naturel, elle

NATUREL, ELLE

(na-tu-rèl, rè-l') adj.
Qui fait partie de la nature, qui est conforme à la nature. L'étude des corps naturels. Les effets naturels. Les phénomènes naturels.
On ne sait pas en quoi consiste l'agrément, qui est l'objet de la poésie ; on ne sait ce que c'est que ce modèle naturel qu'il faut imiter [PASC., Pens. VII, 25, édit. HAVET.]
Qu'est-ce que nos principes naturels, sinon nos principes accoutumés ? [ID., ib. III, 13]
Puisque les grands, les petits et les médiocres vivent également assujettis aux mêmes nécessités naturelles [BOSSUET, Gornay.]
Si quelque chose pouvait élever les hommes au-dessus de leur infirmité naturelle [ID., Duch. d'Orl.]
La dureté du gouvernement peut aller jusqu'à détruire les sentiments naturels par les sentiments naturels mêmes [MONTESQ., Esp. XXIII, 11]
Mort naturelle, mort qui vient par le progrès de l'âge ou par maladie. La loi naturelle, voy. LOI, n° 3. La Loi naturelle, titre d'un poëme de Voltaire.
L'objet du poëme sur la loi naturelle est d'établir l'existence d'une morale universelle et indépendante, non-seulement de toute religion révélée, mais de tout système particulier sur la nature de l'être suprême [VOLT., Loi natur. Avertiss.]
Terme de mythologie. Dieux naturels, se disait de toutes les parties de l'univers que l'on avait personnifiées, comme le soleil, l'air, le ciel, etc. Sciences naturelles, la réunion de toutes les sciences qui s'occupent de la nature, de ses productions.
C'est Dieu même qui éclaire les philosophes dans les connaissances que les hommes ingrats appellent naturelles, quoiqu'elles ne leur viennent que du ciel [MALEBRANCHE, Rech. vér. III, II, 6]
Philosophie naturelle, se dit, chez les Anglais, de l'ensemble des sciences naturelles, et particulièrement de l'étude de la physique. Histoire naturelle, science qui a pour objet la description et la classification des animaux, des végétaux et des minéraux. Titre de certains ouvrages qui traitent de cette science. L'Histoire naturelle de Buffon.
Enfant naturel, celui qui est né hors mariage. On dit de même : fils naturel, fille naturelle. Enfant légitime et naturel, celui qui est né d'un mariage légitime, par opposition à l'enfant illégitime et à l'enfant adoptif.
Parties naturelles, organes de la génération dans les deux sexes.
Qui vient de la nature seule, par opposition à acquis. Des qualités naturelles. Il a de l'esprit naturel. Il a une éloquence naturelle. Une gaieté naturelle et qui n'a rien de forcé.
Je l'aime et l'embrasse de tout mon cœur [Pauline, fille de Mme de Grignan] ; rejouissez-vous de son joli esprit naturel [SÉV., 12 janv. 1680]
Il se dit dans un sens analogue, par opposition à factice, artificiel. Cette perruque imite très bien les cheveux naturels. Les eaux minérales naturelles. Une cascade naturelle plus belle que toutes les chutes d'eau artificielles. Vin naturel, vin qui n'a pas été frelaté, où l'on n'a rien mêlé d'étranger.
Qui est conforme à la nature particulière de chaque espèce. Il est naturel à l'oiseau de voler. La raison est un attribut naturel de l'homme.
Il n'y a rien qu'on ne rende naturel ; il n'y a naturel qu'on ne fasse perdre [PASC., Pens. XXV, 83]
Elle [la duchesse de Chaulnes] ne sera quasi point à Chaulnes ; et, quand elle y serait, cette retraite ne m'est point naturelle comme celle-ci [les Rochers], où je suis avec mon fils [SÉV., 4 sept. 1689]
La faiblesse aux humains n'est que trop naturelle [RAC., Phèdre, IV, 6]
L'auteur du poëme prétend que les remords nous sont aussi naturels que les autres affections de notre âme [VOLT., Loi natur. préface.]
