morceau


Recherches associées à morceau: morceaux

morceau

n.m. [ anc. fr. mors, du lat. morsus, morsure, de mordere, mordre ]
1. Partie d'un tout, d'une matière, d'un aliment, d'un corps : Un morceau de tissu, de fromage
2. Fragment d'une œuvre écrite : Recueil de morceaux choisis.
3. Œuvre musicale prise isolément ; fragment d'œuvre musicale : Écouter un morceau de Chopin.
Enlever ou emporter le morceau,
Fam. réussir ; avoir gain de cause.
Manger le morceau,
Fam. faire des aveux complets.

MORCEAU

(mor-sô) s. m.
Portion séparée d'une chose solide, bonne à manger (ce sens est le premier, puisque, étymologiquement, un morceau est une chose mordue, une bouchée). Morceau délicat, friand. Couper un morceau.
On vous met le premier à table ; C'est pour vous la place d'honneur, Pour vous le morceau du seigneur [LA FONT., Coupe.]
Les bons morceaux de tout, il faut qu'on les lui cède [MOL., Tart. I, 2]
Qu'avez-vous donc, dit-il, que vous ne mangez point ? Je vous trouve aujourd'hui l'âme tout inquiète, Et les morceaux entiers restent sur votre assiette [BOILEAU, Sat. III]
Les morceaux trop hâtés se pressent dans sa bouche [ID., Lutrin, I]
Familièrement. Manger un morceau, faire un repas léger.
Cependant arrivé, vous sortez bien et beau, Sans prendre de repos ni manger un morceau [MOL., Sgan. 7]
À peine ai-je eu seulement le loisir de manger un morceau chez une de mes amies [DANCOURT, Femme d'intrigues, I, 3]
Que ce soit mon dernier morceau, si..., sorte de protestation pour affirmer ou nier fortement quelque chose.
Et je prie Dieu que ce soit là mon dernier morceau, si j'ai non plus pensé à père ni à mère que s'il n'y en avait jamais eu pour personne [MARIV., Marianne, 2e part.]
Fig. Ne plus manger morceau qui profite, être exposé à toute sorte de vexations, de désastres.
Tu ne mangeras plus morceau qui te profite, ayant fâché le maire [P. L. COUR., Pierre Clavier, dit Blondeau.]
Familièrement. Doubler les morceaux, ses morceaux, mettre les morceaux doubles, mettre les morceaux en double, se hâter de manger. Fig.
Je serai bien charmé de pouvoir digérer un peu à mon aise ce que j'ai été obligé d'avaler gloutonnement, en mettant, comme on dit, les morceaux en double [D'ALEMB., Lett. à Voltaire, 29 août 1764]
Le morceau honteux, le morceau qui reste le dernier sur le plat. Fig. Prendre le morceau, se laisser attraper, par métaphore des piéges et des appâts d'hameçons.
Minutolo.... Comme en passant mit dessus le tapis Certain mari.... Et fit si bien que madame Catelle Entre en soupçon, prend le morceau pour elle [LA FONT., Minut.]
.... Je ne suis pas homme à gober le morceau, Et laisser le champ libre aux yeux d'un damoiseau [MOL., Ec. des f. II, 1]
Fig. Ne faire qu'un morceau de quelqu'un, en triompher sans peine et complétement.
Qui d'Énée et de son troupeau Ne pensaient faire qu'un morceau [SCARR., Virg. VII]
Fig. S'ôter le morceau, les morceaux de la bouche, se priver du nécessaire pour secourir ou obliger quelqu'un. Fig. Tailler les morceaux à quelqu'un, régler, prescrire la dépense qu'il doit faire. Fig. Tailler les morceaux bien courts à quelqu'un, lui faire sa part bien petite. Fig. Il a ses morceaux bien taillés, ses morceaux sont taillés, c'est-à-dire il vit de son revenu, et n'a juste que ce qu'il lui faut. Fig. Il a ses morceaux taillés, on lui a prescrit ce qu'il avait à faire, il ne peut s'écarter de ses instructions. Fig. Rogner les morceaux à quelqu'un, diminuer ses profits, ses revenus. On lui compte ses morceaux, on ne lui donne que tout juste ce qu'il faut pour vivre.
Par extension, partie séparée d'un corps solide.
Antoine et Manlius déchirés par morceaux [CORN., Sertor. V, 5]
