objectif, ive

OBJECTIF, IVE

(ob-jè-ktif, kti-v') adj.
Terme d'optique. Verre objectif, le verre d'une lunette destiné à être tourné du côté de l'objet qu'on veut voir.
Tous les physiciens savent aujourd'hui qu'il y a trois causes qui empêchent la lumière de se réunir dans un point lorsque ses rayons ont traversé le verre objectif d'une lunette ordinaire [BUFF., Hist. min. Introd. Œuv. t. VII, p. 234]
S. m. Nom donné au verre d'une lunette composée, ou aux lentilles simples ou composées du microscope qui sont tournées vers l'objet qu'on examine. Dans les télescopes, le foyer de l'objectif est plus long que celui de l'oculaire ; dans les microscopes composés, c'est le contraire.
Pourquoi, jusqu'à ce jour, n'a-t-on pas fait des objectifs de deux ou trois pieds de diamètre ? l'aberration des rayons causée par la sphéricité des verres en est la seule cause [BUFF., Hist. min. Introd. Œuv. t. VII, p. 254]
Plus le foyer de l'objectif est long, plus celui de l'oculaire peut être proportionnellement court, et par conséquent être contenu un grand nombre de fois dans celui de l'objectif [BRISSON, Traité de physique, t. II, p. 474, dans POUGENS]
Il [le télescope de Galilée] est composé de deux verres, dont l'un, qui est convexe, est placé du côté de l'objet et porte le nom d'objectif, et l'autre, qui est concave, est placé du côté de l'œil et s'appelle oculaire [ID., ib. t. II, p. 459]
Le premier objectif construit par Huyghens, celui avec lequel il a fait la découverte du satellite et de l'anneau de Saturne, vient d'être retrouvé dans le cabinet d'instruments de physique de l'université d'Utrecht [HAEZTING, Acad. des sc. Comptes rendus, t. LXV, p. 987]
On dit aussi, dans un sens analogue : l'objectif d'une chambre noire, l'objectif d'un daguerréotype, l'objectif photographique.
Terme de chirurgie. Cautérisation objective, celle qui consiste à tenir, à quelque distance de la partie malade, un fer rouge ou un charbon ardent.
Dans le langage de la scolastique et de Descartes. Qui est relatif à une entité intermédiaire entre le monde extérieur et la pensée ; l'entendement, dans cette vue, étant en communication non avec le monde extérieur, mais avec des représentations de ce monde que l'on supposait les seuls objets de la pensée ; de sorte que, pour Descartes, le soleil par exemple est dans la pensée objectivement ou par représentation, et, dans la nature, actuellement ou en effet.
Par la réalité objective d'une idée, j'entends l'entité ou l'être de la chose représentée par cette idée, en tant que cette entité est dans l'idée ; car tout ce que nous concevons comme étant dans les objets des idées, tout cela est objectivement ou par représentation dans les idées mêmes [DESC., Rép. aux 2er object. 59]
Les idées qui me représentent des substances sont sans doute quelque chose de plus [que des façons de penser], et contiennent en soi, pour ainsi parler, plus de réalité objective [ID., Médit. III, 10]
Il est évident que ce qui est commun à tous et à toutes parties de tous convient à l'idée objective de tous, c'est-à-dire à l'idée qui est en Dieu de toutes les modalités de ses attributs [BOULLAINVILLIERS, Réfut. de Spinosa, p. 149]
Aujourd'hui, objectif est opposé à subjectif, et se dit de toute idée qui vient des objets extérieurs à l'esprit ; cette nouvelle acception, qui est seule maintenant en usage, est due à la philosophie de Kant.
On appelle, dans la philosophie allemande, idées subjectives celles qui naissent de la nature de notre intelligence et de ses facultés, et idées objectives toutes celles qui sont excitées par les sensations [STAËL, Allem. III, 6]
En termes de théologie, Dieu est notre béatitude objective, Dieu est le seul objet qui puisse faire notre bonheur.
Terme de grammaire générale. Voix objective, s'est dit quelquefois pour voix passive. Cas objectif, cas qui exprime le complément direct des verbes.
Terme de stratégie. Ligne objective, celle qui tend militairement vers un point, un but, où l'on se propose d'arriver. Substantivement. Avoir tel point pour objectif, diriger son attaque vers ce point.

ÉTYMOLOGIE

  • Objet, écrit anciennement object.