Il se dit dans le même sens, en parlant des choses. La mer est sortie de ses bornes naturelles.
La mutabilité naturelle de nos désirs [BOSSUET, Duch. d'Orl.]
Terme d'histoire naturelle. Caractère naturel, celui qui est pris dans un des attributs essentiels et constants d'un corps brut ou organisé, et qui le distingue des autres espèces de corps. Classification naturelle, celle qui est établie d'après la considération des caractères naturels.
Terme de grammaire. Ordre naturel des mots, celui dans lequel ils sont rangés conformément à la suite et à la dépendance de nos idées, par opposition à inversion. On dit mieux l'ordre analytique.
Terme de musique. Tons naturels, tons qui se forment de la gamme ordinaire, sans aucune altération, sans dièse et sans bémol à la clef : il n'y a que deux tons naturels, qui sont ut majeur et la mineur. Note naturelle, note qui n'est affectée ni d'un dièse ni d'un bémol. Ut naturel. Si naturel. Échelle naturelle, l'échelle diatonique. Harmonie naturelle, celle dans laquelle on ne recherche pas trop les dissonances et les transitions hasardées. Naturel se dit aussi de ce qui n'est point forcé, qui ne va ni trop haut ni trop bas, ni trop vite ni trop lentement.
Terme d'arithmétique. Nombres naturels, se dit, dans les tables de logarithmes, des nombres consécutifs 1, 2, 3, 4, etc. par opposition à leurs logarithmes. Logarithmes naturels, les logarithmes dont la génération est donnée d'une manière indépendante de leur base.
Terme de marine. Ordre naturel ou direct, celui dans lequel les vaisseaux font route en suivant celui d'entre eux qui est désigné par l'amiral pour les précéder ; dans l'ordre renversé ils sont suivis par ce dernier vaisseau.
10° Qui est conforme aux lois de la nature, par opposition à surnaturel. Événement naturel.
Les miracles sont des effets produits par la volonté de Dieu, et non par des causes naturelles [, Dict. de l'Acad.]
Selon les physiciens, ce qui est naturel, c'est ce qui se fait sans le ministère de l'art, par un enchaînement qui nous est inconnu de causes et d'effets, et qui dépend de cette force supérieure, de ce mécanisme inflexible qui ne prend conseil ni de notre volonté ni de nos intérêts [DUMARSAIS, Œuvr. t. III, p. 369]
Dans le langage mystique, qui est conforme à l'ordre de la nature, par opposition à l'ordre de la grâce.
La mortification consiste à rompre sa volonté, à modérer ses vivacités, à réprimer ses désirs trop naturels... [BOURD., Pensées, t. I, p. 352]
Il serait fort étrange qu'on cherchât hors du monde ce qu'on a prétendu fuir en sortant du monde, c'est-à-dire des avantages purement temporels et des douceurs toutes naturelles [ID., Pensées. t. II, p. 361]
11° Qui est conforme à la raison ou à l'usage commun. En cette circonstance, sa conduite est toute naturelle. Il n'est pas naturel de s'exposer à un si grand péril.
Il est si naturel d'estimer ce qu'on aime, Qu'on voudrait que partout on l'estimât de même [CORN., Suréna, II, 2]
Il est naturel à l'homme d'aimer la vie des bienheureux, qui n'est rien autre chose qu'une joie intérieure de la vérité connue [BOURDAL., 4e dim. après Pâq. Dominic. t. II, p. 144]
Cela n'est pas naturel, ce n'est pas une chose naturelle, se dit d'une chose où l'on soupçonne quelque tromperie. Il faut qu'il y ait quelque supercherie là-dessous, car cela n'est pas naturel.
12° Sujets naturels d'un souverain, ceux qui sont nés dans ses États.
