nuage

nuage

n.m. [ de nue, du lat. nubes ]
1. Amas de particules d'eau très fines en suspension dans l'atmosphère : De gros nuages noirs assombrissent le ciel.
2. Tout ce qui forme une masse légère et comme en suspension : Un nuage de fumée, de poussière.
3. Fig. Ce qui trouble la sérénité ; menace plus ou moins précise : De gros nuages pèsent sur notre projet péril, souci orage
Être dans les nuages,
être distrait, rêveur.
Informatique en nuage,
modèle d'organisation informatique permettant l'accès à des ressources numériques dont le stockage est externalisé sur plusieurs serveurs.
Nuage de lait,
petite quantité de lait que l'on verse dans le thé, le café.

NUAGE

(nu-a-j') s. m.
Amas de vapeurs vésiculaires suspendues dans l'air, qui troublent le bleu du ciel sous forme de masses blanches, grises ou noires.
On se hasarde sous l'espérance de la Saint-Jean, on prend le moment d'entre deux nuages.... [SÉV., 435]
Comme la terre qui, élevant des nuages contre le soleil qui l'éclaire, ne lui ôte rien de la lumière et se couvre facilement elle-même de ténèbres, ainsi le pécheur.... [BOSSUET, Serm. 3e dim. de l'avent, 1]
D'un souffle l'aquilon écarte les nuages, Et chasse au loin la foudre et les orages [RAC., Esth. III, 3]
Le soleil élève de la terre et des eaux des exhalaisons et des vapeurs, qui, montant en l'air jusqu'à quelque hauteur, s'y assemblent et forment les nuages [FONTEN., Mondes, 3e soir.]
Les nuages sont généralement plus élevés en été, et constamment encore plus élevés dans les climats chauds [BUFF., Add. et corr. théor. terr. Œuvr. t. XIII, p. 23]
Un grand nuage suspendu à la voûte du ciel formait un immense rideau qui nous dérobait presque toute cette vue [SAUSSURE, Voy. Alpes, t. VIII, p. 60, dans POUGENS]
On connaît ces nuages que l'on a nommés parasites, qui s'attachent à la cime des montagnes, et qui souvent, comme ceux de la montagne de la Table au cap de Bonne-Espérance, sont les précurseurs de grains ou d'orages [ID., ib. t. VII, p. 462]
Un nuage éclatant d'or, de pourpre et d'azur [DELILLE, Én. VII]
Il est vrai que cet orage [l'orage qui assaillit l'armée française à son entrée en Russie] fut grand comme l'entreprise ; pendant plusieurs heures, ses lourds et noirs nuages s'épaissirent et pesèrent sur toute l'armée [SÉGUR, Hist. de Nap. IV, 2]
Le 6 novembre le ciel se déclare ; son azur disparaît ; l'armée marche enveloppée de vapeurs froides ; ces vapeurs s'épaississent ; bientôt c'est un nuage immense qui s'abaisse et fond sur elle en gros flocons de neige [ID., ib. IX, 11]
Un ciel sans nuage, un ciel parfaitement pur. Fig.
Venez.... princes et princesses, nobles rejetons de tant de rois, lumières de la France, mais aujourd'hui obscurcies et couvertes de votre douleur comme d'un nuage [BOSSUET, Louis de Bourbon.]
Fig. Ce qui est chargé de quelque chose de menaçant, comme un nuage l'est de pluie.
Je vois se former de loin un nuage de coups de bâton qui crèvera sur mes épaules [MOL., Scapin, I, 1]
Il faut voir ce que tout cela deviendra [les troubles d'Angleterre] ; il me semble que c'était un gros nuage épais, noir, qui commence à s'éclaircir [SÉV., 1er avr. 1689]
Que de sacrifices à faire à Dieu !... nous sommes tous bien faibles et bien tremblants sous la main toute-puissante qui remue l'Europe d'une telle manière présentement, qu'on serait bien empêché de dire ce qui arrivera de ce nuage répandu partout [ID., 22 avr. 1689]