Ils les ramassèrent, et emplirent douze paniers des morceaux des cinq pains d'orge, qui étaient restés [SACI, Bible, Évang. St Jean, VI, 13]
Comme un morceau de cire entre les mains elle [une fille] est [MOL., Éc. des f. III, 3]
Il me semble qu'elle vous est quelque chose du côté paternel de M. Descartes, et dès là je tiens un petit morceau de ma chère fille [SÉV., 18 mai 1689]
L'ivoire trop hâté deux fois rompt sur sa tête, Et deux fois de sa main le buis tombe en morceaux [BOILEAU, Lutr. V]
Nous avons, au cabinet de Sa Majesté, de très bons morceaux de mine d'argent, que le roi de Danemark, actuellement régnant, a eu la bonté de nous envoyer [BUFF., Min. t. V, p. 37]
Fait de pièces et de morceaux, qui n'est pas fait d'une seule pièce. Un vêtement fait de pièces et de morceaux. Fig. Fait de pièces et de morceaux, qui n'est point coordonné, point fait d'une manière systématique.
La législation de Pologne a été faite de pièces et de morceaux [J. J. ROUSS., Pologne, 7]
Fig. Les morceaux en sont bons, se dit d'une chose qui, même partagée ou brisée, reste encore de valeur.
Des trônes renversés en sont la récompense [vers de Mahomet] ; ils sont alors, dites-vous, de peu de valeur ; non, non, les morceaux en sont bons [VOLT., Lett. Cideville, 19 juill. 1741]
Fig. Un morceau d'homme, un petit homme, un homme de peu d'apparence.
Voilà auprès de vous un beau petit morceau de prince ! [MOL., Am. magn. I, 5]
En général, portion, partie séparée ou non d'un tout, mais distincte et considérée à part. Morceau de terre. Morceau d'héritage.
Je crois de votre province toutes les merveilles que vous m'en dites.... comment ferez-vous pour me faire voir un petit morceau de vos pays enchantés ? [SÉV., 27 mai 1672]
Il a attrapé un bon morceau de cette succession, il en a eu une bonne partie.
Partie, fragment d'un ouvrage d'esprit.
Je suis déjà charmé de ce petit morceau [commencement d'un sonnet] [MOL., Mis. I, 2]
Il me pria de lui montrer un morceau de votre style [SÉV., 141]
Je sais à qui je montre ces petits morceaux de vos grandes lettres [ID., 127]
En face on vous dira que les vôtres [ouvrages] sont beaux, Et l'on poussera l'imprudence Jusques à vous presser d'en dire des morceaux [DESHOULIÈRES, Épître chagrine à Mlle **.]
Mettez ensemble tout ce que les anciens poëtes ont dit des dieux, ce sont des discours d'enfants en comparaison de ce morceau de Lucain [VOLT., Dict. phil. Épopée.]
Les beaux morceaux de Corneille m'ont paru au-dessus de tout ce qui s'est jamais fait dans ce genre chez aucun peuple de la terre [ID., Comm. Corn. Rép. à un acad.]
Je fus le premier qui fis connaître aux Français quelques morceaux de Milton et de Shakspeare [ID., Ess. poés. épiq. ch. 9]
Ceux qui craignent de perdre des pensées isolées, fugitives, et qui écrivent en différents temps des morceaux détachés, ne les réunissent jamais sans transitions forcées [BUFFON, Disc. de réception.]
Ces deux petits morceaux sont écrits il y a longtemps, et, tout médiocres qu'ils sont, je ne serais pas en ce moment en état de les faire [D'ALEMB., Lett. au roi de Pr. 28 avr. 1777]
Les morceaux de littérature que j'y lisais n'avaient rien de brillant, mais n'avaient rien d'ambitieux [MARMONTEL, Mém. X]
Morceaux choisis, se dit de quelques recueils qui contiennent des morceaux de différents ouvrages et de différents auteurs.
Par extension, objet bon à manger considéré dans sa totalité. Un faisan est un morceau délicat. Les bons morceaux, les mets recherchés.
Apicius n'avait jamais fait d'autre étude que celle des bons morceaux [FONTEN., Jugem. de Pluton, 2e part.]
Aimer les bons morceaux, aimer la bonne chère. Fig. et familièrement. C'est un morceau trop cher, c'est un morceau de prince, se dit d'une chose qui est d'un prix trop élevé, et, par extension, de tout ce qui, personne ou chose, est haut prisé.
