nature

1. nature

n.f. [ lat. natura ]
1. Ensemble des êtres et des choses qui constituent l'Univers, le monde physique ; réalité : Les merveilles de la nature cosmos, monde
2. Ensemble du monde physique, considéré en dehors de l'homme : Développer l'amour de la nature chez les enfants.
3. Ensemble de ce qui, dans le monde physique, n'apparaît pas comme transformé par l'homme : Vivre en pleine nature.
4. Ensemble des lois qui paraissent maintenir l'ordre des choses et des êtres : La nature fait bien les choses.
5. Ensemble des caractères fondamentaux qui définissent les êtres : C'est dans la nature de l'homme condition, essence
6. Ensemble des traits qui constituent la personnalité physique ou morale d'un être humain : Une nature délicate constitution, santé caractère, tempérament
7. Ensemble des caractères, des propriétés qui définissent les choses ; sorte, espèce : La nature de ce conflit l'apparente à un génocide. Nous avons rencontré des difficultés de toute nature genre, ordre
8. Modèle réel qu'un artiste a sous les yeux : Dessiner d'après nature. Une figure plus petite que nature.
9. En grammaire, classe à laquelle appartient un mot.
Contre nature,
se dit de ce qui est jugé contraire aux lois de la nature, et en partic. de ce qui est contraire aux grands principes moraux.
De nature à,
susceptible de, capable de ; propre à : Cette déclaration n'est pas de nature à apaiser les esprits.
En nature,
en objets réels et non en argent : Avantages en nature.
Être dans la nature des choses,
se produire par une nécessité interne, être normal.
Les forces de la nature,
les forces qui semblent animer l'Univers et qui se manifestent notamm. dans les phénomènes météorologiques.
Nature humaine,
ensemble des caractères communs à tous les hommes.
Nature morte,
représentation peinte de fruits, de fleurs, de nourritures, d'objets divers.
Payer en nature,
Fam. accorder ses faveurs en échange d'un service rendu.
Petite nature,
personne de santé fragile ou de faible résistance psychologique.

2. nature

adj. inv.
1. Au naturel ; sans addition ni mélange : Yaourts, thés nature.
2. Fam. Naturel ; spontané : Elles sont très nature.

NATURE

(na-tu-r') s. f.

