moue

(Mot repris de moues)

moue

n.f. [ du frq. ]
Grimace faite par mécontentement, en avançant les lèvres : Une moue de dégoût.

MOUE

(moue) s. f.
Grimace que l'on fait en allongeant les deux lèvres.
Elle fait la moue pour montrer une petite bouche, et roule les yeux pour les faire paraître grands [MOL., Critique, 2]
[En prononçant la voyelle u] vos deux lèvres s'allongent comme si vous faisiez la moue [ID., Bourg. gent. II, 6]
Et puis il fait une moue d'une aune [Mme D'ÉPINAY, Mém. t. II, p. 390, dans POUGENS]
Fig. Faire la moue, témoigner sa mauvaise humeur.
Eusses-tu plus de feu, plus de soin et plus d'art.... que Jodelle.... L'on te fera la moue [RÉGNIER, Sat. IV]
Chaque navire en un moment Devers la mer tourna sa proue, Comme pour lui faire la moue [SCARR., Virg. VI]

HISTORIQUE

  • XIIIe s.
    Et cil qui s'entremet de grans choses, aussi com se il en fust dignes et non est, et por ce fait il biaus dras, et autres choses apparissans, et de grans moes, par quoi il cuide estre avanciez ; li sage le tiennent por fol et por vain homme [BRUN. LATINI, Trésor, p. 288]
    Que il [le magistrat] soit fors et estables et de bon corage, non pas de moe ne de vaine gloire [ID., ib. p. 579]
    Tuit cil ami si s'enfoïrent, Et me firent trestuit la moe, Quant il me virent sous la roe De fortune envers abatu [, la Rose, 8077]
    Ne par ris n'enfle trop ses joes, Ne ne restraigne pas ses moes [, ib. 13560]
  • XVIe s.
    Le prisonnier [chez les peuplades sauvages de l'Amérique du nord] crache au visage de ceulx qui le tuent et leur faict la moue [MONT., I, 244]
    Onques vieil singe ne fit belle moue [COTGRAVE, ]

ÉTYMOLOGIE

  • Picard, mouse, et mouser, faire la moue ; wallon, mowe ; namur. mawe ; génev. mougne ; Chambéry, mogne ; angl. mow. L'anglais dit to make mouth, faire la moue ; mais mouth n'a pu donner moue ; et quant à mow, il vient du français moue, comme vow vient de vouer. Le français paraît tenir à un radical germanique qui se trouve dans le hollandais mouwe (mouwe maken, faire la moue) ; suisse, maüel, visage de mauvaise humeur, et mauwen, mâcher. Mais le picard mouse et le génevois mougne restent des formes singulières.

moue

MOUE. n. f. Grimace que l'on fait, en rapprochant et en allongeant les lèvres, en signe de dérision ou de mécontentement. Faire la moue. Faire la moue à quelqu'un.

Fig. et fam., Faire la moue, Bouder, témoigner de la mauvaise humeur par son silence et par son air.

mouë

Mouë, Rictus porrectio.

Faire la mouë, Rictum porrigere. Videtur esse nomen factum ab re ipsa. Car on ne sçauroit prononcer ce mot Mouë, sans faire la mouë. Aucuns escrivent Moë.

moûe


MOûE, s. f. [1re lon. 2ee muet.] Grimace faite par dérision ou par mécontentement. Dans le 1er sens, il régit le datif. "Faire la moûe à quelqu'un. Dans le 2d sens, il se dit sans régime. "Il est fâché ou chagrin; il fait la moûe. = On dit, populairement, d'un pendu: qu'il fait une vilaine moûe aux passans.

Traductions

moue

pout

moue

[mu] nfpout
faire la moue → to pout (fig) → to pull a face