mons

MONS

(mons') s. m.
Abréviation du mot monsieur, qui est familière ou méprisante.
Le fils de Sommery n'avait pas honte de dire devant des gens qui avaient au moins le sens commun : le pauvre mons Turenne me disait.... [SAINT-SIMON, 71, 171]
Nous n'avons rien à nous dire, mons de Lépine, j'ai affaire et je vous laisse [MARIV., le Legs, SC. 3]
Une conscience ! là, regardez-moi un peu sans rire, si vous le pouvez, mons Dumont, la conscience d'un intendant ! [SAURIN, les Mœurs du temps, SC. 8]
Mais mons ton fils, le sieur de Fierenfat, Me semble avoir un procédé bien plat [VOLT., Enf. prod. I, 1]
Mons de Louvois nous envoie de tous côtés des jésuites et des dragons [ID., l'Ingénu, VIII]
Vous êtes, mons Picard, trop parleur avec moi [AL. DUVAL, Manie des grands, I, 7]
Parlez donc, mons Frise-Pavets, savez-vous bien ce que vous venez de dire ? [BABŒUF, Pièces, I, 211]
Ce mot est pris dans le sens sérieux quand les rois parlaient aux archevêques et aux évêques : Mons l'archevêque. Ils ne leur disaient ni monsieur, ni monseigneur.

ÉTYMOLOGIE

  • Forme qui provient sans doute de ce que dans les anciens actes on trouve souvent mons. en abrégé pour monsieur ou monseigneur.

mons

MONS. (On prononce l'S.) n. m. Abréviation du mot Monsieur. Il ne s'emploie que dans le langage familier et par plaisanterie.
Traductions

mons

Монс

mons

Mons

mons

Mons

mons

Bergen