Résumé

Ensemble de tous les êtres qui composent l'univers.
Ordre établi dans l'univers, ou système des lois qui président à l'existence des choses et à la succession des êtres.
Sorte de personnification de l'ensemble des lois naturelles, puissance des choses naturelles, force active qui établit et conserve l'ordre naturel.
Dans un sens très lâche, l'ensemble des choses qui sont sous les yeux, sous la main de l'homme.
Ce qui constitue tout être en général, soit incréé, soit créé.
L'essence, les attributs, la condition propre d'un être ou d'une chose.
La nature des choses, en général, la nécessité qui résulte de la constitution des choses.
Ensemble des propriétés qu'un être vivant tient de sa naissance, de son organisation, de sa conformation primitive, par opposition à celles qu'il peut devoir à l'art.
Il se dit, par extension, de ce qui est comparé à une espèce d'être vivant.
10° Nature humaine.
11° La condition de l'homme telle qu'on la suppose antérieurement à toute civilisation.
12° Ce qui appartient d'origine à l'être humain, par opposition à coutume.
13° En théologie, l'état naturel de l'homme, par opposition à l'état de grâce.
14° La constitution du corps vivant, le principe qui le soutient.
15° La complexion, le tempérament de chaque individu.
16° L'ensemble des sentiments innés.
17° Une certaine disposition ou inclination de l'âme.
18° L'ensemble des affections du sang, de la famille.
19° Sorte, espèce.
20° Nature se dit des opérations, des productions de la nature, par opposition à celles de l'art.
21° La nature soit physique, soit morale, considérée comme modèle des arts d'imitation.
22° Particulièrement, en peinture et en sculpture, l'objet réel qu'on se propose de représenter.
23° Les parties qui servent à la génération.
24° État matériel de certaines choses par opposition à l'argent qu'elles peuvent valoir
25° En métallurgie, prendre nature.
26° En musique, chanter par nature.
27° Bœufs de nature.
28° En cuisine, bœuf, côtelette nature.
29° Contre nature.
Ensemble de tous les êtres qui composent l'univers.
Au lieu de cette philosophie spéculative qu'on enseigne dans les écoles, on en peut trouver une pratique, par laquelle, connaissant la force et les actions du feu, de l'eau, de l'air, des astres, des cieux et de tous les autres corps qui nous environnent aussi distinctement que nous connaissons les divers métiers de nos artisans, nous les pourrions employer en même façon à tous les usages auxquels ils sont propres, et ainsi nous rendre comme maîtres et possesseurs de la nature [DESC., Méth. VI, 2]
Que l'homme contemple la nature entière dans sa haute et pleine majesté.... que la terre lui apparaisse comme un point.... si notre vue s'arrête là, que l'imagination passe outre : elle se lassera plutôt de concevoir que la nature de fournir ; tout ce monde visible n'est qu'un trait imperceptible dans l'ample sein de la nature [PASC., Pens. I, 1, éd. HAVET.]
Qu'est-ce que l'homme dans la nature ? un néant à l'égard de l'infini, un tout à l'égard du néant ; un milieu entre rien et tout [ID., ib. I, 1]
Je regarde de toutes parts, et ne vois partout qu'obscurité ; la nature ne m'offre rien qui ne soit matière de doute et d'inquiétude [ID., ib. XIV, 2]
Non-seulement parce que je ne me sentirais pas assez fort pour trouver dans la nature de quoi convaincre des athées endurcis, mais encore parce que cette connaissance, sans Jésus-Christ, est inutile et stérile [ID., ib. X, 5]
C'est une chose étrange qu'ils [les hommes] aient voulu comprendre les principes des choses, et de là arriver jusqu'à connaître tout par une présomption aussi infinie que leur objet ; car il est sans doute qu'on ne peut former ce dessein sans une présomption ou sans une capacité infinie comme la nature [ID., ib. I, 1]
Il savait parler à chacun selon ses talents.... aux voyageurs curieux de ce qu'ils avaient découvert ou dans la nature, ou dans le gouvernement, ou dans le commerce [BOSSUET, Louis de Bourbon.]
Multipliez vos jours, comme les cerfs et les corbeaux, que la fable ou l'histoire de la nature fait vivre durant tant de siècles [ID., Sermons, Mort, 1]
L'homme de la nature est le chef et le roi [BOIL., Sat. VIII]
Votre nature n'est qu'un mot inventé pour signifier l'universalité des choses [VOLT., Dialog. XXIX, 2]
La nature est le trône extérieur de la magnificence divine [BUFF., Quadrup. t. IV, p. 12]
Virgile en de riants vallons A célébré l'agriculture ; Vous, l'abbé, c'est dans les salons Que vous observez la nature [M. J. CHÉNIER, Épître à Delille.]
On ne rencontre point le nom de ses ancêtres [de l'homme sauvage d'Amérique] dans les fastes des empires ; les contemporains de ses aïeux sont de vieux chênes encore debout ; monuments de la nature et non de l'histoire, les tombeaux de ses pères s'élèvent inconnus dans des forêts ignorées [CHATEAUBR., Itin. 3e part.]
Ah ! c'est là qu'entouré d'un rempart de verdure, D'un horizon borné qui suffit à mes vœux, J'aime à fixer mes pas, et, seul dans la nature, à n'entendre que l'onde, à ne voir que les cieux [LAMART., Méd. I, 6]
Mais la nature est là qui t'invite et qui t'aime ; Plonge-toi dans son sein qu'elle t'ouvre toujours ; Quand tout change pour toi, la nature est la même, Et le même soleil se lève sur tes jours [ID., ib. I, 6]
Dieu, pour le concevoir, a fait l'intelligence ; Sous la nature enfin découvre son auteur [ID., ib. I, 6]
L'impassible nature a déjà tout repris [V. HUGO, Rayons et ombres, XXXIV]
Il n'y a rien de meilleur, de plus mauvais, de plus beau, de plus laid dans la nature, dans toute la nature, se dit d'une personne très bonne, très mauvaise, etc. La nature inorganique, l'ensemble des substances qui n'ont ni organisation ni vie. La nature végétale, l'ensemble des végétaux.
Tout ce que vous voyez, c'est la nature végétale et inanimée ; et, quoi qu'on puisse faire, elle laisse toujours une idée de solitude qui attriste [J. J. ROUSS., Hél. IV, 11]
La nature animale, l'ensemble des animaux. Système de la nature, titre du grand ouvrage de Linné, où tous les objets de la nature, minéraux, végétaux et animaux, sont classés suivant leurs affinités. Le système de la nature de d'Holbach, système d'athéisme et de matérialisme.
Il y avait là [dans le système de Spinosa] de la philosophie ; mais je suis forcé de dire que je n'en trouve aucune dans le Système de la nature [VOLT., Dict. philos. Dieu, 4]
Ordre établi dans l'univers, ou système des lois qui président à l'existence des choses et à la succession des êtres. Les merveilles de la nature. Les lois de la nature.
Il ne faut pas juger la nature selon nous, mais selon elle [PASC., Pens. XXV, 19]
La nature a des perfections pour montrer qu'elle est l'image de Dieu, et des défauts pour montrer qu'elle n'en est que l'image [ID., ib. XXIV, 70]
Notre âme est jetée dans le corps, où elle trouve nombre, temps, dimension ; elle raisonne là-dessus, et appelle cela nature, nécessité, et ne peut croire autre chose [ID., ib. X, 1]
Réaumur, dont la main si savante et si sûre A percé tant de fois la nuit de la nature [VOLT., 4e disc.]
La nature est le système des lois établies par le créateur pour l'existence des choses et pour la succession des êtres ; la nature n'est point une chose, car cette chose serait tout ; la nature n'est point un être, car cet être serait Dieu ; mais on peut la considérer comme une puissance vive, immense, qui embrasse tout, qui anime tout, et qui, subordonnée à celle du premier être, n'a commencé d'agir que par son ordre [BUFF., Quadrup. t. IV, p. 1]
Il faut traduire la nature, comme elle s'offre aux sens ; et son interprète ne doit jamais être son commentateur [J. SENNEBIER, Ess. sur l'art d'observer, t. II, p. 35, dans POUGENS.]
Sorte de personnification de l'ensemble des lois naturelles, puissance des choses naturelles, force active qui établit et conserve l'ordre naturel.
C'est une œuvre où nature a fait tous ses efforts [MALH., V, 2]
Je dois définir ce que j'entends proprement, lorsque je dis que la nature m'enseigne quelque chose ; car je prends ici la nature en une signification plus resserrée que lorsque je l'appelle un assemblage ou une complexion de toutes les choses que Dieu m'a données [DESC., Médit. VI, 14]
Souvent la nature nous dément, et ne s'assujettit pas à ses propres règles [PASC., Pens. III, 16]
La nature recommence toujours les mêmes choses, les ans, les jours, les heures.... ainsi se fait une espèce d'infini et d'éternel [ID., ib. XXV, 9]
Pourquoi ma durée à cent ans plutôt qu'à mille ? quelle raison a eue la nature de me la donner telle, et de choisir ce nombre plutôt qu'un autre dans l'infinité ? [ID., ib. XXV, 16 bis.]
La nature s'imite : une graine jetée en bonne terre produit [ID., ib. XXV, 65]
Sous le nom de nature, nous entendons une sagesse profonde qui développe avec ordre et selon de justes règles tous les mouvements que nous voyons [BOSSUET, Conn. IV, 1]
Quoique Dieu et la nature aient fait tous les hommes égaux, en les formant d'une même boue [ID., Gornay.]
La simplicité d'une vie particulière qui goûte doucement et innocemment ce peu de biens que la nature nous donne [ID., Duch. d'Orl.]
La nature, cruelle usurière, nous ôte tantôt un sens et tantôt un autre [ID., Bourgoing.]
Toute la nature s'épuise pour la parer [une femme] [ID., la Vallière.]
Tel en un secret vallon.... Croît à l'abri de l'aquilon Un jeune lis, l'amour de la nature [RAC., Ath. II, 9]
Il n'est pas surprenant que les effets de la nature donnent bien de la peine aux philosophes [FONTEN., Oracles, 1, Avant-propos.]
Non que la nature ait été aussi soigneuse qu'on le dit quelquefois de mettre dans chaque pays les plantes qui devaient convenir aux maladies des habitants.... [ID., Tournefort.]
Ce sont [les goûts et dégoûts] des avis secrets de la nature, si cependant la nature a un soin de nous si exact et auquel on puisse tant se fier [ID., Tschirnhaus]
J'ai pris la nature sur le fait [, mot de Fonten. dans VOLT. Micromégas, 6]
La nature agit toujours avec lenteur et, pour ainsi dire, avec épargne [MONTESQ., Lett. pers. 114]
Et si je vous disais qu'il n'y a point de nature, que tout est art dans l'univers, et que l'art annonce un ouvrier [VOLT., Dial. XXIX, 2]
La nature, à un philosophe : Mon pauvre enfant, veux-tu que je te dise la vérité ? c'est qu'on m'a donné un nom qui ne me convient pas ; on m'appelle nature, et je suis tout art [ID., Dict. phil. Nature.]
