nûment ou nuement


Recherches associées à nûment ou nuement: égrotant, ulnaire

NÛMENT ou NUEMENT

(nu-man) adv.
En état de nudité.
Les animaux ne pouvant ni se vêtir, ni s'abriter, ni faire usage de l'élément du feu pour se réchauffer, ils demeurent nûment exposés, et pleinement livrés à l'action de l'air et à toutes les intempéries du climat [BUFF., Quadrup. t. VII, p. 200]
Fig. D'une façon nue, sans rien d'ajouté.
Souffrez, s'il vous plaît, monseigneur, que je ne vous flatte point, et qu'en fidèle historien je raconte nuement les choses comme elles sont [VOIT., Lett. 10]
L'on ne souhaite pas nûment une beauté ; mais l'on y désire mille circonstances.... [PASC., Passions de l'amour]
Les historiens de ce siècle-là.... se sont bien gardés d'écrire les faits nuement et sèchement, ils les ont accompagnés de motifs et y ont mêlé les portraits de leurs personnages [FONTEN., Orig. fabl. t. III, p. 281, dans POUGENS]
Le président ne l'appelle [le lieutenant de police] ni maître, ni monsieur, mais nûment par son nom [SAINT-SIMON, 450, 32]
Fig. Sans déguisement.
Je répondrai nuement à tous les chefs de son accusation, sans me servir de ses couleurs ni de ses artifices [D'ABLANCOURT, Lucien, la Double accusation.]
Je vais vous instruire nuement et sans détour des plus petites particularités [RETZ, I, 2]
Pour développer devant moi ma conscience et pour être prêt à l'exposer dans la confession nûment et sans déguisement [BOURD., Pensées, t. I, p. 317]
Je n'aurai qu'à raconter nûment et simplement les faits, comme ils se sont passés [GRIMM, Corresp. t. I, p. 374, dans POUGENS]
En jurisprudence féodale, immédiatement, sans intermédiaire.
Ceux qui étaient autrefois nuement sous la puissance du roi, en qualité d'hommes libres sous le comte, devinrent insensiblement vassaux les uns des autres [MONTESQ., Esp. XXXI, 25]

HISTORIQUE

  • XIVe s.
    Qui lui depecheroit [dépécerait] sa robe tant que l'on veist son bras ou sa poitrine nuement, sa beauté naturel s'en montreroit mieulx [ORESME, Eth. 25]
  • XVe s.
    Adonc va dire messire Gabriel, qui là estoit, que dès lors dejà vouloit et se consentoit.... que le dict chastel de Ligourne fust nuement et absolument au mareschal [, Boucic. III, 10]
  • XVIe s.
    Il faut se rapporter nuement aux formules de la foy establies par les anciens [MONT., I, 399]
    Ce meurtre, à l'ouir nuement et simplement reciter, sembleroit encore plus cruel que celui de Philotas [AMYOT, Alex. 86]
    Or j'enten que nous cognoissons Dieu, non pas quand nous entendons nuement qu'il y a quelque Dieu, mais quand.... [CALV., Instit. 4]

ÉTYMOLOGIE

  • Nue, et le suffixe ment ; provenç. nudament ; espagn. et ital. nudamente ; portug. nuamente.