montre

1. montre

n.f. [ de montrer ]
Petit appareil portatif servant à donner l'heure et d'autres indications (date, etc.) : Il porte une montre à son poignet.
Course contre la montre,
épreuve cycliste sur route dans laquelle les concurrents sont chronométrés individuellement ; fig., action ou entreprise qui doit être réalisée en un temps très bref.
Montre en main,
en mesurant le temps avec précision : Il nous a fallu une heure, montre en main, pour tout ranger.

2. montre

n.f. [ de montrer ] Sout.
Faire montre de,
faire preuve de : Faire montre de courage.

MONTRE

(mon-tr') s. f.
Action de montrer ; sens qui n'est guère usité que dans la locution : faire montre, montrer avec une sorte d'étalage.
Elle.... Étale ses beautés, fait montre de ses charmes [MALH., V, 23]
Quand un discours naturel peint une passion, ou un effet, on trouve dans soi-même la vérité de ce qu'on entend, laquelle on ne savait pas qu'elle y fût, en sorte qu'on est porté à aimer celui qui nous le fait sentir ; car il ne nous a pas fait montre de son bien, mais du nôtre [PASC., Pens. VII, 26, éd. HAVET.]
Vous avez beau faire montre d'une vaine intrépidité [MASS., Carême, Evid. de la loi.]
Autant pour faire montre de leur crédit que pour obtenir quelque nouveau privilége [ANQUET., Ligue, I, 240]
Ce qu'on montre pour faire juger du reste, échantillon. Une montre de blé, d'avoine.
Le corps de la pièce sera semblable à l'endroit vulgairement appelé la montre, et, au cas qu'il se trouve d'une qualité inférieure, la pièce d'étoffe sera confisquée [, Arrêt du C. 15 août 1724]
Acheter du blé sur montre, l'acheter d'après l'échantillon que le vendeur a apporté au marché. Fig.
Voilà une petite montre de ce grand commerce de friperie que l'on exerce à la cour [BALZ., De la cour, 5e disc.]
Conserve à nos neveux une montre fidèle Des exquises beautés que tu tiens de son zèle [MOL., Val-de-Grâce.]
Ce qu'un marchand étale devant sa boutique, pour montrer quelle sorte de marchandise il vend. Tout cela n'est mis que pour servir de montre.
Le brodeur et le confiseur seraient superflus, et ne feraient qu'une montre inutile, si l'on était modeste et sobre [LA BRUY., VIII]
Faire des montres, étaler des marchandises de moindre qualité.
Le marchand fait des montres pour donner de sa marchandise ce qu'il y a de pire [LA BRUY., VI]
Ne point faire de montre, c'est-à-dire faire voir d'abord ce qu'on a de plus beau, de meilleur.
Boîte vitrée dans laquelle les orfévres, bijoutiers, etc. mettent leurs marchandises, afin qu'on les voie sans pouvoir y toucher.
Ce qui sert d'enseigne, d'annonce.
Semblables à ces figures de carton qui servent de montre à une fête publique, ils [certains grands] jettent feu et flamme, tonnent et foudroient [LA BRUY., IX.]
Fig.
Hypocrites qui, outrageant la vertu dans leurs cœurs, abusent de son image qui leur sert de montre pour se concilier la faveur des hommes [BOSSUET, Sermons, Honneur (fragm. sur le même sujet).]
Montre d'orgues, devanture qui simule les tuyaux d'orgues, et qui cache les véritables tuyaux.
Endroit d'une salle d'armes où sont placés, dans une espèce de râtelier, les fleurets des élèves.
Lieu où les marchands de chevaux font voir leurs chevaux à vendre. La manière dont ils essayent et conduisent ces mêmes chevaux. Prenez-y garde, la montre est trompeuse.
Nom que les fabricants de porcelaine donnent aux pyroscopes.
10° Apparence.
Il est des choses qui ont une montre douteuse, et qu'on ne peut tenir pour honnêtes, que premièrement on n'en fasse l'interprétation [MALH., le Traité des bienf. de Sénèque, IV, 16]
Quand sur une si belle montre on a essayé du personnage [LA BRUY., XV]
C'est une question agitée si la réalité nous importe plus que la montre [LE P. COURBEVILLE, dans DESFONTAINES]
La montre des blés est belle, ils annoncent une bonne récolte. N'être que pour la montre, se dit de certaines choses qui ne sont que pour l'apparence et dont on ne se sert point. Ce sont les vignes de la Courtille, belle montre, peu de rapport, ou, simplement, belle montre, peu de rapport, se dit pour exprimer que la personne ou la chose dont on parle, a de belles apparences auxquelles ne répond nullement la réalité.
Le proverbe de la Courtille : belle montre, peu de rapport [CYRANO DE BERG., Pédant joué, II, 2]
11° Fig. Parade, étalage.