Tant la nature même en toute nation Grava l'être suprême et la religion [ID., Orphel. I, 1]
La nature est comme ces grands princes qui comptent pour rien la perte de quatre cent mille hommes, pourvu qu'ils viennent à bout de leurs augustes desseins [VOLT., l'Homme aux 40 écus, Entretien avec un géomètre]
La nature, libre au milieu des limites que nous pensons lui prescrire, est plus riche que nos idées et plus vaste que nos systèmes [BUFF., Ois. t. XIV, p. 30]
Lorsqu'on nomme la nature purement et simplement, on en fait une espèce d'être idéal, auquel on a coutume de rapporter, comme cause, tous les effets constants, tous les phénomènes de l'univers [ID., ib. t. I, p. 3]
Tout doit finir sans doute ; mais les grands ouvrages de la nature ont une vie si longue que nous vieillissons, nous mourons sans voir leurs progrès vers la décrépitude [BAILLY, Hist. de l'astr. mod. t. III, p. 226, dans POUGENS]
Le mot de nature est un de ces mots dont on se sert d'autant plus souvent que ceux qui les entendent ou qui les prononcent y attachent plus rarement une idée précise [CONDORCET, Tronchin.]
La nature n'est point avare, la nature n'est point prodigue, la nature ne s'épuise point : ce sont des mots vides de sens [MARMONTEL, Élém. litt. Œuv. t. IX, p. 298, dans POUGENS]
Telle sur un rameau durant la nuit obscure Philomèle plaintive attendrit la nature [DELILLE, Géorg. IV]
Combien la nature est féconde En plaisirs ainsi qu'en douleurs ! [BÉRANG., la Nature]
Payer le tribut ou tribut à la nature, mourir.
Tous deux [les médecins] s'étant trouvés différents pour la cure, Leur malade paya le tribut à nature [LA FONT., Fabl. V, 12]
Philosophie de la nature, sorte de panthéisme de quelques philosophes allemands. Terme de physique. Jeux de la nature, phénomènes qui, présentant quelque singularité, sont considérés comme des caprices de la nature.
Dans un sens très lâche, l'ensemble des choses qui sont sous les yeux, sous la main de l'homme.
Rien n'est plus commun que les bonnes choses, il n'est question que de le discerner.... la nature, qui seule est bonne, est toute familière et commune [PASC., Géométr. II]
La nature se perpétue par des reproductions ; elle se détruit par les jouissances [MIRABEAU, Collection, t. V, p. 410]
Ce qui constitue tout être en général, soit incréé, soit créé. La nature de Dieu. La nature angélique. La nature humaine.
Comme l'homme n'est pas une nature purement intelligente, et qu'il est, ainsi qu'il a été dit, une nature intelligente unie à un corps [BOSSUET, Connaiss. IV, 1]
Il faudrait être de la nature des anges, pour se maintenir dans le monde et pour se sauver de la contagion [BOURD., 14e dim. après la Pentec. Dominic. t. III, p. 414]
Terme de théologie. Les deux natures de Jésus-Christ, la nature divine et la nature humaine.
La foi embrasse plusieurs vérités qui semblent se contredire.... la source en est dans l'union des deux natures en Jésus-Christ [PASC., Pens. XXIV, 12]
Le mystère du Rédempteur, qui, unissant en lui les deux natures, humaine et divine, a retiré les hommes de la corruption du péché pour les réconcilier à Dieu, en la personne divine [ID., ib. XI, 10 bis.]
L'hérésie des monothélites, qui, par une bizarrerie presque inconcevable, en reconnaissant deux natures en Notre-Seigneur, n'y voulaient reconnaître qu'une seule volonté [BOSSUET, Hist. I, 11]
L'essence, les attributs, la condition propre d'un être ou d'une chose. La nature du feu est de brûler.
Ô vraiment divine aventure, Que ton respect fasse marcher Les astres contre leur nature [MALH., VI, 2]
S'ils [les philosophes] vous ont donné Dieu pour objet, ce n'a été que pour exercer votre superbe : ils vous ont fait penser que vous lui étiez semblables et conformes par votre nature ; et ceux qui ont vu la vanité de cette prétention vous ont jetés dans l'autre précipice, en vous faisant entendre que votre nature était pareille à celle des bêtes [PASC., Pens. XII, 2]
La vraie nature de l'homme, son vrai bien, et la vraie vertu, et la vraie religion, sont choses dont la connaissance est inséparable [ID., ib. XI, 2]
Notre nature est dans le mouvement ; le repos entier est la mort [ID., ib. XXV, 7]
La nature de l'amour-propre et de ce moi humain est de n'aimer que soi [ID., ib. II, 8]
Nous connaissons l'existence et la nature du fini, parce que nous sommes finis et étendus comme lui ; nous connaissons l'existence de l'infini, parce qu'il a étendue comme nous, mais non des bornes comme nous [ID., ib. X, 1]
Le temps, dont la nature est de n'être jamais que dans un moment qui s'enfuit d'une course précipitée et irrévocable [BOSSUET, Yol. de Monterby.]
Encore que notre esprit soit de nature à vivre toujours [ID., Duch. d'Orl.]
Voulez-vous savoir en un mot ce que c'est que l'homme ? tout son devoir, tout son objet, toute sa nature, c'est de craindre Dieu [ID., ib.]
La mort ne nous laisse pas assez de corps pour occuper quelque place.... notre chair change bientôt de nature, notre corps prend un autre nom.... [ID., ib.]
Il est impossible que nous ne rencontrions des objets qui ont des natures ou des qualités contraires aux nôtres [FLÉCHIER, Sermons, I, 136]
Ne nous emportons point contre les hommes, en voyant leur dureté, leur ingratitude, leur injustice... ils sont ainsi faits, c'est leur nature [LA BRUY., XI]
Fig.
C'est une grande querelle que celle de l'Angleterre avec ses colonies : savez-vous, mon ami, par où nature veut qu'elle finisse ? Par une rupture [DIDER., Sur les lettres d'un fermier.]
La nature des choses, en général, la nécessité qui résulte de la constitution des choses.
Les lois, dans la signification la plus étendue, sont les rapports nécessaires qui dérivent de la nature des choses [MONTESQ., Espr. I, 1]
De la nature des choses, titre d'un poëme latin de Lucrèce, qui est une exposition du système d'Épicure. Il est dans la nature des choses, il arrive naturellement, inévitablement. Il est dans la nature des choses que la faveur l'emporte souvent sur le mérite.
Ensemble des propriétés qu'un être vivant tient de sa naissance, de son organisation, de sa conformation primitive, par opposition à celles qu'il peut devoir à l'art. Chaque animal obéit à sa nature.
Mais on ne voit qu'à Rome une vertu si pure ; Le reste de la terre est d'une autre nature [CORN., Nic. II, 3]
Bocchoris comptait pour rien les hommes, croyant qu'ils n'étaient faits que pour lui, et qu'il était d'une autre nature qu'eux [FÉN., Tél. II]
Sa nation farouche est d'une autre nature Que les tristes humains qu'enferment nos remparts [VOLT., Orphel. I, 3]
Passer en nature, devenir le propre de.
Le parfait parmi les parfaits .... celui à qui la vertu a passé en nature [BOSSUET, États d'orais. VI, 10]
La contagion du premier péché par lequel la source des hommes étant infectée, la corruption nous est passée en nature [ID., 1er sermon, Pentec. 1]
Il se dit, par extension, de ce qui est comparé à une espèce d'être vivant, tel qu'un peuple, un gouvernement, etc.
Chaque peuple a le sien [gouvernement] conforme à sa nature [CORN., Cinna, II, 1]
Polybe a très bien conclu que Carthage devait à la fin obéir à Rome par la seule nature des deux républiques [BOSSUET, Hist. III, 6]
Il y a cette différence entre la nature d'un gouvernement et son principe, que sa nature est ce qui le fait être tel ; et son principe, ce qui le fait agir [MONTESQ., Espr. III, 1]
Les circonstances et la nature du gouvernement font les vices et les vertus des nations [D'ALEMBERT, Éloges, Montesquieu.]
10° Nature humaine, ou, simplement, nature, la totalité des conditions physiques et morales de l'être humain. La nature pâtit à la vue d'un grand péril. Les besoins de la nature.
Ceux qui sont dans le déréglement disent à ceux qui sont dans l'ordre que ce sont eux qui s'éloignent de la nature, et ils la croient suivre [PASC., Pens. VI, 4, éd. HAVET.]
Il pourrait sembler au premier abord que la voix commune de la nature, qui désire toujours ardemment la vie, devrait décider cette question [si une longue vie est désirable] [BOSSUET, Yol. de Monterby.]
Que la fortune ne tente donc pas de nous tirer du néant, ni de forcer la bassesse de notre nature [BOSSUET, Duch. d'Orl.]
Mais je crois bien en vérité Qu'en lui, tout comme en moi, souffrit dame nature [DANCOURT, Céphale et Procris, I, 2]
Nature, tu frémis... terreur d'un autre monde, Abîme de l'éternité [SAURIN, Beverlei, V, 5]
Alphabet de nature, alphabet considéré et distribué d'après les mouvements des organes de la parole, glotte, voile du palais, langue, dents, lèvres. Fig. Les cinq sens de nature, toutes les forces dont on dispose.
M. le duc d'Orléans lui avait dit franchement [à Mme de Saint-Simon] qu'il y faisait [à sa nomination de dame d'honneur] tous ses cinq sens de nature [SAINT-SIMON, 273, 188]
(On dit d'ordinaire mettre et non faire les cinq sens de nature.) On dit qu'un homme est ennemi de nature, quand il se plaît à faire du mal à soi et à autrui, ou quand il condamne toute sorte de divertissements. Forcer nature, vouloir faire plus qu'on ne peut. La nature humaine, signifie aussi le genre humain.
Vous voulez un grand mal à la nature humaine ? - Oui, j'ai conçu pour elle une effroyable haine [MOL., Mis. I, 1]
La nature raisonnable, l'espèce humaine considérée en tant que douée de raison.
C'était la véritable grandeur de la nature raisonnable, lorsque, sans avoir besoin des choses extérieures.... elle faisait sa félicité par la seule innocence de ses désirs [BOSSUET, Sermons, l'Honneur, 1]
11° La condition de l'homme telle qu'on la suppose antérieurement à toute civilisation. L'homme dans l'état de nature.
Ah ! que dirait maître Pangloss, s'il voyait comme la pure nature est faite ? Tout est bien, soit ; mais j'avoue qu'il est bien cruel d'être mis à la broche par des Oreillons [VOLT., Candide, 16]
Enfant de la nature, il est libre, bon et rude comme elle [AL. DUVAL, Menuis. de Livonie, II, 5]
Le frère d'Amélie s'était endormi l'homme de la société, il se réveillait l'homme de la nature [CHATEAUBR., Natch. livre II]
Dans l'état de nature.... l'homme exempt de tout vice et de la corruption des temps où nous vivons, ne parlait point, mais criait, murmurait ou grognait, selon ses affections du moment [P. L. COUR., 9e lettre au censeur.]