Je sais que la vengeance Est un morceau de roi, car vous [rois] vivez en dieux [LA FONT., Fabl. X, 12]
M. de la Trousse demeure sur la frontière et prend soin des places conquises ; cet emploi est un morceau de favori [SÉV., 370]
C'était un morceau unique [la coadjutorerie de Reims] qu'il convoitait pour son neveu [SAINT-SIMON, 58, 228]
On dit dans le même sens : il ne tâtera pas, vous ne tâterez pas de ce morceau-là. Fig. C'est un friand morceau, c'est un morceau de roi, se dit d'une jolie personne.
Morbleu ! j'entre en furie En songeant qu'un morceau si tendre et si friand Doit tomber sous la main d'un maudit bas Normand [REGNARD, le Bal, 4]
Le bonhomme Tournehem s'écriait souvent : Il faut avouer que la fille de Mme Poisson [celle qui fut Mme de Pompadour] est un morceau de roi [VOLT., Comm. Œuv. aut. Henr.]
Fig. Objet de littérature ou d'art considéré dans sa totalité. La colonnade du Louvre est un beau morceau. Voilà un beau morceau de sculpture, d'orfévrerie.
Ce ravissant morceau [de peinture], quoique d'un moindre rang, N'a pas moins que la Flore et l'auguste et le grand [BAHIER, le Cabinet de Quinault, p. 58]
De tous ses ouvrages [de Longin], le temps ne nous a conservé que son traité du Sublime, qui est un des plus beaux morceaux qui nous restent de l'antiquité [ROLLIN, Hist. anc. Œuvr. t. XI, 2e part. p. 662, dans POUGENS.]
Le plus beau morceau de Loutherbourg est sa nuit ; je l'ai comparée à celle de Vernet [DIDEROT, Salon de 1765, Œuv. t. XIII, p. 241, dans POUGENS]
Vous a-t-il lu son morceau sur les mœurs et l'état politique des Anglais ? [GENLIS, Veillées du château t. III, p. 170, dans POUGENS]
Morceau de réception. Les peintres et les sculpteurs faisaient autrefois, pour entrer à l'Académie, des tableaux ou des groupes en marbre de petite dimension d'après lesquels ils étaient reçus ; il y en a plusieurs au Louvre dans les salles de sculpture moderne qui portent ce titre : Morceau de réception.
Morceau de réception, morceau d'exclusion [DIDER., Salon de 1767, Œuv. t. XV, p. 130]
En musique, un morceau, une pièce de musique. Cette ouverture est un beau morceau. Morceau d'ensemble, morceau à diverses parties, chanté par plusieurs voix.
Fig. Fragment, partie d'une chose qui n'est divisible qu'en idée.
C'est ainsi qu'ils [les frères de Bohême] se séparèrent des calixtins, c'est-à-dire les seuls hussites qui fussent alors, voilà comme ils sont disciples de Jean Huss : morceau rompu d'un morceau, schisme séparé d'un schisme, hussites divisés des hussites, et qui n'en avaient presque retenu que la désobéissance et la rupture avec l'Église romaine [BOSSUET, Variat. XI, § 174]
Mme de Vins a gagné un grand morceau de son procès [SÉV., 8 mai 1676]
Votre relation est admirable.... je prends intérêt à toutes ces aventures.... ce morceau de votre vie est si extraordinaire et si nouveau.... [ID., 16 mai 1672]
Nous ne finissons pas.... vous regrettant, ne trouvant rien qui vous vaille, chacun de nous redisant quelque morceau de votre esprit [ID., à Bussy, 24 avr. 1672]
Que dites-vous de trouver à Grignan un si bon morceau de la Bretagne, ma mère et mon frère ? [Mme DE GRIGNAN, dans SÉV. à Coulanges, 10 avr. 1691]
Il se dit dans le même sens d'un tout.
On croit qu'on va assiéger Cambrai : c'est un si étrange morceau, qu'on espère que nous y avons de l'intelligence [SÉV., 15 avr. 1676]
La première chose que le roi fait avec le nouveau pape, qui est entièrement selon son cœur, c'est de lui rendre ce beau morceau [le comtat d'Avignon] qui était si fort à votre bienséance [ID., 26 oct. 1689]
Morceau d'Adam, la petite proéminence qu'on voit au gosier des hommes. On dit plus souvent pomme d'Adam.