Les sujets naturels, c'est-à-dire les Perses, étaient exempts de toute imposition [ROLLIN, Hist. anc. Œuvr. t. III, p. 51]
Juges naturels, ceux que la loi assigne aux accusés, aux parties, suivant leur qualité et l'espèce de leur cause. Par extension. Les gens de goût sont les juges naturels des productions de l'esprit.
13° Qui se fait en conséquence d'habitudes. Il lui est naturel de marcher très vite.
14° Qui s'offre de soi-même à l'esprit. Le sens que vous donnez à ce passage n'est pas le sens naturel. Il faut prendre cette phrase dans son sens naturel. Ce n'est pas donner une explication naturelle de son procédé que de s'en offenser.
15° Qui est sans affectation dans ses sentiments, dans ses manières.
Rien n'empêche tant d'être naturel que l'envie de le paraître [LAROCHEF., Max. 431]
Des jeunes gens se croient naturels lorsqu'ils sont grossiers [ID., dans RICHELET]
Elle [la Dauphine] en tend et comprend facilement toutes choses ; elle est naturelle, et non plus embarrassée ni étonnée que si elle était née au milieu du Louvre [SÉV., 29 mars 1680]
Je l'ai vu, simple et naturel, changer de visage au récit de leurs infortunes [de ses amis], entrer avec eux dans les moindres choses comme dans les plus importantes.... [BOSSUET, Louis de Bourbon.]
Je suis tout naturel et j'aime la franchise ; Ma bouche ne dit rien que mon cœur n'autorise [REGNARD, le Joueur, II, 4]
On m'a fait entendre, par exemple, qu'elle est fausse, et il n'existe peut-être pas au monde une femme plus franche et plus naturelle [GENLIS, Théât. d'éduc. le Méchant par air, II, 1]
Il se dit des choses dans le même sens. Tous ses mouvements sont faciles et naturels. Elle a des grâces naturelles. Une démarche naturelle et gracieuse.
Jamais on ne vit de joie ni si vive ni si naturelle que celle qu'il ressentait à faire plaisir [BOSSUET, Louis de Bourbon.]
16° Qui est sans affectation quant à l'esprit.
Thompson, ce poëte naturel et vrai, ce premier chantre des montagnes d'Écosse [VILLEMAIN, Litt. fr. XVIIIe siècle, 2e part. 2e leçon.]
Il se dit, dans le même sens, de l'esprit et de ses productions. Il a l'esprit naturel.
Quand un discours naturel peint une passion ou un effet, on trouve dans soi-même la vérité de ce qu'on entend, laquelle on ne savait pas qu'elle y fût, en sorte qu'on est porté à aimer celui qui nous le fait sentir [PASC., Pens. VII, 26, éd. HAVET]
Oh ! si l'Esprit divin, Esprit de force et de vérité, avait enrichi mon discours de ces images vives et naturelles qui représentent la vertu et qui la persuadent tout ensemble [FLÉCH., Turenne.]
Quel est donc le pouvoir naturel des vers naturels, puisque, par ce seul charme, la Fontaine, avec de grandes négligences, a une réputation si universelle et si méritée, sans avoir jamais rien inventé ? [VOLT., Louis XIV, écrivains.]
Le langage d'un esprit cultivé est naturel, quoique bien différent du langage d'un esprit sans culture [CONDILLAC, Art d'écr. IV, 5]
Terme de beaux-arts. Couleur naturelle, celle que le peintre se propose d'imiter.
17° S. m. Naturel, un habitant originaire d'un pays.
On ne reçoit dans cette milice que les naturels de ce pays [PATRU, Plaidoyer 1, dans RICHELET]
Un prince enfant serait plus agréable qu'un autre, parce que, y étant envoyé [à Messine] pour y être élevé, les peuples le regarderaient comme un naturel sicilien [PELLISSON, Lett. hist. t. II, p. 240, dans POUGENS]
La Nouvelle Hollande est une terre basse, sans eau, sans montagnes, peu habitée, dont les naturels sont sauvages et sans industrie [BUFF., Œuv. t. I, p. 320]
18° Le naturel, l'état de santé, par comparaison avec l'état de maladie.