Familièrement. Être dans l'état de pure nature, être tout nu.
12° Ce qui appartient d'origine à l'être humain, par opposition à coutume.
Elle [la coutume] contraint la nature, et quelquefois la nature la surmonte, et retient l'homme dans son instinct, malgré toute coutume, bonne ou mauvaise [PASC., Pens. III, 4]
J'ai bien peur que cette nature ne soit elle-même qu'une première coutume, comme la coutume est une seconde nature [ID., ib. III, 13]
13° Terme de théologie. Nature, l'état naturel de l'homme par opposition à l'état de grâce. Le baptême fait passer l'homme de l'état de nature à l'état de grâce.
La foi chrétienne ne va principalement qu'à établir ces deux choses : la corruption de la nature et la rédemption de Jésus-Christ [PASC., Pens. IX, 1]
Qui ne confesserait pas devant Dieu, dans l'humiliation de son âme, que vraiment notre maladie est extrême, et que les plaies de notre nature sont bien profondes ? [BOSSUET, 1er sermon, Pentec. 1]
La nature, quoique impuissante, n'a jamais été sans flatteurs, qui l'ont enflée par de vains éloges, parce qu'en effet ils ont vu en elle quelque chose de fort excellent ; mais ils ne se sont point aperçus qu'il en était comme des restes d'un édifice autrefois très régulier et très magnifique [ID., ib.]
Dompter par la pénitence la délicatesse des sens et de la nature [ID., Bourgoing.]
Si, depuis la chute de la nature, tout ce qui est en nous ou autour de nous est pour nous un nouveau péril [MASS., Carême, prière 1]
La loi de nature, se dit par opposition à l'ancienne loi et à la loi de grâce.
14° La constitution du corps vivant, le principe qui le soutient. La nature commence à s'affaiblir en lui. Une nature défaillante. La médecine tantôt aide la nature, tantôt la laisse agir.
Des douleurs vives et longues tout ensemble.... les forces de la nature usées par le soin même qu'on prend de la soutenir [FLÉCH., Dauphine.]
Il [Hercule] conserva, par l'ordre de Jupiter, cette nature subtile et immortelle, cette flamme céleste qui est le vrai principe de vie et qu'il avait reçue du père des dieux [FÉN., Tél. X]
Ceux qui parlent de médecine font souvent de la nature une espèce d'être moral qui a des volontés, qui supporte impatiemment la contradiction, qui a quelquefois assez de sagacité pour sauver le malade et bien diriger ses efforts, mais qui, malgré les bonnes intentions qu'on lui suppose, est sujet à se tromper presque aussi souvent que les médecins [CONDORCET, Tronchin.]
Nature médicatrice, ensemble des actions dérivant des propriétés inhérentes aux tissus et aux humeurs, qui font qu'un organe lésé dans de certaines limites revient peu à peu à son état naturel.
15° La complexion, le tempérament de chaque individu. Il est de nature bilieuse, sanguine. Sa nature est sèche, robuste.
16° L'ensemble des sentiments innés.
Avant que la raison, s'expliquant par la voix, Eût instruit les humains, eût enseigné des lois, Tous les hommes suivaient la grossière nature [BOILEAU, Art p. IV]
Pour moi, loin des cités, sur les bords du Permesse, Je suivais la nature, et cherchais la sagesse [VOLT., 6e disc.]
Jamais la nature ne nous trompe ; c'est toujours nous qui nous trompons [J. J. ROUSS., Ém. III]
Sorte de constitution morale qui nous fait discerner plus par sentiment que par raison le bien et le mal. La nature nous donne les premières notions du juste et de l'injuste. Crime qui fait frémir la nature.
Il se faut entr'aider ; c'est la loi de nature [LA FONT., Fabl. VIII, 17]
Rois, vous foulez aux pieds les droits de la nature ! [GILB., Au prince de Salm.]
Nous avons oublié la nature et ses lois ; Les cris des préjugés ont fait taire sa voix [M. J. CHÉN., Fén. III, 2]
17° Une certaine disposition ou inclination de l'âme. Une nature heureuse. Il est enclin de sa nature à tel vice.
Il y a des coups de miséricorde et de grâce qui renversent la nature la plus fière [FLÉCH., Serm. t. I, p. 291]
Vos inégalités ne viennent que d'une légèreté de nature [MASS., Carême, Inconst.]
Malgré les frémissements secrets de votre nature, accoutumez votre délicatesse à ces œuvres de religion [ID., Panégyr. Ste Magdeleine]
La partie morale chez les animaux. La nature fidèle du chien. De nature, par une condition essentielle à l'être. Le singe est malicieux de nature. Il est bien âne de nature, qui ne sait lire son écriture. Par nature, même sens.
Envieux par nature, et brigands par métier, Ils vendent l'infamie à qui la veut payer [M. J. CHÉN., la Calomnie.]
18° L'ensemble des affections du sang, de la famille. Pour aimer un mari l'on ne hait pas ses frères.
La nature en tout temps garde ses premiers droits [CORN., Hor. III, 4]
La nature est trop forte, et ses aimables traits, Imprimés dans le sang, ne s'effacent jamais [ID., Poly. V, 3]
La nature et l'amour ont leurs droits séparés ; L'un n'ôte point à l'autre une âme qu'il possède [ID., Rodog. IV, 3]
Qu'un père vous ait aimé, c'est un sentiment que la nature inspire [BOSSUET, Louis de Bourbon]
La nature pour lui n'est plus qu'une chimère [RAC., Théb. II, 3]
La nature à mes yeux n'est rien que l'habitude [VOLT., Fanat. IV, 1]
Ce n'est pas aux tyrans à sentir la nature [ID., Mérope, IV, 2]
La nature en mon cœur est toujours entendue [ID., Oreste, I, 3]
19° Sorte, espèce. Considérer, quand on plante, la nature du terrain.
....Une grande offense est de cette nature Que toujours l'offenseur impute à l'offensé Un vif ressentiment dont il le croit blessé [CORN., Rodog. I, 7]
Car enfin cet effet est de telle nature Que sa source en doit être à nos yeux toute pure [ID., Perthar. II, 5]
Un prêtre de Tyane alla demander à ce faux prophète Alexandre si les oracles qui se rendaient alors à Claros, à Delphes, étaient véritablement des réponses d'Apollon ; Alexandre eut des égards pour ces oracles qui étaient de la nature du sien [FONTEN., Oracl. II, 3]
La chaîne du couchant appartient aux montagnes de Judée ; moins élevée et plus inégale que la chaîne de l'est, elle en diffère encore par sa nature [CHATEAUBR., Itin. 3e part.]
Terme d'alchimie. Nature fuyante au feu, le mercure.
20° Nature se dit des opérations, des productions de la nature, par opposition à celles de l'art. L'art perfectionne la nature.
Ô maison d'Aristippe, ô jardins d'Épicure, Vous qui me présentez, dans vos enclos divers, Ce qui souvent manque à mes vers, Le mérite de l'art soumis à la nature [VOLT., Ép. 76]
J'avais vu les grands fleuves de l'Amérique avec ce plaisir qu'inspirent la solitude et la nature [CHATEAUBR., Itin. 3e part.]
21° La nature soit physique soit morale considérée comme modèle des arts d'imitation.
Que la nature donc soit votre étude unique [BOILEAU, Art p. III]
La nature, féconde en bizarres portraits, Dans chaque âme est marquée à de différents traits [ID., ib.]
Racine est presque toujours dans la nature, et Corneille n'y est presque jamais [VOLT., Lett. Laharpe, 22 janv. 1773]
Démontrez-leur qu'il est faux, ainsi qu'ils le prétendent, que toute nature soit belle, et qu'il n'y ait de laide nature que celle qui n'est pas à sa place [DIDER., Lett. sur les sourds et muets.]
22° Particulièrement, en peinture et en sculpture, l'objet réel qu'on se propose de représenter.
Quelqu'un n'a-t-il point vu Comme on dessine sur nature ? [LA FONT., Cas.]
Que dirait-on d'un peintre qui ne représenterait les hommes que comme ils sont faits communément, petits, mal tournés, mal proportionnés, de mauvais air ? Ce serait là pourtant la nature [FONTEN., Réfl. poét. Œuv. t. V, p. 144, dans POUGENS]
Si vous prenez des natures énormes, que votre scène soit presque immobile ; si vous prenez des natures petites, que votre scène soit tumultueuse et troublée [DIDER., Salon de 1767, Œuv. t. XIV, p. 63, dans POUGENS]
Peindre d'après nature, peindre d'après les objets mêmes qu'on veut représenter.
D'un côté du tableau c'est Madame Royale peinte en miniature.... vis-à-vis de la princesse est le jeune prince, beau comme un ange, d'après nature aussi [SÉV., 372]
Fig. D'après nature, conformément à la réalité.
Mais lorsque vous peignez les hommes, il faut peindre d'après nature [MOL., Critique, 7]
Voilà ce qui s'appelle un ris d'après nature [REGNARD, le Distr. I, 4]
Belle nature, en termes d'art et de poésie, la nature imitée seulement dans les objets agréables à l'œil, à l'imagination, à l'oreille. Nature idéale, celle dont le modèle absolument parfait n'existe que dans l'imagination de l'artiste. Figures plus grandes, plus petites que nature, figures qui sont au-dessus, au-dessous des proportions naturelles.
Les dieux d'Homère sont des hommes plus grands et plus forts que nature, soit au physique, soit au moral [MARMONTEL, Élém. litt. Œuv. t. VIII, p. 371, dans POUGENS]
Figures de demi-nature, ou figures demi-nature, figures qui n'ont que la moitié des proportions naturelles. Nature morte, se dit des animaux tués et, particulièrement, du gibier, dont l'imitation exclusive forme un genre particulier de peinture. Ce sont des natures mortes. Peintre de nature morte. Nature s'emploie quelquefois adjectivement dans le langage familier. Comme cela est nature ! c'est-à-dire comme cela est naturel !
23° Les parties qui servent à la génération, surtout dans les femelles des animaux. La nature d'une jument. Nature de baleine, nom donné quelquefois au sperma ceti.
24° État matériel de certaines choses, par opposition à l'argent qu'elles peuvent valoir.
Une dîme qui se lèverait en nature sur la récolte [J. J. ROUSS., Pologne, 11]
Payer en nature, payer avec les productions naturelles du sol.
25° Terme de métallurgie.
Prendre nature, se dit de l'acier qui, dans les fours à puddler, est rouge, poreux et à l'état naissant [, Comptes rendus, Acad. des sc. t. LII, p. 632]
26° Terme de musique. Chanter par nature, se disait pour passer de bémol en bécarre, parce que l'on quitte le bémol pour la note naturelle.
27° Bœufs de nature, expression impropre dont on se sert pour caractériser les animaux de l'espèce bovine plus aptes à être soumis à l'engraissement qu'au travail. Diamant de nature, voy. DIAMANT.
28° En cuisine, bœuf nature, côtelettes nature, c'est-à-dire sans sauce, sans apprêt.
29° Contre nature, loc. adv. D'une manière contraire à l'ordre moral, aux sentiments. Il est contre nature qu'un père persécute ses enfants. Vice contre nature, la pédérastie.