PROVERBES

  • Double jeûne, double morceau, se dit à ceux qui, les jours de jeûne, mangent plus qu'à l'ordinaire.
  • Morceau avalé n'a plus de goût, c'est-à-dire on fait peu de cas des plaisirs passés.
  • Les premiers morceaux nuisent aux derniers, c'est-à-dire on ne peut pas manger autant des derniers plats que des premiers, dans un dîner.

HISTORIQUE

  • XIIe s.
    Ki del morsel fu estranglez [WACE, Rou, V. 10723]
  • XIIIe s.
    Chansonnettes, mos, fableaux, Pour gaigner les bons morceaux [un bon repas] [, Hist. litt. de la Fr. t. XXIV, p. 449]
    Nes [même] un tout seul morsel n'en a ele avalé [, Berte, XLV]
    Du bout des dois le morsel touche, Qu'el devra moillier en la sa uce [, la Rose, 13918]
    Et ne porquant il li demande Un seul morsel de sa viande [, Ren. 1029]
    Chevauché as les grans chevaus, Et devoré les cras morsiaus [, Les vers du monde]
  • XIVe s.
    ....Que j'eüsse un hanap de vin tant seulement Et trois morseaux sans plus de bon pain de froment [, Guesclin. 11540]
    Et quelque gros morcel qui y soit, il convient qu'il passe oultre le neu de la gorge [, Ménagier, I, 3]
  • XVe s.
    Perrete la Baudoyne empoisonna le suppliant, et lui bailla ung mauvais morceau [DU CANGE, morsellum.]
  • XVIe s.
    L'enter à escusson, appellé aussi emplastration, morceau et bouton [O. DE SERRES, 666]
    Le larynx ou nœud de la gorge, qu'on appelle vulgairement le morceau d'Adam [PARÉ, IV, 15]
    À morceau restif esperon de vin [COTGRAVE, ]
    Cestuy-ci [le vicomte d'Orthez] ne la fit pas longue après ce refus [de massacrer les protestants] ... avec soupçon... d'un morceau mal digeré [D'AUBIGNÉ, Hist. II, 29]

ÉTYMOLOGIE

  • Pic. mourcheu ; wall. moirsai, trognon ; prov. morsel, morseus ; ital. morsello ; bas-lat. morsellus, diminutif de morsus, morsure (voy. MORDRE).

morceau

MORCEAU. n. m. Partie séparée d'un corps solide et continu. Un morceau d'étoffe, de bois, de pain, de viande, etc. Mettre en morceaux.

Il se dit spécialement d'une Portion séparée d'une chose solide qui peut être mangée. Gros, petit, bon morceau. Morceau délicat, friand. Couper un morceau. Vous faites les morceaux trop gros.

En termes de Boucherie, Les bas morceaux. Voyez BAS.

Pop. et absolument, Manger un morceau, Faire un repas fort léger. J'ai mangé un morceau avant de partir.