Vos habits si bien faits, cette taille si bien remplie dans son naturel [quand vous n'êtes ni malade ni enceinte], Ô mon Dieu ! conservez-la donc pour mon voyage de Provence [SÉV., 8 avr. 1671]
La mienne [santé] est tout à fait remise, je dors mieux, ma langue n'est plus une méchante langue ; elle est toute rendue à son naturel [ID., 1er nov. 1688]
Nous avons enfin réussi, par un bon gouvernement, à le remettre [Ch. de Sévigné] dans son naturel : plus de fièvre, plus de douleurs, assez de forces [ID., 30 oct. 1680]
Ma jambe redevient entièrement dans son naturel, sans douleurs, sans contrainte [ID., 17 juin 1685]
19° Manière d'être que l'être animé ou inanimé dont on parle tient de la nature.
Comme son naturel [du sort] est toujours inconstant [CORN., Poly. IV, 6]
Voilà bien le monde en son naturel [les avis divers sur un même fait] [SÉV., 20 nov. 1664]
Quand elle [une dame] a son naturel, elle est incapable d'aucune bonne résolution [ID., 21 août 1675]
Il déclara qu'il préférait à ces avantages et à tout ce qu'on pouvait jamais lui accorder : quoi ? son devoir et les bonnes grâces du roi... ; le voilà dans son naturel [BOSSUET, Louis de Bourbon.]
Comme c'est le naturel du genre humain d'être plus sensible au mal qu'au bien [ID., Sermons, Ambition, Fragm. sur le même sujet.]
Si nous savons entendre le naturel de l'esprit humain [ID., Sermon sur l'honneur, préambule]
À la veille d'un si grand jour [Rocroy] et dès la première bataille, il est tranquille, tant il se trouve dans son naturel ! [ID., Louis de Bourbon.]
Le voyez-vous comme il compte la cavalerie et l'infanterie des ennemis par le naturel des pays ou des princes confédérés ? [ID., ib.]
Quelques jeunes personnes ne connaissent point assez les avantages d'une heureuse nature, et combien il leur serait utile de s'y abandonner.... leur son de voix et leur démarche sont empruntés ; elles se composent, elles se recherchent, regardent dans un miroir si elles s'éloignent assez de leur naturel [LA BRUY., III]
Elle voulait enchaîner par le bonheur et par la crainte, et transformait ainsi toujours son naturel en moyens [STAËL, Corinne, XII, 2]
20° Manière d'être morale telle qu'on la tient de la nature.
N'ayant pas moins d'admiration de votre courage et de votre bon naturel [il s'agit d'un dévouement pour un frère mort de la peste] que de ressentiment de votre douleur [VOIT., Lett. 13]
Deviens en leur faveur d'un naturel plus doux [CORN., Médée, III, 3]
Mais tel est d'un tyran le naturel infâme [ID., Héracl. V, 6]
Mon père était assez hardi de son naturel [SCARR., Rom. com. I, 13]
Les malheureux comme je suis, sont souvent importuns contre leur naturel [ID., Lettres, Œuv. t. I, p. 228]
Tu ressembles aux naturels Malheureux, grossiers et stupides ; On n'en peut tirer rien qu'avecque le bâton, Plus je te remplissais, plus mes mains étaient vides [LA FONT., Fabl. IV, 8]
Tant le naturel a de force ! Il se moque de tout.... Qu'on lui ferme la porte au nez, Il reviendra par les fenêtres [ID., ib. II, 18]
N'accusons pas aveuglément le naturel des habitants de l'île la plus célèbre du monde [l'Angleterre], qui, selon les plus fidèles historiens, tirent leur origine des Gaules [BOSSUET, Reine d'Anglet.]
