nain, aine

NAIN, AINE

(nin, nè-n') s. m. et f.
Celui, celle qui est d'une taille beaucoup plus petite que la taille ordinaire.
La naine, un abrégé des merveilles des cieux [MOL., Mis. II, 5]
Il y avait alors dans la chambre du roi un petit nain qui était muet, mais qui n'était pas sourd [VOLT., Zadig, 8]
Je viens de voir un véritable nain chez Mme la comtesse Humieska ; il est Polonais, fils d'un gentilhomme, il a vingt-deux ans et n'est haut que de vingt-huit pouces [SAINT-FOIX, Ess. Paris, Œuv. t. IV, p. 227]
Les citoyens de ce pays-là [Saturne] sont des nains qui n'ont que mille toises de haut ou environ [VOLT., Microm. 1]
On a des exemples de nains qui n'avaient que deux pieds, vingt-un et dix-huit pouces, et même d'un qui, à l'âge de trente-sept ans, n'avait que seize pouces [BUFF., Suppl. à l'hist. nat. Œuv. t. XI, p. 125]
En prenant cinq pieds pour la mesure commune de la taille des hommes, sept pieds pour celle des géants, et trois pieds pour celle des nains, on trouvera encore des géants plus grands et des nains plus petits [ID., ib. p. 127]
D'anciens châteaux s'offraient-ils à mes yeux, Point n'invoquais, à la porte fermée, Pour m'introduire, un nain mystérieux [BÉRANG., Fille du peuple.]
Fig.
.... Il faut... à tout petit esprit des dignités, des places ; Le nain monte sur des échasses ; Que de nains couronnés paraissent des géants ! [VOLT., Lett. pr. roy. de Pr. 1740]
Ô géant ! se peut-il que tu dormes ? On vend ton sceptre au poids ; un tas de nains difformes Se taillent des pourpoints dans ton manteau de roi [V. HUGO, Ruy Blas, III, 2]
Car nous sommes des nains à côté de nos pères [BARBIER, Iambes, Quatre-vingt-treize.]
Terme de jeu. Nain jaune, sorte de jeu de cartes pour lequel on emploie un tableau au milieu duquel est représenté un nain tenant à la main un sept de carreau
Terme de commerce. Nain londrin, drap fin qui se fabrique à Londres avec des laines d'Espagne.
Adj. Qui a une taille de nain.
Sa fille a le visage de travers, elle est bossue, naine et boiteuse [DANCOURT, Vend. Surêne, sc. 17]
Fig.
Que t'importe avec ses outrages, à toi, géant, un peuple nain ? [V. HUGO, Odes, IV, 6]
Végétaux nains, végétaux dont la taille est beaucoup au-dessous de celle des individus de même espèce. On dit que telle plante s'élève beaucoup dans un terrain aqueux, mais qu'elle reste naine dans un terrain sec. Arbres nains, arbres qu'on élève en buissons.
Le rosier maintenant, ô prodiges nouveaux ! Elève vers les cieux sa tête enorgueillie, Et sur des arbres nains la pomme est recueillie [DELILLE, Homme des champs, II]
Buis nain, buis qui ne devient jamais aussi grand que le buis ordinaire. On le dit, dans le même sens, des animaux. Cheval nain. Œuf nain, œuf de poule qui ne contient point de jaune.

HISTORIQUE

  • XIIIe s.
    .... Ung si très petit homme, Que chascun à nain le renomme [, la Rose, 18422]
    Après li vont deus chars corant, Qui tuit sont de vitaille plein ; Et dui escuiers et un nein Les conduient sanz plus de gent [, Ren. 22590]
    Un neim [il] i trove sulement Vestu de paile estreitement [, Lai del desiré]
  • XVIe s.
    Tous arbres dont la branche est enracinable, se convertissent en nains, si on fourre en terre les sommités de leurs branches ren versées sen dessus dessous [O. DE SERRES, 674]
    Naintre [NICOT, Dict.]

ÉTYMOLOGIE

  • Picard, naintre, nain, naintresse, naine ; Berry, nine, naine ; provenç. nan, nant ; espagn. enano ; portug. anâo ; ital. nano ; du lat. nanus.