morcelé, ée

MORCELÉ, ÉE

(mor-se-lé, lée) part. passé de morceler
Adieu bosquets, parterres, gazons, allées d'arbrisseaux et de fleurs ; tout cela morcelé entre dix paysans [P. L. COUR., Lett. V]
Fig.
Son discours, assez accueilli à la séance publique, mais à la faveur d'une lecture morcelée, n'a pu se soutenir en entier dans le cabinet. [LAHARPE, Correspond. t. IV, p. 259, dans POUGENS]
Le caractère germanique sur lequel devrait se fonder la force de tous, est morcelé comme la terre même qui a tant de différents maîtres [STAËL, Allem. I, 2]