Si les médecins n'avaient des soutanes et des mules, et que les docteurs n'eussent des bonnets carrés..., jamais ils n'auraient dupé le monde, qui ne peut résister à cette montre si authentique [PASC., Pens. III, 3, éd. HAVET.]
Malheur à vous, hypocrites.... qui n'avez qu'une vaine montre et une fausse apparence de probité [BOURDAL., Avent, 55]
On dirait qu'il a du zèle pour moi, mais ce n'est qu'une idole et qu'une vaine montre de zèle [ID., 5e dimanche après la Pentecôte, Dominic. t. II, p. 742]
12° Autrefois, revue de gens de guerre.
Ce qu'il y eut en cette montre [le spectacle, le défilé du triomphe du consul Cornélius] de plus regardé, fut une troupe de Crémonais et de Plaisantins, qui, en habit d'affranchis, voulurent marcher après son charriot [MALH., Tite Live, l. XXXIIIe, ch. 23]
Et comme en une montre où les passe-volants... sont les plus insolents [RÉGNIER, Sat. X]
Il avait quatre cents hommes d'armes qui étaient payés à la montre, sans avoir ni contrôleur, ni inspecteur [DUCLOS, Œuv. t. II, p. 402]
Fig. et familièrement. Passer à la montre, être acceptable, en parlant soit des personnes soit des choses.
Chez les provinciaux on prend ce qu'on rencontre, Et là, faute de mieux, un sot passe à la montre [CORN., Ment. I, I]
Ainsi Richard.... Vécut longtemps, et fit force bon tours, Dont celui-ci peut passer à la montre [LA FONT., Richard Minutolo.]
Revue passée pour le payement de la solde. Par extension, un mois, un quartier de solde. Cette compagnie a touché sa montre. Montre sèche, revue où on ne donnait point d'argent.
13° Ancien terme de guerre. Manœuvre pour cacher son vrai dessein à l'ennemi.
Après diverses montres de différents côtés et avoir menacé plusieurs de nos places, le prince d'Orange tourna tout à coup sur Namur [SAINT-SIMON, 30, 92]
On dit aujourd'hui démonstration.
14° La platine qui indique les heures dans une horloge ou une montre. Les horloges dans les églises avaient des montres dedans et dehors. On dit aujourd'hui cadran.
15° Petite horloge qui se porte ordinairement dans une poche destinée à cet usage. Montre d'or, d'argent. Monter sa montre. Ma montre va bien, va mal. Mettre une montre à l'heure.
Ceux qui jugent d'un ouvrage par règle sont, à l'égard des autres, comme ceux qui ont une montre à l'égard des autres ; l'un dit : il y a deux heures ; l'autre dit : il n'y a que trois quarts d'heure ; je regarde ma montre ; je dis à l'un : vous vous ennuyez ; et à l'autre : le temps ne vous dure guère ; car il y a une heure et demie [PASC., Pens. VII, 5]
En ouvrage de goût, en musique, en poésie, en peinture, c'est le goût qui tient lieu de montre ; et celui qui n'en juge que par règle en juge mal [VOLT., Rem. Pens. Pasc. 48]
Montre à répétition, voy. RÉPÉTITION. Montre en bague, montre qui se porte au doigt à l'aide d'une bague où elle est enchâssée.
Si jamais vous voulez orner le doigt de quelque illustre dame espagnole d'une montre en bague.... cela ne se fait que dans mon village, et on y sera à vos ordres [VOLT., Lett. Aranda, 20 déc. 1771]
Montre marine, montre faite avec beaucoup de précision, en sorte qu'elle conserve toujours l'heure, soit du premier méridien, soit de tout autre lieu dont le méridien est connu. En comparant cette heure avec celle que le calcul donne à bord dans le moment d'une observation, on en déduit le méridien sur lequel on se trouve, c'est-à-dire la longitude du lieu qu'on occupe ; c'est ainsi qu'une montre marine donne les longitudes.
L'Académie avait proposé, en 1767, pour sujet d'un prix la construction d'une montre marine [CONDORCET, Courtanvaux.]
La difficulté était de faire une horloge qui pût marcher régulièrement sur un vaisseau sans cesse agité par les flots ; Sully, artiste anglais établi à Paris, construisit une montre marine en 1726 ; cette horloge n'était qu'un essai [BAILLY, Hist. de l'astr. mod. t. III, p. 111]
Une montre bien réglée dans un port dont la position est connue, et qui, transportée sur un vaisseau, conserverait la même marche, indiquerait, à chaque instant, l'heure que l'on compte dans ce port [LAPLACE, Expos. I, 12]
Montre d'ivrogne, celle qu'on peut monter en tournant à droite ou à gauche. Terme de marine. Montres à dérive, à sillage, appareils dont le but est d'indiquer à tout moment le nombre des degrés de la dérive, le nombre des nœuds du sillage.