Est-il rien de plus haïssable que la médisance... ? mais, parce qu'on l'appelle franchise de naturel et liberté qui dit ce qu'elle pense.... on ne regarde plus combien les traits sont envenimés [ID., Sermons, Honneur, 2]
Le naturel toujours sort et sait se montrer ; Vainement on l'arrête, on le force à rentrer ; Il rompt tout, perce tout, et trouve enfin passage [BOILEAU, Sat. X]
Vous devez à Dieu une reconnaissance toute particulière ; car il vous a donné un excellent naturel [MAINTENON, Lett. à Mme de Bouju, t. V, p. 266, dans POUGENS]
La mollesse et l'oisiveté qui corrompent les plus beaux naturels [FÉN., Tél. XI]
Son naturel vif et hardi était selon mon goût [ID., ib. XII]
Que cette dame était aimable ! le bon petit naturel ! le ciel lui fasse paix ! [LESAGE, Gil Blas, II, 7]
Chassez le naturel, il revient au galop [DESTOUCHES, le Glorieux, III, 5]
Le naturel modifie à son tour l'éducation ; et c'est à bien connaître la force du naturel que consiste principalement le grand art de diriger l'homme [BONNET, Ess. psych. ch. 69]
La physionomie ne se montre pas dans les grands traits, ni le caractère dans les grandes actions, c'est dans les bagatelles que le naturel se découvre [J. J. ROUSS., Ém. IV]
Oh le bon petit naturel de femme ! [BEAUMARCHAIS, Barb. de Sév. III, 4]
21° Amour entre les pères et mères et leurs enfants.
L'honneur qu'on porte aux siens devient illégitime, Et trop de naturel passe aujourd'hui pour crime [ROTR., Antig. V, 2]
La princesse palatine trouvait dans la duchesse sa chère fille un naturel tel qu'il le fallait à un cœur comme le sien [BOSSUET, Anne de Gonz.]
Des enfants ingrats et sans naturel [BOURDAL., Dominicales, I, État du mariage, 74]
Une mère qu'il aimait autant par reconnaissance et par raison que par tendresse de naturel [FLÉCH., Duc de Mont.]
Il y a quelquefois des mères lionnes qui emportent leurs petits dans leur gueule ; d'autres qui ont assez de naturel pour ne les point abandonner, et qui se font même assommer sur la place en cherchant à les défendre [BUFF., Quadrup. t. XI, p. 227]
En général, sentiment d'humanité et de compassion, sensibilité. Il faut être sans naturel pour ne pas soulager les malheureux quand on le peut.
Si le principe de sa constance [d'un homme durant l'adversité] n'est pas dans sa foi.... c'est un imposteur qui se trahit et qui nous trompe, ou un barbare qui n'a pas même assez de naturel pour s'affliger [MASS., Panég. St-Louis.]
22° Manière d'être telle que la nature nous l'a donnée, par opposition à l'art, à l'affectation.
Elle avait tant de naturel, de franchise et d'esprit [GENLIS, Veillées du château t. III, p. 414, dans POUGENS]
Le naturel a tant de charmes, qu'il plaît même à ceux qui n'en ont point [ID., Mme de Maintenon, t. I, p. 101]
Il est bien bruyant et bien impoli ; voilà ce que vous appelez du naturel, et voilà précisément le naturel dont il faudrait se défaire [ID., Théât. d'éduc. les Faux amis, I, 4]
Il se dit des choses dans le même sens.
Vous écrivez extrêmement bien, personne n'écrit mieux : ne quittez jamais le naturel, votre tour s'y est formé, et cela compose un style parfait [SÉV., 18 fév. 1671]
Combien de siècles se sont écoulés, avant que les hommes dans les sciences et dans les arts aient pu revenir au goût des anciens, et reprendre enfin le simple et le naturel ! [LA BRUY., I]
La Marianne de Tristan, jouée la même année que le Cid, conserva cent ans sa réputation et l'a perdue sans retour ; comment une mauvaise pièce peut-elle durer cent ans ? c'est qu'il y a du naturel [VOLT., Comm. Corn. Cid, Rem. sur les obs. Scudéry.]