Aimer les bons morceaux, Aimer la bonne chère.

Fig. et fam., S'ôter les morceaux de la bouche, Se priver du nécessaire pour secourir ou obliger quelqu'un.

Fig., Acheter quelque chose pour un morceau de pain, L'acheter dans des conditions très avantageuses.

Fig. et fam., C'est un morceau de roi, se dit d'une Jolie personne.

Fig. et fam., C'est un gros morceau, C'est une affaire difficile à faire, un succès difficile à obtenir.

Fait de pièces et de morceaux, Fait de morceaux empruntés à diverses étoffes et qui ne vont pas bien ensemble. Un vêtement fait de pièces et de morceaux. Il signifie, figurément, Qui n'est pas bien coordonné, dont les parties n'ont pas la même origine et ne tiennent pas bien ensemble. Ce livre est fait de pièces et de morceaux. Cet État est fait de pièces et de morceaux.

MORCEAU désigne aussi une Portion, une partie non séparée, mais distincte et considérée à part, d'un tout solide et continu. Morceau de terre.

Fam., Il a attrapé un bon morceau de cette succession, Il en a eu une bonne partie.

Il se dit, dans le même sens, des Parties, des fragments d'un ouvrage de l'esprit ou d'une oeuvre d'art. Il y a de beaux morceaux dans ce poème, dans ce tableau, dans cet édifice. Il a traduit plusieurs morceaux de Virgile. Un recueil de morceaux choisis.

MORCEAU se dit quelquefois d'un Objet entier, d'un tout considéré par rapport au genre ou à l'espèce dont il fait partie. La colonnade du Louvre est un beau morceau. Ce discours est un morceau achevé. Cette élégie, cette églogue sont de beaux morceaux de poésie. Un morceau d'anthologie. Cette ouverture est un beau morceau de musique. Ce concerto est un morceau très difficile.

Morceau de concours, Morceau choisi pour être exécuté par chacun de ceux qui prennent part à un concours.

En termes de Musique, Morceau, Pièce de musique. Morceau d'ensemble, Morceau à diverses parties, chanté par plusieurs voix ou exécuté par plusieurs instruments.

morceau

Un Morceau de quelque chose que ce soit, Frustum.

Morceau de pain ou autre chose, Bolus.

Petit morceau, Buccella.

Le petit morceau qu'on a coupé de quelque chose, Recisamentum.

Un petit morceau de chair, Caruncula.

Petit morceau et piece quarrée comme un det à jouër, Tessela.

Morceaux qu'on a mangé, Esculenta frustra.

Morceau rompu d'une meule, Molaris.

Qui est fait de petites pieces et morceaux de diverses couleurs, Segmentatum.

Toutes choses faites de plusieurs morceaux, Cento.

Aimer les bons morceaux, Duci ventre.

Emporter quelque morceau de quelque chose avec les dens, Demordere.

Mettre en morceaux, Concerpere, Comminuere.

Par pieces et morceaux, Frustratim.

Par petis morceaux et parcelles, Intercise, Articulatim, Concise.

Plein de morceaux, Frustulentus.

Je pense que pour un morceau de pain tu te jecterois dedans le feu, Petere e flamma te cibum posse arbitror.