PROVERBES

  • L'habitude est une seconde nature.
  • L'accoutumance est une autre nature.
  • Nature passe nourriture, ou, inversement, nourriture passe nature, c'est-à-dire que tantôt la nature prévaut sur l'éducation, tantôt l'éducation sur la nature.

HISTORIQUE

  • XIIe s.
    N'i [en une belle femme] perdi pas nature ses uevres [œuvres] ne son tans [, Sax. V]
  • XIIIe s.
    Aristotes dit que nature est cele par cui totes choses se muevent ou se reposent par eles meismes [BRUN. LATINI, Trés. p. 148]
    Il vont tousjours touz nuz ; mais il cueuvrent leur nature d'un pou de drap [MARC POL, p. 608]
    Et ma dame truis [je trouve] de merci si dure, Qu'a peu je di qu'en son cuer faut nature [EUST. LEPEINTRE, dans Couci]
    Quant la saison du douz temps s'asseüre, Que toute riens à sa douce nature Vient et retrait, se trop n'est de malaire [, ib. p. 125]
    Mais ele par estoit de si fine nature.... [, Berte, XLII]
  • XIVe s.
    Regardez ces banieres en ce champ venteler ; Veez la fleur de lis qui vous vient visiter ; à vo droite nature pensez de retourner [, Guesclin. 21104]
    Toutes choses ont en elles par nature une chose divine [ORESME, Eth. 223]
    À les considerer [les vices] en tant comme il ont nature de mal, et vertu en tant comme elle a nature et raison de bien [ID., ib. 52]
    Et pour ce que telz habiz [habitudes] sont vers choses singulieres et sensibles, il semble que l'en les ait de nature [ID., ib. 181]
    Dieu et nature ne font riens pour nient [H. DE MONDEVILLE, f° 12]
  • XVe s.
    Et tu me veux maintenant murdrir : il te vient de mauvaise nature [FROISS., II, III, 13]
    Un grand tyran, et meneur de compaignies de gens d'armes, ennemy de Dieu et de nature humaine [, Boucic. III, 22]
    Et parleray premierement des bestes doulces qui viandent, pour ce que elles sont plus gentilz et plus nobles, et premierement du cerf et de toute sa nature [GASTON PHOEBUS, Livre de chasse, prol.]
  • XVIe s.
    Mais c'est l'erreur des œuvres de nature : Longtemps le beau sur la terre ne dure [DESPORTES, Épitaphes, Diane, Complainte.]
    On luy fera boire une drachme de nature de baleine dissoute en eau de buglosse [PARÉ, X, 2]
    Ce sont natures belles et fortes qui se maintiennent au travers d'une mauvaise institution [MONT., I, 147]
    Nostre mere nature [ID., I, 200]
    Si tout le papier que j'ay autrefois barbouillé pour les dames estoit en nature [ID., I, 293]
    Homme de bonne et doulce nature [AMYOT, Lyc. 8]
    Voilà comment les grandes natures ambitieuses, ne pouvant tenir moyen et se garder d'exceder en trop ès gouvernemens des choses publiques, sont souventefois plus cause de mal que de bien [ID., Agés. 11]
    À chascun plaist le sort de sa nature [LEROUX DE LINCY, Prov. t. II, p. 226]
    Nature a produit à toute beste son ennemi [ID., ib. p. 352]
    Nature fait chien chasser [ID., ib.]
    Nature ne puet mentir [ID., ib.]