Pour moi, je suis persuadée que le roi, c'est-à-dire Dieu par lui, surmontera tous ses ennemis, et débrouillera tous ces nuages qui paraissent si noirs et si prêts à fondre sur nous [ID., 30 mars 1689]
Ce coup du ciel qui vient de dissiper ce gros nuage [FLÉCH., Mar.-Thér.]
Comment s'est calmé l'orage ? Quelle main salutaire a chassé le nuage ? [RAC., Esth. III, 9]
Par extension, tout ce qui offusque la vue, et qui empêche de voir distinctement les objets.
Semblables à un nuage de sauterelles, ils remplissaient tout et gâtaient tout par où ils passaient [SACI, Bible, Juges, VI, 5]
Dejà de traits en l'air s'élevait un nuage [RAC., Iph. V, 6]
Dans un nuage épais le Seigneur enfermé [ID., Athal. I, 4]
Déjà s'élevait un nuage de poussière [FÉN., Tél. XX]
Elles étaient venues à cheval, couvertes du sombre nuage de leurs voiles et de leurs habits [MONTESQ., Lett. pers. 47]
Un nuage de pleurs et d'éternelles craintes [VOLT., Orphel. III, 4]
Aux deux pôles nagent les baleines avec les innombrables colonies de morues et de harengs, avec les nuages d'insectes, avec les peuplades infinies et prodigieuses de la mer [RAYNAL, Hist. phil. XVII, 3]
Fig.
Je ne sais, ma fille, comment vous pouvez dire que votre humeur est un nuage qui cache l'amitié que vous avez pour moi [SÉV., 26 oct. 1688]
Fig. Il se dit aussi de l'obscurité qui se répand dans la vue, pour quelque cause physique ou morale.
Et ses yeux, comme morts, de nuages se couvrent [RÉGNIER, Dial.]
Déjà je ne vois plus qu'à travers un nuage Et le ciel et l'époux que ma présence outrage [RAC., Phèdre, V, 7]
Le Samien me donna dans la tête et puis dans l'estomac des coups qui me firent vomir le sang et répandirent sur mes yeux un épais nuage [FÉNELON, Télémaque, V]
Fig. Ce qui voile, dérobe à la vue de l'intelligence.
Et j'ai devant les yeux toujours quelque nuage Qui m'offusque la vue et m'y jette un ombrage [CORN., Nicom. III, 4]
La foi véritable qui.... ne cherche plus qu'à se développer de ses ténèbres, et, en dissipant le nuage, se changer en pure lumière et en claire vision [BOSSUET, le Tellier.]
Quelle fut la pénétration de M. le Tellier, quand il fallut percer les nuages de la dissimulation et de l'artifice ? [FLÉCH., le Tellier.]
Des lumières successives dissipèrent une partie des nuages dont M. de Montausier [calviniste, puis converti] était environné [ID., Duc de Mont.]
Ah ! que je crains, mes sœurs, les funestes nuages Qui de ce prince obscurcissent les yeux ! Comme il est aveuglé du culte de ses dieux ! [RAC., Esth. II, 9]
Faut-il qu'à vos yeux seuls un nuage odieux Dérobe sa vertu, qui brille à tous les yeux ? [ID., Phèdre, V, 3]
Je craignais que la vérité ne perçât le nuage [FÉN., Tél. XII]
Elle perce déjà, avec des yeux mourants, le nuage de la mortalité qui l'environne encore [MASS., Avent, Mort du péch.]
Le démon répand mille nuages sur l'esprit [ID., Carême, Enf. prod.]
Les pratiques extérieures.... forment une espèce de nuage sur l'âme ; on se pardonne plus facilement des fragilités et des choses qui paraissent compensées par des œuvres saintes [ID., Carême, Culte.]
Sur leurs yeux vigilants répandant un nuage.... [VOLT., Orph. I, 2]
Ces prétentions restèrent toujours enveloppées d'un nuage [ID., Louis XIV, 35]
Tu n'y vas point chercher les combats des systèmes, Les nuages du doute et la nuit des problèmes [DELILLE, Trois règnes, I]