Le propre du naturel, quand il ne déplaît pas, est au moins d'obtenir grâce [D'ALEMB., Réfl. Élog. acad. t. VI, p. 139, dans POUGENS]
En général, il suffit d'observer qu'il y a dans la poésie autant de naturels que de genres [CONDILL., Art d'écr. IV, 5]
L'art entre plus ou moins dans ce que nous nommons naturel ; tantôt il ne craint pas de paraître, tantôt il semble se cacher ; il se montre plus dans une ode que dans une épître, dans un poëme épique que dans une fable [ID., ib.]
Terme de beaux-arts et de littérature. Sentiment de la belle nature joint à une grande facilité pour la peindre.
23° La forme naturelle de chaque chose. Cela est peint, tiré sur le naturel.
Que ce miroir [l'entendement] est souvent terni, et que rarement il arrive que les objets y paraissent en leur naturel ! [BOSSUET, 1er serm. Quinquagés. 1]
Terme de peinture et de sculpture. Le modèle qu'on a sous les yeux pour l'imiter. Dessiner d'après le naturel. Statue plus grande que le naturel. On dit présentement : dessiner d'après nature, plus grand que nature.
24° Au naturel, loc. adv. D'après nature, selon la nature.
Attends qu'au naturel je figure ces lis Dont elle a ton beau sein et ton front embellis [ROTR., Herc. mour. I, 4]
Vraiment, vous me le dépeignez si fort au naturel, que je crois encore l'entendre [SÉV., 243]
L'indifférence est jouée si fort au naturel [ID., 337]
La vieille Sanguin est morte comme une héroïne, promenant sa carcasse par la chambre, se mirant pour voir la mort au naturel [ID., 24 janv. 1689]
Je voudrais bien vous pouvoir dépeindre au naturel un écran que M. le cardinal d'Estrées a donné à Mme de Savoie [ID., 13 déc. 1679]
Vous entendez ces tons-là ; et, pour les paroles, elles sont au naturel [ID., 23 avr. 1671]
Fig.
Rien ne représente plus au naturel l'état d'une âme tiède [MASS., Carême, Tiéd. I]
S'il pouvait se voir au naturel et se connaître.... [ID., Carême, Lazare.]
Terme de blason. Au naturel, se dit lorsque les animaux ou les fleurs qui meublent l'écu sont représentés avec leurs couleurs naturelles, et non avec les émaux ordinaires du blason.
25° Terme de musique. Solfier au naturel, transposer les tons affectés de dièses et de bémols, et les solfier par les noms des sons de la gamme ordinaire.
En général, ce qu'on appelle chanter et exécuter au naturel, est peut-être ce qu'il y a de plus mal imaginé dans la musique [J. J. ROUSS., Dissert. sur la mus. mod.]
26° Au naturel, de la manière la plus simple, en parlant de l'apprêt de certaines viandes. Du bœuf au naturel. On dit aussi du bœuf naturel.

REMARQUE

  • 1. Naturel, dans le sens de natif, ne s'emploie pas en parlant des nations civilisées : on ne dit pas : les naturels de France, d'Espagne. Mais on s'en sert pour désigner, par plaisanterie, à propos de quelques singularités, des gens d'une province, d'une localité : les naturels de cette province, de ce village.
  • 2. Il a l'esprit naturel, et il a de l'esprit naturel sont très différents. Le premier signifie que son esprit est sans affectation ; les second, que la nature lui a départi de l'esprit.

HISTORIQUE

  • XIIe s.
    L'enseigne Charle mon seignor natural [, Ronc. 49]
  • XIIIe s.
    Phisique [la médecine] est faite por conduire l'ome jusque la mort naturel ; et sachiés que mors natureus si est en LXX ans [ALEBRANT, f° 2]
    Volenté de profit à trestouz, et de non ennuier à nului, ce sont li commandement de la loi naturel [BRUN. LATINI, Trésor, p. 406]
    Il puet estre cristalier à Paris qui veut, c'est à savoir ouvrieres de pierres de cristal et de toutes manieres de pieres natureus, qui veut, se il set le mestier [, Liv. des mét. 72]
  • XVe s.
