mitaine

mitaine

n.f. [ de l'anc. fr. mite, gant ]
1. Gant qui couvre les premières phalanges.
2. Au Québec et en Suisse, moufle.

mitaine

(mitɛn)
nom féminin
gant qui ne couvre pas le bout des doigts Il préfère les mitaines aux gants.

MITAINE

(mi-tè-n') s. f.
Gant sans séparation pour les quatre doigts, avec une séparation pour le pouce.
Déjà l'hiver porte-mitaine... [SCARR., Virg. III]
Gants de femme qui, ne couvrant que la moitié de la main, leur laissent l'usage des doigts libre pour leurs travaux.
Fig. et familièrement, au plur. Précautions, soins, ménagements. Je suis obligé de prendre des mitaines pour lui parler. Dire une chose sans mitaines, la dire sans ménagement.
Mitaines à quatre pouces, chose inutile.
Croque-mitaine, voy. ce mot.
Peau de castor de mauvaise qualité.
Terme de verrerie. Plaque de tôle courbe, ayant une échancrure dans laquelle la canne du souffleur pose pendant le travail.

HISTORIQUE

  • XIIIe s.
    Et mittaines en la saison Pour la gelée [, Choses qui faillent en ménage]
  • XVe s.
    Que les mitaines velues par dehors... seront fendues derriere, à doublons à l'entour du poulcier et des doiz.... que les mitaines tonsars [rases ?], tant à deux que à quatre doiz, seront fendues derriere, à doublon à l'entour du poulcier, lesdits tonsars courroyez en alun [, Ordonnance, 1491]
    Or retournons à notre clerc qui estoit plus gai qu'une mitaine de la mort de sa femme [LOUIS XI, Nouv. XLII]
  • XVIe s.
    On ne prend point de telz chats sans mitaines [MAROT, V, 17]
    Et là les Allemans et Gascons et autres gens de pied, qui des premiers estoient entrés, fourrerent leurs mitaines [s'enrichirent de pillage] [JEAN D'AUT., Annales de Louis XII, p. 47, dans LACURNE]
    Et ne fault pas doubter que si le pape eust voulu abuser de son autorité, que l'empereur ne l'eust faict sauter hault comme une mitaine [BRANT., Charles Quint.]

ÉTYMOLOGIE

  • Bourguig. et génev. mite ; bas-lat. mittela, mitana, et, dans un texte de 1218, mita. Il y a deux formes, mite (d'où miton) et mitaine. Comme la mitaine est divisée en deux parties, l'une pour les quatre doigts, l'autre pour le pouce, le mot mi doit s'y trouver. La première forme vient du radical mit, qu'on trouve dans mit-ié (moitié) et mitan, mot provincial ; la seconde dérive de ce même mitan ; de sorte que mitaine veut dire demi-gant.

mitaine

MITAINE. n. f. Sorte de gant de laine, de soie ou de peau, où la main entre tout entière, sans qu'il y ait de séparation pour les doigts, excepté pour le pouce. Une paire de mitaines.

Il se dit aujourd'hui plus souvent d'une Sorte de gant qui, ne couvrant que la moitié de la main, laisse les doigts découverts. Mitaines de laine.

Il se dit figurément et familièrement, au pluriel, pour Précautions, soins, ménagements. On ne peut toucher à cela qu'avec des mitaines. Il faut y aller avec des mitaines. Il n'a pas pris de mitaines pour lui parler, pour l'avertir de son erreur. On dit plus souvent aujourd'hui Prendre des gants.

Pop., Onguent miton mitaine, Remède qui ne fait ni bien ni mal. Ce que vous proposez là pour le guérir n'est que de l'onguent miton mitaine. Il signifie aussi, figurément, Expédient inutile que l'on propose dans quelque affaire que ce soit. Il est vieux.

mitaine


MITAINE, s. f. MITON, s. m. [Mitène, Miton; 2e è moy. au 1er, 3e e muet.] Mitaine, au singulier, grôs gant, où la main entre toute entière, sans qu' il y ait de séparation pour les doigts, excepté pour le pouce. On dit d'un homme dificile à manier, qu'il faut le prendre avec des mitaines. = Mitaines au plur. petits gants de femmes, qui ne coûvrent que le dessus des doigts. = Miton, gant qui ne couvre que l'avant-brâs jusqu'au poignet. = On dit, proverbialement: on ne prend pas des chats comme nous sans mitaine, on ne nous ataque pas impunément. = Onguent miton mitaine; remède qui n' a ni force ni vertu; moyen qui ne remédie à rien.

Traductions

mitaine

mitten

mitaine

rukavy

mitaine

Fäustling

mitaine

mitón