Tant qu'il brille ici-bas, tout astre a son nuage [LAMART., Harold, 22]
Doutes, soupçons, qui s'élèvent sur la conduite de quelqu'un, ou dans les liaisons, les amitiés, le commerce du monde.
Jamais nous n'avions eu le moindre nuage dans notre amitié [avec Mme de la Fayette] [SÉV., 3 juin 1693]
Comme elle possédait son affection [de Charles Ier], car les nuages qui avaient paru au commencement furent bientôt dissipés [BOSSUET, Reine d'Anglet.]
Nous jetons un nuage sur leur mérite [MASS., Avent, Épiph.]
Les cours sont orageuses.... tout y forme des nuages [ID., Orais. fun. Madame.]
Un fort mécontentement avait fait quitter au baron de Bressé le service d'Espagne, non sans laisser quelques nuages sur sa réputation [SAINT-SIMON, 1, 25]
Un amas de blé dont il [Caumartin] fut fort accusé dans un temps de cherté, et diverses autres choses avaient laissé un nuage dans l'esprit du roi [ID., 69, 135]
Vous dissiperez facilement tous les nuages qui se sont élevés entre vous et lui depuis quelque temps [COLLÉ, Part. de chasse de Henri IV, I, 5]
Si jamais d'un soupçon le plus léger nuage Affligeait sa vertu par quelque indigne outrage [DUCIS, Othello, IV, 3]
Chagrins, ennuis.
De toutes parts sont éclaircis Les nuages de nos soucis [MALH., VI, 3]
On ne me verrait pas détruit comme je suis, Ni l'esprit aveuglé d'un nuage d'ennuis [MAIRET, Sophon. I, 1]
Ton bonheur n'est couvert que d'un peu de nuage [CORN., Cid, II, 3]
D'où vient qu'un triste nuage Semble offusquer l'éclat de ces beaux yeux ? [MOL., Psyché, IV, 3]
Il n'y en a guère [de vie] qui soit exempte de nuage [SÉV., 8 déc. 1677]
Il n'y a plus de chagrin présentement [entre le roi et Mme de Montespan] ; mais tout est si peu stable, qu'avant que vous ayez cette lettre, il y aura eu et des nuages et des rayons de soleil [ID., 20 oct. 1677]
Puis-je savoir quel trouble a formé ce nuage ? [RAC., Brit. V, 3]
Puis-je vous demander quel funeste nuage, Seigneur, a pu troubler votre auguste visage ? [ID., Phèdre, IV, 2]
Ce sont des nuages passagers qui n'occupent que la surface de l'âme [MASS., Avent, Bonh.]
Ce nuage d'ennui, cette sombre langueur.... [DUCIS, Abufar, I, 1]
Idées vagues, obscures, peu intelligibles.
Un sommeil inquiet sur de confus nuages Élève incessamment de flatteuses images, Et sur le vain rapport fait naître des souhaits Que le réveil admire et ne dédit jamais [CORN., la Gal. du Palais, I, 8]
Les esprits des hommes sont pleins de nuages et de faux jours [, Port-Royal, Logique, I, 19]
Il est certains esprits dont les sombres pensées Sont d'un nuage épais toujours embarrassées [BOILEAU, Art p. I]
Du romantisme jeune appui, Descends de tes nuages [BÉRANG., Troubadours.]
Se perdre dans les nuages, parler, écrire avec emphase et obscurité.
Terme d'astronomie. Nébulosité ou blancheur du ciel, située près du pôle austral. Le petit nuage. Le grand nuage.
10° Terme de médecine. Flocons que l'on observe quelquefois un peu au-dessous de la surface de l'urine qu'on a laissée reposer dans un vase.
11° Un nuage de lait, une très petite quantité de lait qu'on verse dans le thé, et qui s'y développe d'abord avec des contours de nuage. Je veux dans mon thé seulement un nuage de lait.
12° Terme de blason. Il se dit des pièces qui sont représentées avec des sinuosités et des ondes.
13° Nuage, un des noms marchands du cône tulipe (mers de l'Inde et de l'Amérique), dit encore nuée et nébuleuse (voy. NUÉE D'OR).

