moutonnier, ière

MOUTONNIER, IÈRE

(mou-to-niè, niè-r') adj.
Qui a la nature des moutons.
La moutonnière créature Pesait plus qu'un fromage [LA FONT., Fabl. II, 16]
Fig. Qui fait ce qu'il voit faire.
Qu'un seul mouton se jette à la rivière, Vous ne verrez nulle âme moutonnière Rester au bord : toutes feront le saut [LA FONT., Abb. mal.]
Quand on a le malheur d'être dans un pays de persécution et de servitude, au milieu d'une nation esclave et moutonnière, on est bien heureux qu'il y ait, dans un pays libre, des philosophes qui puissent élever la voix [D'ALEMB., Lett. à Voltaire, 14 avr. 1760]
Les extases [devant un tableau] de la multitude ignorante et moutonnière [BACHAUMONT, Mém. secr. t. XXXVI, p. 372]
On a dit aussi moutonnique.
Façon particulière aux esprits moutonniques du philosophe Huarto [G. NAUDÉ, Apologie, p. 16]

HISTORIQUE

  • XVe s.
    Et à ce malostru Changeon, Moutonnier, qui tient en procés, Je laisse trois coups d'escourgeon [VILLON, Petit testament.]
  • XVIe s.
    La nauf vuidée du marchant et des moutons : reste il icy, dist Panurge, ulle ame moutonniere ? [RAB., Pant. IV, 8]

ÉTYMOLOGIE

  • Mouton.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

  • MOUTONNIER. - HIST. Ajoutez : XIVe s.
    Que li estaus as bouviers et as moutonniers [bergers de moutons] de ladite boucherie seront assis alinet par devant (1303) [VARIN, Archives administr. de la ville de Reims, t. II, 1re part. p. 26]