obscurément

Recherches associées à obscurément: impunement

obscurément

[ ɔpskyremɑ̃] adv.
1. De façon obscure, confuse : Elle souhaitait obscurément le rencontrer vaguement
2. Sans être connu : Il œuvre obscurément à leurs côtés anonymement, modestement

obscurément

(ɔpskyʀemɑ̃)
adverbe
de manière confuse, indistincte ressentir qqch obscurément

OBSCURÉMENT

(ob-sku-ré-man) adv.
Sans clarté.
La nuit approchait, on ne voyait les objets qu'obscurément [, Dict. de l'Acad.]
D'une manière brune, foncée, en parlant de teintes.
Le dessus du dos, de la tête et des ailes est d'un brun obscurément teint de verdâtre [BUFFON, Oiseaux, t. IX, p. 471]
D'une manière à peine visible.
À son origine, le cœur n'est qu'une vésicule obscurément contractile [CL. BERNARD, Rev. des Deux-Mondes, 1865, p. 242]
Fig. D'une manière peu intelligible.
Quoi ! mon père tantôt parlait obscurément [CORN., Œdipe, III, 3]
Si le temps [du Messie] eût été prédit obscurément [PASC., Pensées, XX, 11, éd. HAVET.]
Dans cette grammaire, dont l'objet ne paraissait pas devoir effrayer les âmes pieuses, les phrases citées par l'auteur pour exemples de ses préceptes étaient une suite d'assertions obscurément impies contre l'existence de Dieu, la spiritualité de l'âme, et les autres vérités que la religion nous oblige de croire [D'ALEMB., Éloges, Girard.]
Dois-je, au lieu de Laharpe, obscurément écrire : C'est ce petit rimeur, de tant de prix enflé [GILBERT, Mon apologie.]
Fig. Sans renom, sans éclat.
Il dévore en secret ses sentiments d'humanité, il gémit obscurément sur la nature humaine [VOLT., Lett. d'Argental, 6 août 1766]
Rien n'est si désagréable que d'être pendu obscurément [ID., Voyage de la raison.]
Le bonheur, cet objet de nos désirs, mais qui fuit et repousse la grandeur et les richesses, serait-il donc obscurément attaché à la médiocrité en tout genre ? [D'ALEMB., Éloges, Segrais.]
Soldat obscurément utile, Je ne partageais les lauriers Ni de Saxe, ni de Belle-Isle [ST-LAMB., Pièc. fug. sur la paix de 1748]
Dans les bras d'une épouse chérie Je goûte obscurément les doux fruits de ma vie [LAMART., Méd. I, 20]
Fig. D'une manière mal éclaircie, qui n'est pas bien certaine.
Obscurément plongé dans ce doute cruel, Mes yeux, chargés de pleurs, se tournaient vers le ciel [VOLT., 2e discours.]
Il se répandit obscurément de tous côtés que les Malais, qui seuls avaient des relations avec ces contrées, avaient porté du girofle et de la muscade dans plusieurs marchés [RAYNAL, Hist. phil. II, 25]
L'empereur flattait encore obscurément une espérance qu'il n'avait pas [VILLEMAIN, Souv. cont. Cent-J. ch. v.]

HISTORIQUE

  • XIIIe s.
    Se il a parlé folement En maint liu et oscurement, Ne vous en esmerveilliés mie [, Hist. litt. de la Fr. t. XXIII, p. 522]
    Ou je ne parlerai mes [plus] devant lou pueple de choses qui à avenir soient, se si oscurement non, que il ne sauront que je dirai devant ce que avenir lo voient [, Merlin, f° 49, recto]
  • XVIe s.
    Qui est-ce qui nous empeschera d'exposer par mots plus clairs les choses qui sont obscurement monstrées en l'Escriture ? [CALV., Instit. 71]

ÉTYMOLOGIE

  • Obscure, et le suffixe ment ; ital. oscuramente.

obscurément

OBSCURÉMENT. adv. D'une manière obscure, peu claire. La nuit approchait, on ne voyait les objets qu'obscurément.

Fig., Il parle, il écrit obscurément. C'est un homme qui a toujours vécu obscurément.

obscurement

Obscurement, adverb. acut. Obscure.

Parler obscurement et couvertement, Abscondito loqui.

Parler obscurement et en beguayant, Balbe loqui.

Dire obscurement quelque chose, Contorte aliquid dicere.

Appercevoir obscurement et à demi la force de nature, Quasi per caliginem cernere vim naturae.

obscurément


OBSCURÉMENT, OBSCURITÉ, Voy. OBSCUR.

Traductions

obscurément

obscurely, darkly

obscurément

עמומות (תה״פ)

obscurément

oscuramente

obscurément

[ɔpskyʀemɑ̃] adv [sentir] → vaguely