    ...Riens n'y font en ce cas Povres habiz, fors science aprouvée, Sens naturel et le bien faire [E. DESCH., l'Habit ne fait pas l'homme]
    S'il est homme naturel et tel qu'il doibt estre, c'est à dire raisonnable [, Boucic. I, 37]
    Chariot de cuir bouilly, dans lequel estoit le corps naturel [le cadavre] dudit feu roy bien enoint et embausmé [MATH. DE COUCY, Hist. de Ch. VII, p. 733, dans LACURNE]
    Icele Marote mettoit sus au suppliant [son mari], qu'il n'estoit pas homme naturel ne capable de mariage [DU CANGE, natura]
    Afin que, durant le procès, ledit de Coetigny ayt mieux de quoy vivre et entretenir honorablement l'estat de luy et de nostre dicte sœur naturelle [Marie de Valois, fille d'Agnès Sorel] [, Lett. pat. de Louis XI, Bibl. des ch. 4e série, t. I, p. 7]
    L'eau est à mon naturel Un element tout contraire, Et ce medecin cruel Me vient conseiller d'en boire [BASSEL., XLVIII]
  • XVIe s.
    Nous autres nous n'avons que la loy naturelle Escrite dans nos cœurs par une encre eternelle [RONS., 675]
    Offrant aux estrangers mesmes privileges de bourgeoisie, que les naturelz citoyens avoient [AMYOT, Thésée, 29]
    Il commencea à cognoistre et gouster la bonté de son naturel [ID., Lyc. 16]
    Des autres quatre [rois de Rome] nul n'est decedé de sa mort naturelle [ID., Numa, 36]
    Hercules entre les dieux n'estoit pas luy mesme naturel, ains tenoit de bastardise, à cause de sa mere qui estoit femme mortelle [ID., Thés. 1]
    Faire un portrait au naturel ou après le naturel [ID., Péric. 59]
    Et conjecturoit on à leur bonne ordonnance que c'estoient naturels Carthaginois [ID., Timol. 36]
    Le second Scipion, filz naturel et legitime de Paulus AEilius [ID., Caton, 31]
    Il le blecea par dessoubz sa cuirace à l'endroit où elle joint aux parties naturelles [ID., Eumènes, 13]
    Selon l'opinion des bons philosophes naturels [PARÉ, Introd.]
    Mes mœurs sont naturelles [MONT., II, 294]
    Les plus naturelles allures de nostre ame sont les plus belles [ID., III, 277]
    Quand les loix ont peu de vigueur, et que les mauvais conseillers ou ignorans conseillent le prince, et quand les estrangers ont plus de faveur et autorité que les naturels [LANOUE, 21]
    Un jour naturel, qui sont vingt-quatre heures [, Coust. génér. t. I, p. 1006]
    Bastards ne succedent à leurs parens ; mais toutes fois leurs enfans naturels et legitimes leur succedent [, ib. t. II, p. 258]
    Combien que ce soit ce que l'homme doibt avoir plus cher que de se remettre en droict naturel, et, par maniere de dire, de beste revenir à homme [LA BOÉTIE, Servitude volontaire.]

ÉTYMOLOGIE

  • Provenç. naturel, naturau ; espagn natural ; ital. naturale ; du lat. naturalis, qui vient de natura, nature. Dans la langue ancienne, enfant naturel signifiait enfant légitime et enfant né hors mariage.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

    NATUREL. Ajoutez :
    27° Père naturel, par opposition à père adoptif.
    Octavius était père d'Auguste ; mais, outre que sa condition n'était pas des plus illustres, la splendeur du père adoptif [Jules César] aida bien à supprimer aucunement le naturel [MALH., Lexique, éd. L. Lalanne.]