natte

natte

n.f. [ lat. matta ]
1. Tissu de paille ou de joncs entrelacés : Se coucher sur une natte.
2. Ensemble de mèches de cheveux entrelacées tresse

NATTE

(na-t') s. f.
Tissu de paille ou de jonc fait de trois brins ou cordons entrelacés et servant à couvrir les planchers ou à revêtir les murailles des chambres.
Le pain et l'eau pour se nourrir, le sac et le cilice pour se vêtir, une simple natte ou la terre nue pour se reposer [BOURDAL., Pensées, t. I, p. 346]
Aussi bons politiques que les Romains, ils [les Iroquois] avaient adopté quelques-uns de ces peuples vaincus, et leur avaient, pour ainsi dire, donné sur leur natte le droit de bourgeoisie iroquoise [BOUGAINVILLE, Instit. Mém. scienc. mor. et pol. t. III, p. 325]
On feint [pour échapper au pacha] d'être mourant sur sa natte, ou l'on fuit dans la montagne [CHATEAUBR., Itin. 5e part.]
Fil, soie, etc. tressés en natte. Une natte d'or et d'argent. Natte de cheveux, cheveux tressés en natte.
Théodore, qui, durant ce temps, contemplait les deux plus longues nattes et les plus beaux cheveux du monde [GENLIS, Adèle et Théod. t. III, p. 348, dans POUGENS]
Natte à trois, à quatre, à cinq, à six, etc. natte à trois brins, à quatre brins, à cinq brins, à six brins, etc. Se dit des cheveux surtout.
Terme de conchyliologie. Natte d'Italie, variété de cône listre. Natte de jonc, espèce de telline, la telline vierge et quelquefois la Vénus écrite. Natte de jonc sans tache, autre espèce de telline.
Bois de nattes, voy. NATTIER.

HISTORIQUE

  • XIe s.
    Soz le degret, où il gist sur sa nate, Iluec paist l'um [on le nourrit] del relef de la table [, St Alexis, L]
  • XIIIe s.
    Le soudanc venoit touz jours jouer aus eschez sus les nates qui estoient au piez de son lit [JOINV., 213]

ÉTYMOLOGIE

  • Ital. matta ; du lat. matta, par changement d'm en n, comme dans nappe, de mappa, nèfle, de mespilus, etc.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

    NATTE. Ajoutez :
    Nom donné à une petite pâtisserie faite en forme de natte.

natte

NATTE. n. f. Sorte de tissu de paille, de jonc, de roseau, etc., fait ordinairement de trois brins ou cordons entrelacés, et servant à couvrir les planchers, à revêtir les murs des chambres, etc. Clouer des nattes sur un plancher. Rouleau de natte. S'étendre sur des nattes.

NATTE se dit aussi de Toute sorte de tresse de fil, de soie, etc., lorsqu'elles sont faites au moins de trois brins ou cordons. Une natte d'or et d'argent.

Par analogie, Natte de cheveux, Cheveux tressés en natte.

natte

Natte, a Matta mattae, m verso in n.

Une sorte de couverture faicte de joncs ou de genest, ou de chanvre, ou autres herbes de marez: comme pourroyent estre des nattes, Teges, Storea.

natte


NATTE, ou NATE, s. fém. NATER, v. act. NATIER, s. m. [2e e muet au 1er, é fermé au 2d et au 3e.] Nate est un tissu de pâille ou de jonc, servant, ou à revétir les murâilles, ou à couvrir les planchers. — On dit, par imitation, nate d'or, d' argent; et des cheveux tressés en nate, qui imitent le tissu de la nate. = Nater, couvrir de nate les murâilles ou le plancher. = Natier, celui qui fait et qui vend de la nate.

Traductions

natte

pigtail, braid, mat, plaitמחצלת (נ), מקלעת (נ), משזר (ז), צמה (נ), צַמָּה, מַחְצֶלֶת(gevlochten) mat, vlecht [haar], vlecht, haarvlechtanyam, anyamanциновка, цыновка, косичкаstoia, stuoia, treccia, codinoشَعْرٌ مَجْدُولٌ في ضَفْرَيـْنcopfletningZopfκοτσίδαcoletasaparopletenicaおさげ땋아늘인 머리museflettewarkoczyktrançaråttsvansหางเปียsaç örgüsübím tóc辫子 (nat)
nom féminin
cheveux entrelacés

natte

[nat] nf
(= tapis) → mat
[cheveux] → plait
Cécile avait des nattes → Cécile had plaits.