montée


Recherches associées à montée: police montée

montée

n.f.
1. Action de monter sur un lieu élevé : La montée a été pénible
2. Chemin par lequel on monte au sommet d'une éminence : J'ai mis pied à terre au milieu de la montée
3. Trajectoire d'un aéronef qui s'élève.
4. Fait d'être porté à un niveau plus élevé : La montée des eaux
5. Élévation en quantité, en valeur, en intensité : La montée des températures
6. En Afrique, début de la demi-journée de travail.
Montée de lait,
début de la sécrétion lactée, après l'accouchement.
Montée en puissance,
progression spectaculaire de la vente d'un produit, de la popularité de qqn, etc.

MONTÉE

(montée) s. f.
L'action de monter. La descente et la montée. Terme de fauconnerie. Montée d'oiseau, le vol par lequel il s'élève. La montée d'essor est lorsque l'oiseau s'élève à perte de vue ; montée par fuite, lorsque la crainte de quelque oiseau plus fort le fait fuir. Se dit des vers à soie qui, dans les magnaneries, montent dans les branchages où ils doivent faire leur cocon. Terme de métallurgie. Montée de la fonte, phénomène dans lequel la fonte monte dans le fourneau, et qui est produit par un dégagement d'oxyde de carbone. La montée, nom donné à de petites anguilles qui montent par troupes considérables de la mer dans nos eaux douces.
Endroit par où l'on monte à une éminence, à une montagne, etc.
Le mot de montée n'est guère bon que pour signifier un chemin qui monte à une montagne, à une colline ou à quelque lieu élevé ; cette montée est rude, difficile, douce, aisée [CAILLÈRES, Bon et mauv. usage, Convers. II, p. 162, dans POUGENS.]
La montée est d'une bonne demi-heure ; en la faisant on traverse les forêts que les Valaisans ont brûlées pour y semer des avoines [SAUSSURE, Voy. Alpes, t. III, p. 125, dans POUGENS]
Rampe douce au devant d'un édifice. La montée du Capitole, à Rome.
L'escalier.
Descendez par la montée ; on vous le permet, mais dépêchez-vous [DANCOURT, Chev. à la mode, V, 3]
Je mis, un certain soir, à travers la montée Une corde aux deux bouts fortement arrêtée.... voilà l'esprit à bas ; Les deux jambes à faux dans la corde arrêtées Lui font avec le nez mesurer les montées [REGNARD, Fol. am. I, 2]
Prenez garde de tomber sur la montée [BARON, Coquette et fausse prude, V, 7]
Escalier de bois d'un moulin à vent. Les marches, les degrés qui composent un escalier.
Deux servantes déjà, largement souffletées, Avaient à coups de pied descendu les montées [BOILEAU, Sat. X]
Mon voisin dont je vous ai parlé, qui dit toujours sa montée pour son degré, me régale souvent de plusieurs autres façons de parler bourgeoises [CAILLÈRES, Bon et mauvais usage, Convers. II ; p. 171, dans POUGENS.]
Populairement. Faire sauter les montées à quelqu'un, le chasser honteusement de chez soi et avec violence.
Terme d'architecture. La montée d'une colonne, d'un édifice, d'une voûte, leur hauteur. Montée d'un pont, la hauteur d'un pont considérée depuis le rez-de-chaussée de sa culée, jusqu'au couronnement de la maîtresse arche où est la plus grande élévation.
Le mouvement organique par lequel le lait se produit dans les mamelles.
La formation et, comme on dit, la montée du lait, ont de grands rapports avec les fonctions de la matrice [FOURCROY, Conn. chim. t. IX, p. 386, dans POUGENS]

HISTORIQUE

  • XIIIe s.
    Une harpe il tint en ses mains, Et harpe le lai d'Orphéy : Onques nus hom plus n'en oï Et la montée et l'avalée [, Fl. et Bl. 862]
    Trois montées de muire [l'action de tirer trois fois une certaine quantité d'eau salée d'un puits salin] [DU CANGE, montea.]
  • XIVe s.
    Le hairon prent il [le faucon] de montée, C'est une chose assez prouvée [, Modus, f° CIX]
    Il [les tisserands] firent mauveses montées et enchierissemens à leurs volentez de leurs euvres [DU CANGE, montare.]
  • XVe s.
    Plus firent les ennemis ; car pour empescher aux nostres la montée.... [, Bouciq. I, 14]
  • XVIe s.
    Ce que prevoiant de bonne heure, ferez preparer les rameaux necessaires à la montée des vers, pour y vomir leur soie, s'y agrafans [O. DE SERRES, 486]
    ....Et le reste dont le feuillage et l'herbage fait le total de ses commodités, en sa montée [doit être semé quand la lune monte] [ID., 508]
    La montée, qui duroit environ un quart de lieue, n'estoit pas fort roide ny couppée [AMYOT, Lucul. 53]