ÉTYMOLOGIE

  • Provenç. espagn. et ital. natura ; du lat. natura, qui vient du radical na, pour gna, sanscr. jan, lat. gignere, du suffixe turus, tri, tor, qui fait des noms d'agent ; natura signifie donc l'engendrante, la force qui engendre.

nature

NATURE. n. f. L'ensemble des êtres et des choses. Dieu est l'auteur, le maître de la nature. Toute la nature annonce, révèle, publie qu'il y a un Dieu.

Il désigne aussi cet Ensemble en tant qu'ordonné et régi par des lois. Pénétrer dans les secrets de la nature. Les lois de la nature. Les mystères de la nature. Les merveilles de la nature. L'étude de la nature. Lire dans le grand livre de la nature.

Il signifie encore, par une sorte de personnification, la Puissance, la force active qui a établi cet ordre. La nature ne fait rien en vain. La nature agit, opère par les voies les plus simples et les plus courtes. La nature est admirable jusque dans ses moindres ouvrages. Les jeux, les caprices de la nature.

Il se dit aussi du Monde physique avec ses aspects divers, mer, montagnes, bois, champs, rivières. Les spectacles de la nature, le sentiment de la nature. La nature étale ici toute sa magnificence. Les harmonies de la nature.

Il se dit en outre de Ce qui constitue tout être en général. La nature divine. La nature humaine.

La nature humaine désigne par extension le Genre humain. Il veut du mal à toute la nature humaine.

NATURE désigne encore l'Essence d'un être ou d'une chose avec les attributs qui lui sont propres. La nature de Dieu est d'être bon. La nature de l'âme est de penser. La nature de la matière consiste dans l'étendue. Il est dans la nature du feu de s'élever. La nature de l'aimant est d'attirer le fer.

Il se dit aussi, en parlant des Êtres animés, pour désigner l'Organisation particulière de chacun d'eux, le mouvement qui le porte vers les choses nécessaires à sa conservation. Chaque animal a sa nature particulière. Chaque animal obéit à sa nature, suit l'instinct de sa nature. On peut améliorer, corriger sa nature. Contenter la nature. Forcer la nature.

Payer le tribut à la nature, Mourir.

Prov., L'habitude est une seconde nature.

NATURE se dit aussi de la Constitution du corps humain, du principe de vie qui l'anime et le soutient. Ce médecin a pour système de laisser agir la nature. Il y a des maladies où il faut abandonner la nature à elle-même. Les forces de la nature ont un terme.

Il se dit encore de la Complexion, du tempérament de chaque individu. Il est de nature bilieuse, lymphatique.

Il désigne également une Disposition, une tendance que l'être apporte en naissant. Une nature heureuse. Une nature indolente, perverse, dépravée. C'est une belle nature. Il est triste, il est gai de sa nature. Par extension, il peut se dire, dans la même acception, des Animaux. Le singe est malin et imitateur de sa nature. De sa nature, de nature, le chien est ami de l'homme.

Un mot de nature, Un mot qui révèle le caractère d'un individu. Le " sans dot " d'Harpagon est un mot de nature.

NATURE se dit, figurément, de la Faculté innée qui rend l'homme capable de discerner le bien et le mal. La nature nous ordonne de ne pas faire à autrui ce que nous ne voudrions pas qui nous fût fait à nous-mêmes. La nature nous donne les premières notions du juste et de l'injuste. Il faut se secourir les uns les autres, c'est la loi de la nature. Cette action, ce sentiment est conforme, est contraire à la nature. La nature se révolte à ce spectacle.

Contre nature, Contraire à l'ordre naturel. Un sentiment contre nature. Un vice contre nature.

Il se dit particulièrement des Affections naturelles de l'homme, de celles qui ont pour objet les personnes auxquelles on est uni par les liens du sang. Le cri, la voix, les sentiments de la nature. Brutus, en condamnant ses fils sacrifia la nature à l'amour de la patrie.

En termes de Théologie, il désigne l'État naturel de l'homme, par opposition à l'État de grâce. La nature corrompue. La nature déchue et rétablie par JÉSUS-CHRIST. La nature fragile. De l'état de nature, le baptême nous fait passer à l'état de grâce. Dans ce sens, la Théologie oppose aussi Nature à Miracle.

La loi de nature, par opposition à l'Ancienne loi et à la Loi de grâce.

L'état de nature, L'état de l'homme tel qu'on le suppose antérieurement à toute civilisation. Jean-Jacques Rousseau imagine un chimérique état de nature où l'homme aurait été parfaitement heureux et bon.

NATURE se dit souvent des Opérations, des productions de la nature, par opposition à Celles de l'art. L'art perfectionne la nature, ajoute à la nature. Dans ce magnifique jardin, l'art l'emporte sur la nature.

Il se dit aussi de la Nature, soit physique, soit morale, considérée comme modèle des arts d'imitation. Observer la nature. Prendre la nature pour guide. Cet auteur, ce peintre, ce comédien s'éloigne, s'écarte de la nature. Étudier la nature.

Il se dit particulièrement, dans les arts plastiques, de l'Être ou de la chose que l'artiste a sous les yeux pour l'imiter. Dessiner, peindre, modeler d'après nature. Un paysage fait d'après nature. Un tableau de nature morte ou, par ellipse, Une nature morte.

Fig., C'est plus beau que nature se dit familièrement d'un Événement, d'un acte, d'une parole qui dépasse ce qu'on voit, ce qu'on entend ordinairement.

Figures plus grandes, plus petites que nature, Figures qui ont des proportions plus grandes, plus petites que les proportions naturelles. Figures de demi-nature, Figures qui n'ont que la moitié des proportions naturelles.

En termes de Cuisine, on dit elliptiquement Boeuf nature pour désigner du Boeuf simplement bouilli.

NATURE se dit encore de Certaines choses considérées telles qu'elles sont matériellement, par opposition à l'argent qu'elles peuvent valoir. On lui a laissé le choix de recevoir sa nourriture en argent ou en nature On lui a ordonné de me restituer mes meubles en nature, ou de m'en payer le prix.

Payer en nature, Payer avec les productions naturelles du sol. Il y a des rentes, des fermages qui sont payables en nature.

NATURE se dit aussi des Éléments constitutifs d'un objet matériel. La nature d'un terrain, du sol. La nature d'une plante.

Il signifie aussi quelquefois Sorte, espèce. On n'a jamais vu d'affaires de cette nature. La nature d'un événement. On ne sait que répondre à une demande de cette nature. On ne peut tolérer une réponse de cette nature. Une nouvelle de nature inquiétante. Des affaires de nature suspecte.

NATURE se dit quelquefois des Parties qui servent à la génération, surtout dans les femelles des animaux.

nature

Nature, Natura.

La nature et maniere de faire, qu'un chacun a de nature, Ingenium.

Bonne nature, Bonitas ingenij, Bonum ingenium.

Nature pleine de vices, Mendosa natura.

La nature et vertu des arbres et des herbes, Arborum atque herbarum natura.

Nature de metal, Natura metallica.

La nature de la terre, Ingenium soli.

La nature du pays, Conditio regionis.

¶ La nature des hommes est plus abondante et mieux garnie de etc. Locupletior hominum natura ad beate viuendum, quam deorum.

