moralité

moralité

n.f.
1. Adéquation d'une action, d'un fait à une morale : Un acte d'une moralité exemplaire immoralité
2. Attitude, conduite morale : Un député d'une moralité irréprochable honnêteté
3. Conclusion morale que suggère une histoire : La moralité d'une fable morale

moralité

(mɔʀalite)
nom féminin
1. action fait d'être bien ou mal, selon la morale mettre en doute la moralité d'une action
2. personne manière de se comporter, selon la morale Elle est connue pour sa haute moralité.
enquête sur la vie, les relations, les habitudes d'une personne Ils ont fait une enquête de moralité avant de l'embaucher.
3. littérature leçon qu'on doit retenir d'une histoire Moralité : mieux vaut se contenter de ce qu'on a.

MORALITÉ

(mo-ra-li-té) s. f.
Réflexion morale.
Nous sommes tous d'Athène en ce point ; et moi-même, Au moment que je fais cette moralité.... [LA FONT., Fabl. VIII, 4]
... Si vous n'aviez lu que ces moralités, Vous sauriez un peu mieux faire mes volontés [MOL., Sgan. 1]
Votre Provence vous dira toujours des merveilles ; le beau temps ne vous est de rien ; vous y êtes trop accoutumée ; pour nous, nous voyons si peu le soleil, qu'il nous fait une joie particulière ; il y a de belles moralités à dire là-dessus [SÉV., 10 nov. 1675]
J'aime les moralités, elles endorment [BARON, Homme à bonn. fort. I, 10]
Massillon montre, dans son petit Carême, des moralités écrites avec une élégance qui ne bannit pas la simplicité [CHATEAUBR., Génie, III, IV, 3]
Moralité chrétienne, réflexions conformes aux principes et à l'esprit de la religion chrétienne.
Sens moral qui est renfermé sous une fable, un récit. La moralité d'un apologue n'est pas toujours exprimée.
Ancien poëme dramatique français qui représentait une action sérieuse ou morale, à l'aide de personnages allégoriques.
Le soir, le cardinal de Bourbon leur donna une fête magnifique, suivie d'une comédie de ce temps [sous Louis XI], c'est-à-dire une moralité ou sotie [DUCLOS, Œuv. t. III, p. 32]
Discernement moral. Les actions des fous sont dénuées de moralité. Rapport des actions humaines avec les principes qui en sont la règle. La moralité des actions humaines suppose la liberté de l'être humain.
Qualité de ce qui est moral.
Tous les rites chrétiens sont de la plus haute moralité [CHATEAUBR., Génie, I, 1, 7]
En parlant des personnes, caractère moral. Prendre des renseignements sur la moralité de quelqu'un. Des certificats de moralité.

HISTORIQUE

  • XIIIe s.
    Si comme la cire reçoit la figure dou seel, tout autressi la moralité des homes est formée par exemples [BRUN. LATINI, Trés. p. 466]
    Deux manieres sont de vertuz : l'une est de l'entendement de l'home, ce est sapience, science et sens ; l'autre est moralité, ce est chasteé et largesce, et autres semblables [ID., ib. p. 265]
  • XIVe s.
    Et de toute ceste doctrine la meilleur, la plus digne et la plus proffitable, c'est la science de moralité contenue par especial en ung livre [ORESME, Eth. prol.]
  • XVe s.
    Une moult belle moralité, sotie et farce [, Chron. scand, de Louis XI, p. 336, dans LACURNE]
  • XVIe s.
    Nos moralitez tiennent lieu de tragedies et comedies indifferemment [SIBILET, Art poétique, livre II, p. 124, dans LACURNE]
    Formellement la moralité bonne ou mauvaise, vertu et vice (qui ne peust estre sans le franc arbitre et est matiere de merite et demerite) ne peut estre en la beste [CHARRON, Sagesse, I, 35]

ÉTYMOLOGIE

  • Provenç. moralitat ; esp. moralidad ; ital. moralità ; du lat. moralitatem, de moralis, moral.

moralité

MORALITÉ. n. f. Réflexion morale. Il y a de belles moralités à tirer de cette histoire. Un recueil de moralités. Dans ce sens, il vieillit.

MORALITÉ désigne aussi le Sens moral que renferme un discours fabuleux ou allégorique. La moralité d'une table, d'un apologue. Chez la plupart des fabulistes, la moralité est indifféremment placée avant ou après le récit.

Il s'est dit anciennement de Certains poèmes dramatiques qui représentaient une action morale à l'aide de personnages allégoriques. Au moyen âge, la comédie comprenait les farces, les soties et les moralités. La Condamnation de Banquet est une de nos plus fameuses moralités.

MORALITÉ se dit encore pour Discernement moral. La moralité des actions humaines, Le rapport de ces actions avec les principes de la morale.

MORALITÉ désigne aussi le Caractère moral, les principes, les moeurs d'une personne. Il est d'une moralité irréprochable. Sa moralité a toujours été tenue pour douteuse.

moralité

Moralité, f. acut. Est le contraire de la farce: car celle cy est d'argument feinct, plaisanteux, ridicule, de nul profit, et de choses basses: et celle là d'argument grave, tiré des histoires, severe et fructueux pour instruire les escoutants és bonnes moeurs, dont le mot est descendu. Bud. le rend par Prosopopoeia, non assez à propos ce me semble. Michel Sevin au discours des livres d'Amadis: Si tu me dis que ce ne sont que fables, inventions et fictions semblables: sçaches que là y a moralité, où tu prendras bien grande utilité.

Une sorte d'ancienne moralité ayant les personages de grands affaires, comme Rois, Princes, et autres, et dont l'issuë estoit tousjours piteuse, Tragoedia.

moralité


MORALITÉ, s. f. 1°. Réflexion morale. "Il y a de belles moralités à tirer de cette Histoire. Acad. = 2°. Sens moral d'une Fable. "Il faut, dans une Fable, que la moralité soit juste et sensible, et qu'on n'ait pas besoin de l'indiquer au Lecteur. = 3°. En Philosophie, qualité morale. "La moralité de nos actions. "La liberté si nécessaire à la moralité de nos actions. Leibn.

Synonymes et Contraires

moralité

nom féminin moralité
1.  Conformité à la morale.
amoralité, immoralité.
2.  Conduite morale.
-littéraire: vice.
Traductions

moralité

morality, morals

moralité

מוסריות (נ), מוּסַר הַשְׂכֵּל, מוּסָרִיּוּת

moralité

moralità

moralité

морал

moralité

道德

moralité

[mɔʀalite] nf
[action, attitude] → morality
(conduite admise)morals pl
(= conclusion, enseignement) → moral