morceau


MORCEAU, s. m. MORCELER, v. act. [Morso; 2e dout. au sing. long. au pluriel. Morceaux. — Morcelé, 2e e muet, 3e é fer.] Morceau est 1°. au propre, partie d'une chôse bone à manger, et séparée de son tout. "Grôs, petit, bon morceau. "Faire les morceaux trop grôs; aimer les bons morceaux. = Fig. "Il a eu un bon morceau de cette succession. = 2°. Portion d'un corps solide et continu. Morceau de terre, d'héritage. "Tout son bien est en morceaux, en petits morceaux. = 3°. Partie séparée d'un corps continu. "Morceau de bois, d'étofe. — Et en parlant des ouvrages d'esprit: "Il y a de beaux morceaux dans ce Poème, dans ce discours, et cependant l'on ne peut dire que ce soit un beau Poème, un bon discours. = 4°. Il se dit au figuré, dans les Arts d'agrément, pour une pièce entière, qui ne fait pas partie d'un tout. "Ce tableau est un beau morceau. "Le frontispice du Louvre est un beau morceau d'Architectûre. "Le sermon de Neuville sur l'établissement de la Rel. Chrét. est un des plus beaux morceaux d'éloquence qu'il y ait jamais eus.
   On dit, en st. prov. doubler les morceaux, ou ses morceaux, se hâter de manger; aimer les bons~ morceaux, la bone chère. Le morceau honteux, le dernier qui reste au plat. = Les premiers morceaux nuisent aux derniers: l'on ne peut plus manger à la fin du repâs, quand on a beaucoup mangé au commencement. = S'endormir le morceau au bec, ou à la bouche, s'endormir ou se coucher d'abord après le repâs. = Manger un morceau, faire un repâs fort léger. "Nous ne mangerons qu'un morceau, et nous partirons tout de suite. = Tâiller les morceaux à quelqu'un, régler sa dépense, sa nourritûre; lui tâiller les morceaux bien courts; lui faire sa part bien petite. = Morceau avalé n'a plus de goût: un service est bientôt oublié.
   MORCELER, diviser par morceaux. Il ne se dit qu'au figuré et dans ces phrâses; morceler une terre, un héritage. "Ce système insensé (de la Féodalité) avoit morcelé le Royaume en autant de parties qu'il y avoir de châteaux en état de défense. Journ. Hist. et Polit. de Gen. = On ne dit point morceler du pain, une étofe: on dit, couper en morceaux.

Synonymes et Contraires

morceau

nom masculin morceau
1.  Partie d'un objet qui a été brisé.
2.  Quantité qu'on prélève sur un tout.
3.  Partie de quelque chose.
Traductions

morceau

Stück, Fleck, Brocken, Klumpen, Stückchenpiece, lump, bit, cut, fragment, wedge, morsel, chunkbrok, stukje, bonk, eindje, homp, stuk, klont, gedeelte, klontje, kunstwerk, onderdeel, beet, lap, hapje, deel, beetjeבדל (ז), בתר (ז), גזיר (ז), חלק (ז), חתיכה (נ), נתח (ז), פיסה (נ), פת (ז), קטע (ז), שבר (ז), חֵלֶק, שֶׁבֶר, חֲתִיכָה, בְּדַל, פִּסָּה, גְּזִיר, נֵתַחstukboci, peça, troskus, hrouda, kousekstykke, luns, smulepecopedazo, parte, pieza, trozo, fragmento, jira, bultopala, kimpale, möykky, palanenpezzo, parte, brandello, brano, frantume, porzione, tassello, tocco, zolletta, bloccopedaço, bocado, naco, montebucată, partebit, klump, styckekipandeκομμάτι, σβώλος, τεμάχιο, χοντρό κομμάτιbit, bite, klump, stykkeجُزْء صَغِير, قِطْعَة, قِطْعَة كَبِيرَة, كُتْلَةٌhrpa, komad, komadić一つ, 厚く切ったもの, 塊, 小片덩어리, 작은 조각, 큰 덩어리, 한 조각grudka, kawałek, klocглыба, кусок, кусочекเล็กๆ น้อยๆ, ก้อน, ชิ้นส่วนiri parça, parçacục, khúc, miếng, 大块, 小块 (mɔʀso)
nom masculin pluriel morceaux
1. partie de qqch un morceau de viande
2. musique partie d'une œuvre musicale jouer un morceau

morceau

[morceaux] (pl) [mɔʀso] nm [pain, fromage] → piece, bit
un morceau de pain → a piece of bread
mettre en morceaux → to pull to pieces, to pull to bits
[œuvre] → passage, extract
morceaux choisis → selected extracts
(MUSIQUE)piece
(CUISINE) [viande] → cut
bas morceaux → cheap cuts