HISTORIQUE

  • XIIe s.
    Venez et vedez [voyez] les ovres del seignur, lesqueles il posat monstres sur terre [, Liber psalm. p. 62]
    Remembrez des merveilles de lui [Dieu], ses monstres e les jugemenz de la buche [bouche] de lui [, ib. p. 154]
  • XIIIe s.
    Et le requerant li deit faire la mostre, mais non mie de totes choses [, As. de J. 62]
  • XIVe s.
    L'exposant print et mist en son saing une tasse d'argent appelée monstre [ainsi dite parce qu'on y dégustait le vin] [DU CANGE, monstra.]
  • XVe s.
    Et fit le sire de Percy toute maniere de gens armer et appareiller et traire sur les champs et faire leur monstre [FROISS., II, II, 15]
    Un chascun d'eulx [les trois ordres] son droit estat maintiengne, Car l'exceder est monstre et droicte enseigne De pis avoir pour le peuple et l'eglise [DESCH., Souffrance du peuple]
    Ils [les gens de guerre] faisoient monstre tous les moys sur les lieux et recevoient argent [COMM., III, 1]
    Quiconque amenera es marchés bleds, farines, ou autres grains où il y ait emboucheure, c'est à sçavoir, qui ne soient aussy suffisans et aussy bons dessous comme en la monstre, il perdera les denrées [, Ordonn. des rois, t. II, p. 354]
  • XVIe s.
    Mais tout ainsi que qui gaste ou tourmente Le mouvement et secret d'une monstre, L'aiguille faut, et l'heure ne rencontre [ST-GELAIS, 177]
    Et d'aultres lettres, pour le masque et la montre [MONT., I, 38]
    Faire montre d'une chose en public [ID., I, 119]
    Aussi devons nous, au siecle où nous sommes, si depravé, regarder de près aux choses qui ont belle montre [LANOUE, 61]
    ... La premiere place que je mettray en monstre [que je citerai] sera la citadelle d'Anvers [LANOUE, 335]
    L'assemblée de la Rochelle s'engageoit de leur faire toucher deux montres, en attendant le reste de leur payement [D'AUB., Hist. III, 505]
    Toutes œuvres qui procedent des hommes que Dieu n'a point sanctifiez par son esprit, quelque belle monstre qu'elles ayent.... [CALV., Instit. 609]
    Quand il en venoit quelques uns qui en apportoient des monstres et des eschantillons seulement [des poésies d'Euripide] [AMYOT, Nicias, 32]
    La monstre de tout le triumphe fut departie en trois jours [ID., P. Aem. 55]
    Vos courtisans, qui entendent mieux à monter une montre qu'à affuster ou pointer un canon ou mesme tirer une arquebuzade [MONTLUC, Mém. t. II, p. 521, dans LACURNE]

ÉTYMOLOGIE

  • Substantif verbal formé de montrer ; wallon, mose ; Hainaut, monte ; provenç. mostra ; espagn. muestra ; ital. mostra. Le cadran qui montre les heures se nommait montre ; puis on a donné au tout le nom de la partie, et dit une montre pour une horloge portative ; c'est au XVIe siècle que l'objet et le nom viennent en usage.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

    MONTRE. Ajoutez :
    16° Montre des pasteurs, instrument portatif composé d'un cylindre et d'un style mobile, et qui donne l'heure par la hauteur du soleil.
    17°
    Montre kilométrique, espèce de compte-pas dit aussi hodomètre, pédomètre, podomètre, instrument indiquant la distance parcourue en marchant, [, Journ. offic. 14 avr. 1874, p. 2732, 1re c.]

montre

MONTRE. n. f. Action de montrer. Il ne s'emploie guère en ce sens que dans l'expression : Faire montre de, Faire parade. Faire montre de son esprit. Faire montre d'érudition.

Il désigne aussi Ce que les commerçants exposent à l'étalage de leur magasin, de leur boutique, pour montrer leurs marchandises, leurs nouveaux modèles, leurs spécialités, etc. Mettre en montre, à la montre.

Fig. et fam., Être pour la montre, N'être que pour la montre, se dit de Certaines choses qui ne sont que pour l'apparence et dont on ne se sert point. C'est un meuble d'apparat qui n'est là que pour la montre.

Il signifie spécialement Échantillon. Acheter du blé, du seigle sur montre.

MONTRE désignait autrefois la Revue d'une armée, d'un régiment.

MONTRE désigne, en outre, le Lieu que les marchands de chevaux ont choisi pour y faire voir aux acheteurs les chevaux qu'ils ont à vendre.

Montre d'orgues, Tuyaux de façade dans un buffet d'orgue.

