses traits. La langue italienne a des mignardises qui ne se trouvent dans aucune autre.

Il signifie aussi Affectation de gentillesse, de délicatesse. Avoir, mettre de la mignardise dans ses manières, dans son langage, dans son style.

Il signifie quelquefois, au pluriel, Manières gracieuses et caressantes. Il s'est laissé prendre aux mignardises de cette femme. Cet enfant obtient tout ce qu'il veut de sa mère par ses mignardises.

MIGNARDISE, au singulier, se dit d'une Espèce de petits oeillets dont on garnit les plates-bandes des jardins. De la mignardise.

Il se dit aussi d'une Sorte de soutache qui sert à garnir les robes.

mignardise

Mignardise, Blandimentum.

Synonymes et Contraires

mignardise

nom féminin mignardise
Littéraire. Grâce affectée.