nuancé, ée

NUANCÉ, ÉE

(nu-an-sé, sée) part. passé de nuancer
Où les couleurs sont assorties.
La description des couleurs sera courte ; c'est un noir à peine nuancé de quelques reflets violets sur tout le corps [BUFF., Oiseaux, t. XII, p. 90]
Le reptile baisse son cou nuancé, entr'ouvre avec sa tête les herbes fines [CHATEAUBRIAND, Génie, I, III, 2]
Par extension.
Une voix continue et nuancée [J. J. ROUSS., Essai sur l'origine des langues, ch. V]
Leur chant [des fauvettes] s'exprime par une suite de modulations peu étendues, mais agréables, flexibles et nuancées : ce chant semble tenir de la fraîcheur des lieux où il se fait entendre [BUFF., Ois. t. IX, p. 185]
Fig.
La nature est comme cette image que présente le prisme : tout y est nuancé à l'infini [BONNET, Palingén. XV, 4]
Dans l'École des femmes, l'imbécillité d'Alain et de Georgette, si bien nuancée avec l'ingénuité d'Agnès [MARMONTEL, Élém. de litt. t. VI, p, 180]