ÉTYMOLOGIE

  • Monté ; wallon, montêie ; Berry, montée, le printemps ; provenç. montada.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

    MONTÉE. Ajoutez :
    Montée de la crème, mouvement qui se produit dans le lait en repos, et par lequel la crème vient au-dessus du lait.
    La hauteur de la crue d'un cours d'eau.
    D'après les dernières nouvelles reçues des stations hydrométriques, la Seine éprouvera une montée totale de 2 mètres, comptée depuis le 15 octobre [, Journ. offic. 22 oct. 1872, p. 6615, 1re col.]
    L'Oise entre en crue ; sa montée, comptée à partir de samedi, atteindra 90 centimètres [, ib. 5 janv. 1875, p. 60, 2e col.]
    Le mouvement par lequel la séve monte dans les végétaux.
    Selon M. Marion, c'est surtout pour les vignes des environs de Marseille, vers la montée de mai, qu'il faut traiter les ceps par les sulfocarbonates [H. DE PARVILLE, Journ. offic. 18 juil. 1876, p. 5111, 1re c.]
    10° Poussée, dans les mines, qui exhausse le sol et menace de danger le mineur.
    Ce n'est point assez pour le mineur d'assurer son toit et de veiller aux parois de ses galeries : le sol même qu'il foule marchera sur lui par cette force puissante appelée la montée ; la terre d'en haut, de côté et d'en bas se resserre instinctivement sur la taupe humaine, [, Rev. Brit. oct. 1872, p. 350]

montée

MONTÉE. n. f. Action de monter. La montée de cette colline est pénible. La montée au Calvaire.

Il désigne aussi l'Endroit par où l'on monte à une montagne, à un coteau, à une éminence, etc. Prenez par la montée, c'est le chemin le plus court. La montée de ce coteau est fort raide.

Il se dit, particulièrement, d'une Rampe douce au-devant d'un édifice. La montée du Capitole, à Rome, a beaucoup de majesté.

Il se dit, par extension, de Tout ce qui monte. La montée du sang. La montée du lait chez une nourrice. La montée de la sève dans les plantes. La montée de la fièvre, de la colère.

MONTÉE se dit aussi, en termes d'Architecture, de la Hauteur d'une voûte. Cette voûte surbaissée a pour sa largeur peu de montée.

montée

Une montée, Ascensus.

Une montée de maison à degrez, Scalae, Cochlea, Gradatio.

Montée roide et mal-aisée, Ascensus arduus.

montée


MONTÉE, s. f. [2e é fer. 3e e muet.] Il n'est pas du bel usage pour signifier un petit escalier. L. T. L'Académie ne le désaprouvait point dabord; dans les dern. éditions, elle dit: petit escalier d'une petite maison. Elle ajoute: il n'est en usage que parmi le peuple. Boileau l'a employé:
   Deux servantes déjà largement soufletées,
   Avoient à coups de pié descendu les montées.
Elle dit encôre: montée se dit aussi pour une des marches d'un escalier, mais il est populaire. Voyez DEGRÉ = Escalier est aujourd'hui devenu le seul terme d'usage. Degré ne se dit plus que par les bourgeois, et montée par le peuple. Encycl. = Faire sauter les montées à quelqu'un. (style fam. et prov.) le chasser honteûsement de chez soi. "S'il s'avise de venir encôre chez moi, je lui ferai sauter les montées. = 2°. Endroit par où l'on monte à un côteau, à une éminence. "La montée est roide, dure, pénible, ou douce, aisée. = 3°. Action de monter. "Les chevaux ont plus de peine à la descente qu'à la montée.

Synonymes et Contraires

montée

nom féminin montée
1.  Action de monter.
2.  Fait d'aller plus haut.
3.  Chemin qui monte.
côte, raidillon, rampe -familier: grimpette.
Traductions

montée

ascent, climb, branche, riseהתעלות (נ), זריחה (נ), מעלה (ז), נסיקה (נ), עלייה (נ), רכיבה (נ), עֲלִיָּה, נְסִיקָה, רְכִיבָהbeklimming, klim, (het) (op)stijgen, (het) naar boven brengen, helling, stijgingTreppenlauftirosalita, ascesaάνοδοςsubida (mɔ̃te)
nom féminin
1. action de s'élever, de grimper la montée d'une pente
2. côte, pente Il l'a dépassé dans la montée.
3. augmentation la montée des prix

montée

[mɔ̃te] nf
(= augmentation) → rising, rise
la montée des prix → the rise in prices
(= élévation) → rising, rise
la montée des eaux → the rise in the water level
(= escalade) → climb, ascent
(par opposition à la descente) la montée → the way up
au milieu de la montée → halfway up
à la montée → on the way up
C'est plus fatigant à la montée → The climb up is more tiring.
(= côte) → hill
Le moteur chauffe dans les montées → The engine overheats going uphill.