ÉTYMOLOGIE

  • Nue ; bourg. nueige.

nuage

NUAGE. n. m. Amas de vapeurs élevées dans l'air et qui se résolvent ordinairement en pluie. Nuage épais. Le ciel est couvert de nuages. Le vent chasse les nuages. Le soleil dissipe les nuages. Le nuage creva. La lune sort d'un nuage. Un ciel sans nuage.

Par analogie, Un nuage de lait, Une petite quantité de lait versée dans du thé ou du café.

Fig., Se perdre dans les nuages, S'égarer dans des spéculations obscures, exprimer avec emphase des idées vagues, imprécises, dont le sens échappe.

NUAGE se dit, par extension, de Tout ce qui empêche de voir distinctement les objets. Il a un nuage devant les yeux. Un nuage de poussière, de fumée.

Il s'emploie aussi, figurément, dans ce sens. Les nuages de l'erreur.

Il se dit également en parlant du Chagrin, de la tristesse, de la mauvaise humeur. Aucun nuage ne trouble son bonheur. Un nuage de tristesse s'est répandu sur son front. Ne boudez plus, chassez ce nuage.

Il se dit aussi des Soupçons qui s'élèvent sur la conduite de quelqu'un, des incertitudes répandues sur sa réputation, sur son amitié, d'un commencement ou d'un reste de brouillerie. Leur querelle n'a point duré, ce n'était qu'un nuage. Tous les jours de leur union ont été des jours sans nuage. Il s'est élevé entre eux des nuages qui ont été promptement dissipés. Nous les verrons se réconcilier; il ne reste plus entre eux qu'un léger nuage.

nuage

Nuage, m. penacut. est une nuée broüillée et espesse, qui s'esclost en pluye ou vent. Atra nubes. Condensae nubes. L'espagnol dit ñuada et ñublado. Il se prend aussi pour l'ombrage de brun sur clair d'une mesme couleur que les tapisseries donnent en leurs ouvrages, commençans du plus brun, et finissans au plus clair, comme quand ils couchent de quatre ou cinq façons de couleur verde queuë à queuë l'une de l'autre: car l'obscure fait nuée à la gaye, et la moins gaye à la plus gaye. Car si c'est de diverses couleurs que le tapissier face assemblance, quoy qu'il y ait umbrage entre elles, si n'est-il plus appelé Nuage, ains mutation ou changement. On l'appelle aussi Nuance. Obumbratio. Inumbratio. Le mesme s'entend en faict de peinture. car la tapisserie n'est que peinture à traits de filets de plusieurs couleurs, et imitatrice des traicts du pinceau.

Un nuage de Corbeaux, c'est à dire une volée espesse obumbrant le ciel comme font les nuées.

nuage

Nuage, Nubes.

nuage


NUAGE, s. m. Amâs de vapeurs élevées en lair, et qui, réunies, se rendent visibles. "Le Ciel est couvert de nuages. Le soleil et le vent dissipent les nuages. = Figurément, ce qui ofusque la vûe. "Un nuage de poussière. "J' ai les yeux couverts d'un nuage. = Plus figurément encôre, les doutes, les incertitudes, les ignorances de l'esprit. "La vérité dissipe les nuages de l'erreur. "Les passions assemblent sur notre âme d'épais nuages. Des Écrivains distingués ont cherché à dissiper les nuages, dont son Histoire (de Zoroastre) est couverte. PASTORET.

Synonymes et Contraires

nuage

nom masculin nuage
1.  Masse légère dans le ciel.
brume, nébulosité, nuée -littéraire: nue.
2.  Ce qui menace.
danger, menace, péril, risque -littéraire: orage.
Traductions

nuage

Wolkecloudwolkעב (ז), ענן (ז), עָנָןwolknúvolmrak, oblakσύννεφοnubonubepilv, variابرpilviबादलfelhőawanskýnuvola, nube, cu, nuvolo, nubiaer, nebula, nubesdebesysmākonischmuranuvemnorоблако, тучаmoln, skywingubulutبادلسَحَابَةskyoblak구름skyเมฆmâyоблак (nɥaʒ)
nom masculin
1. météorologie masse blanche dans le ciel Des nuages cachent le soleil.
2. ensemble d'éléments très fins un nuage de poussière

nuage

[nɥaʒ] nmcloud
être dans les nuages (= distrait) → to have one's head in the clouds
un nuage de lait → a drop of milk
nuage toxique nmtoxic cloud