observance

(Mot repris de observances)

observance

[ ɔpsɛrvɑ̃s] n.f.
1. Action d'observer fidèlement une règle religieuse : L'observance des préceptes du Coran pratique ; inobservance
2. Action de se conformer à un modèle, une coutume, de suivre une prescription : L'observance des règles de la courtoisie respect, soumission ; manquement à, transgression

OBSERVANCE

(ob-sèr-van-s') s. f.
Pratique d'une règle en matière religieuse.
Les bons princes n'avaient qu'à faire observer la loi de Moïse, et se contentaient d'en recommander l'observance à leurs successeurs [BOSSUET, Hist. II, 3]
L'homme ne garde pas un commandement d'une si facile observance [la défense de toucher à l'arbre du paradis] [ID., ib. II, 1]
Sans vous charger d'observances ou de pratiques [ID., Lett. Corn. 17]
L'observance de la loi est le véritable bonheur de l'homme [MASS., Carême, Évidence de la loi.]
L'observance des devoirs sévères de l'Évangile [ID., Carême, Immutabilité de la loi]
Qu'il est grand, encore une fois, d'avoir vécu dans l'observance de la loi du Seigneur et de mourir dans sa crainte ! [ID., Avent, Mort du pécheur]
Les religions ont toujours roulé sur deux pivots, observance et croyance ; l'observance tient en grande partie au climat ; la croyance n'en dépend point [VOLT., Dict. phil. Climat.]
Pline, Elien, Solin, Plutarque et d'autres auteurs plus modernes n'ont pas craint de donner à ces animaux [les éléphants] des mœurs raisonnées, une religion naturelle et innée, l'observance d'un culte [BUFF., Quadrup. t. IV, p. 195]
Dans un sens plus étendu, il se dit de la pratique des devoirs de la morale ou de la société.
Il était impossible de pousser plus loin l'observance scrupuleuse de toutes les bienséances [GENLIS, Vœux téméraires, t. II, p. 33, dans POUGENS]
La règle, la loi même.
Être instruit de toutes les observances de la vie religieuse [PATRU, Plaidoyer 16, dans RICHELET]
Quant à ce grand nombre d'observances dont il [Moïse] a chargé les Hébreux, encore que maintenant elles nous paraissent superflues, elles étaient alors nécessaires pour séparer le peuple de Dieu des autres peuples [BOSSUET, Hist. II, 3]
Une vraie fille de l'Église, non contente d'en embrasser la sainte doctrine, en aime les observances [ID., Mar.-Thér.]
Voilà celles à qui les moindres observances paraissent insoutenables, et qui s'épanchent là-dessus en de si fréquents murmures ! [BOURDAL., Exhort. sur l'observ. des règles, t. I, p. 223]
Observances légales, certaines pratiques ou cérémonies que prescrivait la loi de Moïse.
Ne comptez pas, leur [aux Juifs] disaient-ils [les prophètes], sur les victimes.... ne vous confiez pas sur la multitude de vos œuvres et de vos observances légales [MASS., Carême, Culte.]
Il se dit des communautés religieuses où certaines règles s'observent. Observance relâchée. Observance mitigée. Étroite observance, la partie d'un ordre religieux qui fait profession d'observer la règle plus littéralement que les autres religieux du même ordre. Fig. On dit un cartésien, un platonicien, un hégélien d'étroite observance, celui qui ne se contente pas de prendre les grands principes, mais accepte dans tous ses détails le système du maître. Religieux de l'ancienne observance, ceux qui, n'ayant été assujettis à aucune réforme, sont censés observer la première règle qu'ils ont reçue de leur fondateur. On donne particulièrement ce nom aux cordeliers, qui s'appellent aussi observantins. Frère mineur de l'observance, voy. OBSERVANTIN.

REMARQUE

  • M. de Malherbe dit : J'y apporterai cette observance ; cela ne vaut rien ; il faut dire : j'observerai cela, VAUGEL. Nouv. rem. p. 183, dans POUGENS.

