morve

morve

n.f. [ var. anc. de gourme ]
1. Maladie contagieuse des équidés, caractérisée par des ulcérations nasales.
2. (Par ext.) Sécrétion des muqueuses du nez.

morve

(mɔʀv)
nom féminin
ce qui coule du nez Ce gamin a toujours la morve au nez.

MORVE

(mor-v') s. f.
Terme de vétérinaire. Redoutable maladie, particulière aux chevaux, qui débute par une inflammation de la membrane pituitaire accompagnée d'un jetage par les narines, qui est tantôt aiguë tantôt chronique, et qui est éminemment contagieuse soit de cheval à cheval, soit du cheval à l'homme.
Par extension, humeur visqueuse qui découle des narines. Cet enfant a la morve au nez.
Mucilage qui forme la substance des fruits huileux, avant leur maturité.
Pourriture qui attaque les laitues et la chicorée.

HISTORIQUE

  • XVIe s.
    Un vendeur de chevaux n'est tenu de leurs vices, fors de morve, courbes et courbatures [LOYSEL, 418]

ÉTYMOLOGIE

  • Génev. mourve ; provenç. vorma ; anc. cat. vorm ; esp. muermo ; port. mormo ; sicil. morvu. Comme la morve est la maladie par excellence du cheval, ce mot vient du latin morbus, qui d'ailleurs a pu donner toutes les formes ci-dessus inscrites. Il n'y a de difficulté que pour le provençal vorma, dans lequel on peut voir ou une métathèse ou un mot congénère de gourme. Comme dans la morve du cheval, il y a un flux par les narines, le mot a pris le sens de mucosité nasale.

morve

MORVE. n. f. Humeur qui découle des narines.

En termes d'Art vétérinaire, il se dit d'une Maladie à laquelle les chevaux sont sujets et qui est contagieuse soit de cheval à cheval, soit du cheval à l'homme. Quand on vend un cheval, la morve est garantie de droit.

morve

Morve, ou morveau, Mucus, Myxa myxae.

morve


MORVE, s. f. MORVEAU, s. m. MORVEUX; EûSE, adj. et subst. [2e e muet au 1er, dout. au 2d, lon. aux 2 dern. Morve, vo, veû, veû-ze.] Morve, est 1°. Excrément visqueux, qui sort des narines. "La morve lui sort du nez. = 2°. Maladie contagieûse à laquelle les chevaux sont sujets. = Morveau, morve plus épaisse et plus recuite. L'Acad. remarque fort bien que ce mot est désagréable à entendre et qu'on doit éviter de s'en servir. = Morveux, qui a de la morve. "Enfant morveux: nez morveux. = Cheval morveux. = Subst. Terme de mépris, en parlant des enfans. "Petit morveux, petite morveûse. "Voilà un beau morveux, un plaisant morveux pour faire l'entendu. = Voy. GALEUX.
   On dit, proverbialement, qu'il vaut mieux laisser son enfant morveux, que de lui arracher le nez; pour dire, qu'il vaut mieux tolérer un petit mal, un léger défaut que de se servir d'un remède, d'un moyen violent, qui aurait de plus grands inconvéniens.

Traductions

morve

סמארק (ז)

morve

snot

morve

ingus

morve

nước mũi

morve

Rotz

morve

сап

morve

vozhřivka

morve

snive

morve

rots

morve

[mɔʀv] nfsnot >