La nature et inclination de l'homme n'aime point à estre seule, Natura nihil solitarium amat.

La nature et l'esprit donnent grande force à bien parler, et faire harangues, Natura atque ingenium ad dicendum vim afferunt maximam.

Nature a engendré en tous ceste convoitise, Ille appetitus a natura ingeneratus omnibus.

Nature a engendré en l'homme une convoitise de vouloir trouver la verité, Natura cupiditatem ingenuit homini veri inueniendi.

Nature l'a tellement ordonné, Natura ita comparatum.

Nous avons cela de nature, Hoc natura est nobis insitum.

Tous ont ce vice de nature, Id vitium omnibus innatum est, vel ingenitum.

Ils ont de nature le corps si puant, que de l'odeur les serpens en meurent, Ingenitum corpori eorum virus exitiale serpentibus.

Bailler une nature, Naturam addere.

Il en y a beaucoup qui ont cela de nature, que, etc. Plerisque vero naturale vt nictare non cessent.

Je cognoy bien la nature de nostre esprit, Noui indolem nostri ingenij.

Il faut considerer diligemment ce que nature baille à un chacun, Expendere oportet quid quisque habeat sui.

¶ Ne contenter pas nature, Defraudare genium.

¶ Je suis de sa nature, Habeo naturam ipsius.

Lavinia estoit de si bonne nature, et si vertueuse, Tanta indoles in Lauinia erat.

Les gens sont de telle nature, la nature de l'homme est telle, Sic vita est hominum, Comparata est ita hominum natura.

Nous sommes tous de ceste nature, que il, etc. Ita plerique ingenio sumus omnes, nostri nosmet poenitet.

Estre cogneu de bonne nature, et qu'on sera une fois homme de bien, Cognosci in optimam partem.

Je suis de ceste nature, Sic sum.

Ce n'est point ma nature d'estre avaricieux, Non mihi auaritia vnquam innata est.

Qui est doux de nature et debonnaire, Natus animo leni.

Faire ce que nature nous enseigne, Naturam ducem sequi.

Remettre en nature ce qui avoit esté entremis et delaissé pour un temps, Intermissa recolere. Intermissa recolere.

Rechauffer et remettre en nature, vigueur et estat, Fouere.

¶ Retourner à sa nature, Ad ingenium redire, vel Ad se redire, Ad se et ad mores suos redire.

¶ Nature allant devant, Natura ipsa praeeunte.

¶ Chose contre nature et contrefaite, Monstrosa res, Prodigio similis res.

Contre nature, Monstrose, Prodigiose, Praeter naturam.

Qui advient contre le cours de nature, denotant quelque inconvenient, Prodigiosus.

Faire quelque chose contre sa nature et inclination, Aduersante natura quicquam facere, Inuita Minerua facere.

De sa nature, Sponte naturae.

De sa propre nature, Suapte natura.

De sa nature chacun s'aime soymesme, Per se sibi quisque charus est.

De nature, Naturaliter.

Non pas de ma nature, Non meopte ingenio.

Chose qui est selon nature, Res quae est e natura maxime.

Vivre selon le cours de nature, E natura viuere.

Faire quelque chose suyvant sa nature, Ex natura aliquid gerere.

Veu ta nature, Quae tua est natura.

La nature ou partie honteuse d'une personne, Natura, Naturalia.