Il se dit encore, dans certaines provinces, d'Expositions, de marchés, de foires qui sont l'occasion de fêtes locales.

MONTRE désigne encore une Boîte munie d'un cadran et contenant un mouvement d'horlogerie, que l'on porte sur soi pour savoir l'heure. Montre d'or, d'argent, d'acier. Montre à boîtier d'or, à boîtier d'argent. Montre à double boîtier. Montre émaillée, guillochée. Montre à sonnerie, à réveil, à répétition. Montre à secondes. Montre à échappement. Montre qui va bien, qui va mal, qui avance, qui retarde. La sonnerie, le mouvement, le ressort, les rouages, le cadran, les aiguilles d'une montre. Chaîne de montre. Remonter sa montre. Régler sa montre. Mettre sa montre à l'heure. Cette montre est détraquée, est dérangée. Donner une montre à réparer, à nettoyer.

Par apposition, Montre bracelet. Voyez BRACELET.

Montre marine, Montre de précision qui sert à déterminer les longitudes en mer.

montre


MONTRE, s. f. [1re lon. 2ee muet.] 1°. échantillon, morceau que l'on montre, pour faire voir de quelle natûre est le reste. "Montre de blé, d' avoine. "Cela n'est que pour la montre. = On dit proverbialement, belle montre, peu de raport; beaucoup d'aparence, peu de solidité. = 2°. Revûe d'une armée, d'un Régiment. En ce sens, il est vieux; on dit revûe. = Montre ne s'est conservé que dans cette expression: "On a fait pâsser les valets à la montre; ce qui se dit familièrement dans toutes les ocasions, où quelqu'un est admis parmi les aûtres, quoique inférieur en mérite. "Cet Académicien a pâssé à la montre. "Cette chôse peut pâsser à la montre, elle peut être reçue parmi les aûtres, quoique d'une qualité inférieure. = 3°. La paye qui se donne aux soldats tous les mois, lorsqu'on les fait pâsser en revûe, lorsqu'on leur fait faire montre. = 4°. Petite horloge de poche. "Montre à réveil, montre à répétition. "Monter une montre, en bander le ressort. = 5°. Montre, en parlant des orgues, se dit des tuyaux qui paraissent au-dehors.
   REM. Montre n'est pas du beau style. * Molière, dans son Poème, intitulé: la gloire du Val de Grâce, s'exprime ainsi:
   Conserve à nos neveux une montre fidèle
   Des exquises beautés, que tu tiens de son zèle.
L'expression n'est pas fort noble. = On dit, faire montre de, sans article: celui-ci est du bon style. "Pour faire montre de son crédit. Du Cerceau. "Le dessein de la plupart des Comentateurs n'est pas d'éclaircir leurs Auteurs; ...c'est de faire montre de leur érudition. Mallebr. — On dit aussi, en ce sens, faire parade de... = Se mettre en montre est une expression de J. J. Rousseau: "Chez tous les anciens peuples policés, elles (les femmes) se montroient rarement en public.... elles n'avoient point la meilleure place au spectacle: elles ne s'y mettoient point en montre. — Ailleurs, parlant des inconvéniens de la Comédie à établir à Genève, il dit, s'offrir en montre. "L'exposition des Dames et Demoiselles, parées toutes de leur mieux, et mises en étalage dans des loges, comme sur le devant d'une boutique, en atendant les acheteurs; l'afluence de la belle jeunesse, qui viendra de son côté, s'offrir en montre, etc. — Ces locutions sont nouvelles; elles peuvent trouver place dans le style comique ou critique. = * Suivant M. Desgrouais, montre solaire, pour cadran, est un gasconisme. L'Acad. ne dit que cadran solaire.

Traductions

montre

Uhr, Armbanduhr, Zeiteisenwatch, wrist‐watch, wrist-watchhorloge, polshorloge, zakhorloge, proefrit [paard], uitstalkastשעון (ז), שָׁעוֹןarmhorlosie, horlosie, polshorlosieurρολόι, ρολόι του χεριού, ρολόι χειρόςbrakhorloĝo, horloĝeto, poŝhorloĝoreloj, reloj de pulserasaatkaróraarloji腕時計klokke, armbåndsurzegarekrelógio, relógio de pulsoklocka, armbandsur, klockarmband, urнаручные часы, карманные часы, часыorologioسَاعَةhodinkyrannekelloručni sat시계นาฬิกาข้อมือ, แสดงkol saatiđồng hồ đeo tay手表顯示 (mɔ̃tʀ)
nom féminin
objet que l'on porte sur soi et qui indique l'heure

montre

[mɔ̃tʀ] nf
(= objet) → watch
montre de plongée → diver's watch
contre la montre → against the clock
montre en main → exactly, to the minute
faire montre de → to show, to display