HISTORIQUE

  • XVe s.
    Plusieurs freres mineurs, qu'on dit de l'observance [LOUIS XI, Nouv. XXXII]
  • XVIe s.
    Un college de religieux de l'observance de Saint-Dominique [J. D'AUTON, Ann. de Louis XII, p. 107, dans LACURNE]
    Un jour, alla avec sa maistresse à l'observance [couvent de cordeliers] ouïr la grand messe [MARG., Nouv. XIX.]
    Les constitutions et observances publiques [MONT., I, 124]
    Certains poincts de l'observance de nostre eglise [ID., I, 204]

ÉTYMOLOGIE

  • Provenç. observancia, observansa ; esp. observancia ; ital. osservanzia ; du lat. observantia, qui vient de observare, observer.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

    OBSERVANCE. Ajoutez :
    Action d'observer, de surveiller.
    Nous avons un esprit sacré, qui réside en nous pour la conservation de nos vies et l'observance de nos actions [MALH., Lexique, éd. L. Lalanne.]
  • Attention, réserve.
    Encore que cela soit, j'y apporterai cette observance que.... [ID., ib.]

observance

OBSERVANCE. n. f. Il n'est usité qu'en matière de religion. Pratique d'une règle, exécution de ce que prescrit une règle, une loi religieuse. L'observance de la règle dans les maisons religieuses. L'observance du jeûne.

Religieux d'étroite observance, Religieux d'une maison qui observe la règle plus strictement que les autres maisons du même ordre. L'étroite observance de Cîteaux.

Il se dit aussi d'une Règle, d'une loi religieuse. Le judaïsme était chargé d'un nombre infini d'observances. Manquer aux observances. Se dispenser des observances de la vie religieuse.

Observances légales, Certaines pratiques ou cérémonies que prescrivait la loi de Moïse. L'Évangile nous a délivrés du joug des observances légales.

OBSERVANCE se dit aussi des Communautés religieuses où certaines règles s'observent. Observance de saint François.

observance

Observance, f. penac. Obseruantia, Obseruatio.

Ancienne observance, Disciplina.

Venir contre la commune observance et coustume d'un peuple, A consuetudine alicuius populi discedere.

Observation, f. acut. Obseruatio.

observance


OBSERVANCE, s. f. OBSERVATEUR, TRICE, subst. m. et f. OBSERVATION, s. f. [Ob-sêrvance, va-teur, vatrice, va-cion, en vers ci-on: 2e ê ouv. 3e lon. au 1er.] Il ne faut pas confondre observance et observation: le 1er signifie proprement, règle, statut, coutume: les observances religieuses; les observances de l'anciène Loi; le 2d dit, l'action d'observer. "L' observation des règles et des précèptes de l'art. Cependant, dans les matières de piété et de religion, plusieurs Auteurs disent observance pour observation: l'observance des comandemens de Dieu; l'observance des règles du Monastère: mais hors de là il ne faut pas s'en servir. BOUH. — L'Acad. ne dit observance que de la règle d'un ordre religieux, et des pratiques et cérémonies de l'anciène Loi: l'observance de la Règle. Tiers-Ordre de S. François de l'étroite observance: "Les observances légales.
   OBSERVATION, a deux aûtres significations. 1°. Remarques sur les phénomènes de la Natûre: "il a fait de belles observations. = 2°. Notes sur les écrits de quelque Auteur, ou sur quelque art ou science. "Observations sur Pline, etc. "Observations gramaticales. = On apèle, Armée d'observation, une armée qui coûvre un siège, et observe les énemis, pendant que l'aûtre ataque la place.
   OBSERVATEUR, TRICE; 1°. Celui, celle, qui observe, qui acomplit ce qui lui est prescrit par quelque loi. "Fidèle observateur ou observatrice de la Loi de Dieu, de la Règle. = 2°. Celui, qui observe les phénomènes de la Natûre. Il se dit ou avec la prép. de: "Atentif observateur de la natûre, du mouvement des cieux; ou sans régime. "C'est un excellent observateur. = En ce sens, il ne se dit qu'au masculin. = 3°. Qui observe la conduite des aûtres pour la censurer. Le fameux livre anglais conu sous le nom de Spectateur aurait dû être apelé en français l'Observateur. = Dans cette acception, on peut le dire au féminin. "Combien de scandales publics ne retient pas la crainte de ces sévères observatrices. J. J. Rouss. = 4°. Dans le style moqueur ou critique, Auteur de Remarques, d'Observations. "Où l'Observateur a t'il pris cette opinion? "L'Observateur décide bien hardiment. 5°. Il s'emploie aussi adjectivement: esprit observateur,

Synonymes et Contraires

observance

nom féminin observance
Littéraire. Action d'observer une règle.
Traductions

observance

Einhaltung

observance

遵守

observance

[ɔpsɛʀvɑ̃s] nfobservance