natûre


NATûRE, s. fém. NATUREL, ELLE, adj. NATURELLEMENT, adv. [2e lon. au 1er, è moy. aux trois dern. 4e. e muet; rèl, rèle, rèleman.] Natûre se prend en divers sens: on entend par ce mot, 1°. toutes les chôses créées. "Dieu est l'Auteur et le maître de la natûre: l'ordre, qui règne dans la natûre. "Toute la natûre nous enseigne qu'il y a un Dieu. = 2°. L'ordre, qui est répandu dans les chôses créées. "La natûre est admirable, jusque dans les moindres chôses. "La natûre ne fait rien en vain. "Ce sont des jeux de la natûre. = On abuse beaucoup de ce mot, pris dans ce sens, et dans beaucoup de phrâse, où l'on emploie ce mot, si l'on n'entend pas l'Auteur de la Natûre, on ne sait ce qu'on dit, ou l'on ne dit que des absurdités. = 3°. Propriété de chaque être particulier. "La natûre du feu est de, etc. = 4°. Complexion, tempérament. "Il est bilieux de sa natûre, ou de natûre. Acad. = 5°. Disposition et inclination de l'âme. "Il est enclin de sa natûre à un tel vice. = 6°. Ce qui distingue les principales espèces des êtres. "La natûre divine, la natûre angélique, la natûre humaine. On dit aussi celui-ci, pour le genre humain. = 7°. L'état naturel de l'Homme oposé à l'état où il est élevé par la grâce. "La natûre corrompûe; la natûre est fragile; l'état de natûre et l'état de grâce. = 8°. Il se dit des productions de la natûre oposées à celles de l'art. "L'art perfectione la natûre. = 9°. Sorte, espèce. "Je n'ai point vu de plantes, de fleurs de cette natûre. "J'aimerois mieux une autre natûre de biens. "A-t'on jamais vu d'afaires, de procédés, etc. de cette natûre? = Des meubles, des marchandises en natûre, qui n'ont pas été aliénés, vendus, etc. = 10°. Dans le moral, il se dit et de la conscience; la natûre nous enseigne à honorer père et mère, etc. et du mouvement par lequel l'homme est porté à ce qui peut contribuer à sa conservation. "La natûre demande du relâche, du repôs, etc.
   Le Proverbe dit: nourriture pâsse natûre; l'éducation a plus de force sur nous que la natûre même. = L'habitude est une aûtre, ou, une seconde natûre; elle a autant (et souvent plus) de pouvoir sur nous que les inclinations de la natûre.
   Rem. Aûtrefois, on employait natûre sans article.
   C'est un oeuvre, où Natûre a fait tous ses efforts.
       Malherbe.
  Henri, ce grand Henri, que les soins de Nature.
  Avoient fait un miracle aux yeux de l'Univers.Id.
Aujourd'hui, on dit, en vers, comme en prôse, la Natûre les soins de la Natûre; excepté dans le marotique, qui imite le vieux langage. = On ne dit natûre sans article que dans quelques expressions; comme, crime contre natûre. "Peindre, représenter d'après natûre:
   L'un, simple, franc, plein de droitûre.
   S'aplique à copier tous les traits du vieillard,
   Et met en oeuvre tout son art,
   Pour le peindre d'après nature.
       L'Ab. Reyre.
* Le Traducteur de l'Hist. d'Angl. d'Hume, dit, hors natûre. "Une telle sagesse paroitroit hors natûre. Il faut dire, hors de la natûre.
   NATUREL, est 1°. Qui apartient à la Natûre, qui est conforme à l'ordre, au cours ordinaire de la Natûre. "Le cours, l'ordre naturel des chôses. La loi naturelle, les lumières naturelles. = 2°. Qui n'est point déguisé, altéré, fardé, mais tel que la natûre l'a fait. "Ce vin, ce baûme est naturel. "Beauté naturelle. = Prendre une chôse dans son sens naturel, selon son véritable sens. = 3°. Facile, sans contrainte. "Air naturel. "Esprit, style naturel; qui n'est pas naturel. "Pensée naturelle. = 4°. En parlant des persones, aisé et franc. "C'est un homme naturel: elle est naturelle. "Soyons naturels, (sincères) avouons que nous ne comprenons rien à cet ouvrage. Pluche.
   Quoi donc! parce qu'il sait saisir le ridicule,
   Et qu'il dit tout le mal, qu'un flateur dissimule,
   On le prétend méchant: c' est qu'il est naturel.
       Gresset.
= Naïf, naturel, (synon.) Ce qui est naïf naît du sujet, et en sort sans efforts; c'est l'oposé du réfléchi; et c'est le sentiment seul, qui l'inspire aux bons esprits. Ce qui est naturel apartient aussi au sujet, mais il n'éclot que par la réflexion: il n'est oposé qu'au recherché; et c'est à la finesse de l'esprit qu'il est doné d'en reconnoître les bornes. "Toute pensée naïve est naturelle; mais toute pensée naturelle n'est pas naïve. BEAUZ. synon. Ajoutons que le naïf n'est propre que des petits sujets, et que le naturel s'étend jusqu'aux Grands.
   REM. 1°. Naturel, aime à suivre le substantif. Plusieurs Auteurs l'ont fait précéder mal-à-propôs, à mon avis. "Sa naturelle curiosité. Boss. "Sa naturelle paresse à soutenir la conversation. Mol. "Sa naturelle éloquence. Sév. On dirait aujourd' hui, sa curiosité naturelle, etc. = 2°. Naturel, régit le datif des noms; et, quand il est joint au v. être impersonel, la prép. de devant les verbes. "L'inconstance est naturelle à l'Homme. "La curiosité naturelle à l'Homme lui inspire l'envie d'aprendre. "Il est naturel de se plaindre quand on soufre. = 3°. Naturel, adjectif est employé substantivement dans cette phrâse, les naturels du pays. "Par-tout où les Européens ont porté leurs armes, ils ont subjugué les naturels du pays. L'Ab. Du Bos. Mais cela n'a lieu que pour le pluriel masculin: il serait ridicule de dire: c'est un naturel, ou, une naturelle du pays. = On ne le dit pas tout seul, même au pluriel. "On écrit de Gorée... que le navire a été brûlé par les naturels. Journ. de Gen. On ne parle pas de la sorte. = Enfin, on ne le dit point avec les noms des nations particulières. On ne dit point, les naturels de France, d'Espagne, etc. = L' Acad. dit bien, les naturels françois; les espagnols naturels: mais là il est adjectif; et dans la 1re phrâse, il précède mal le substantif, à mon avis. = 4°. Bossuet done à cet adjectif un sens, qui n'étoit pas comun de son tems, et qui est certainement inusité aujourd' hui. "Les Juifs, gens simples et naturels. Il veut dire, en cet endroit, qui n'étoient point recherchés dans leurs amûsemens.
   NATUREL, s. m. 1°. Propriété naturelle. Le naturel de l'Homme est d'être sociable. = 2°. Tempérament. "Naturel robuste, vigoureux. Naturel, tempérament, constitution, complexion. (syn.) Le naturel est formé de l'assemblage des qualités naturelles; le tempérament, du mélange des humeurs; la constitution, du système entier des parties constitutives du corps; la complexion des habitudes dominantes, que le corps a contractées. — Le naturel, fait le caractère; le tempérament, l'humeur; la constitution, la santé; la complexion, la disposition habituelle du corps. Extr. des Syn. Fr. de M. l'Ab. Roubaud. = 3°. Inclination, humeur. "Bon, ou mauvais, méchant naturel. "Il est jaloux, colère de son naturel. = 4°. Amour naturel; "mère ou enfant qui a beaucoup, ou qui n'a point de naturel; qui est sans naturel. = On le dit, en ce sens, de l'humanité et de la compassion. = 5°. Disposition et facilité naturelle. "Il a beaucoup de naturel pour la musique, pour la peintûre. "Il y a beaucoup d'art et d'étude dans ses ouvrages; mais point de naturel. = 6°. N'avoir point de naturel, se dit d' une persone gênée dans ses manières, et d'un Écrivain contraint et dur ou afecté, et recherché dans son style. = 7°. En termes de Dessin, Peintûre, Sculptûre, etc. il est synonyme de natûre. "Dessiner d'après le naturel. L'Acad. remarque, qu'il est d'usage sur-tout dans les atteliers.
   REM. Ménage fait régir à naturel (n°. 5°.) la prép. à, au lieu de pour. Il dit de lui-même, dans ses Observations sur Malherbe, que: "Il n'avoit point de naturel à la Poésie, et qu' il ne faisoit des vers qu'en dépit des Mûses. Le P. Rapin, qui emploie souvent ce mot, dit toujours pour. "Jamais peut-être persone n'a eu un plus grand naturel pour la parole. "Le premier fonds de l'Éloquence est un naturel heureux pour la parole. = Il me semble qu'aujourd'hui on dit plus volontiers, en se servant de l'adjectif, talent naturel, disposition naturelle.
   Au naturel, adv. "Peint, représenté au naturel. = De mon naturel, adv. naturellement. "De mon naturel, j'aimois à parler. "Je ne suis pas plaisant de mon naturel. Th. d'Éduc.
   NATURELLEMENT, adv. 1°. Par une impulsion naturelle: "Tout retourne naturellement à son principe. "Tous les animaux aiment naturellement la conservation de leur être. = 2°. Par les seules forces de la natûre. "Cela ne peut se faire naturellement. Cela se dit quelquefois, ou pour signifier qu'une chôse n'arrive pas ordinairement, ou pour faire entendre qu'on soupçone quelque supercherie. = 3°. D'une manière naïve et naturelle. "Contrefaire, dépeindre fort naturellement. "Écrire naturellement, d'un style aisé. = 4°. Aisément. "Cela s'explique naturellement. = 5°. Avec franchise: parlez-moi naturellement.
   Rem. Souvent il s'associe avec tout adverbe. "L'ambition les porte tout naturellement à, etc.

Synonymes et Contraires

nature

nom féminin nature
1.  L'ensemble des choses et des êtres.
2.  Ce qui constitue un être vivant.
3.  Caractéristiques d'un individu.
4.  Caractères physiques de quelqu'un.
5.  Ce qui définit quelque chose.
Traductions

nature

(natyʀ)
nom féminin
1. tout ce qui existe et qui n'a pas été fabriqué par l'homme la protection de la nature
2. campagne vivre en pleine nature
3. ce qui caractérise qqch la nature d'un sentiment
4. caractère de qqn être de nature timide
5. payer avec des objets et non avec de l'argent
6. tableau qui représente des objets, des végétaux

nature

Naturnature, plain, fibre, characternatuur, aard, karakter, geaardheid, wezenאופי (ז), טבע (ז), מהות (נ), סוג (ז), עצמות (נ), צביון (ז), אֹפִי, מַהוּתaard, natuurnaturapřírodanaturnaturonaturaleza, índoletermészetæðinatura, carattere, indole自然naturanaturnaturanaturezanatur, artφύσηطَبِيعَةٌluontopriroda자연природаธรรมชาติdoğatự nhiên自然
adjectif invariable
à quoi rien n'est ajouté yaourt nature

nature

[natyʀ]
nf
(propriétés et facultés du vivant) la nature → nature
les lois de la nature → the laws of nature
laisser faire la nature → to let nature take its course
contre nature → against nature
(paysages non façonnés par l'homme) se ressourcer dans la nature → to recharge one's batteries in the country
en pleine nature → in the middle of the country
perdu dans la nature → in the middle of nowhere
(= caractère) → nature
d'une nature aimable → kind-natured
ne pas être dans la nature de qn de faire qch → not to be in sb's nature to do sth
Cela n'est pas dans sa nature de critiquer → It isn't in his nature to make criticisms.
(= sorte) → nature
de cette nature → of this nature
être de nature à faire qch → to be liable to do sth
(autres locutions) payer en nature → to pay in kind
peint d'après nature → painted from life
adj
(sans sucre, non aromatisé) [yaourt] → plain
un yaourt nature → a plain yoghurt
[café, thé] (= sans lait) → black
(= sans sucre) → without sugar
[personne] → natural
elle est très nature → she's very natural