occasionnel, elle

OCCASIONNEL, ELLE

(o-ka-zio-nèl, nè-l') adj.
Terme didactique. Qui sert d'occasion.
La bulle Unigenitus et le livre de l'Esprit des lois ont été les causes occasionnelles qui ont fait faire au critique un raisonnement si puéril [MONTESQ., Espr. Défense, part. 1]
Quoique cette sensibilité de cœur qui nous fait vraiment jouir de nous soit l'ouvrage de la nature et peut-être un produit de l'organisation, elle a besoin de situations qui la développent ; sans ces causes occasionnelles, un homme, né très sensible, ne sentirait rien, et mourrait sans avoir connu son être [J. J. ROUSS., Conf. III]
En médecine, occasionnel se dit des causes à l'occasion desquelles une maladie vient à faire invasion dans l'économie. Terme de philosophie. Causes occasionnelles, hypothèse imaginée par l'école cartésienne pour expliquer les rapports de l'âme et du corps ; Dieu lui-même excitant, à l'occasion des phénomènes de l'âme, dans notre corps les mouvements qui leur correspondent, et faisant naître, à l'occasion des mouvements de notre corps, les idées qui les représentent ou les passions dont ils sont l'objet ; cette hypothèse provient de la difficulté que ces philosophes trouvaient à expliquer comment les deux substances, âme et corps, pouvaient agir l'une sur l'autre.
Les causes naturelles ne sont point de véritables causes : ce ne sont que des causes occasionnelles, qui n'agissent que par la force et l'efficace de la volonté de Dieu [MALEBR., Rech. vér. VI, II, 3]
Les causes secondes ne sont point des causes, ce ne sont que des occasions qui déterminent l'action de Dieu, des causes occasionnelles [FONTEN., Malebranche.]
Le système des causes occasionnelles, l'idée de tout réduire à la matière et au mouvement constituent l'esprit de ce vigoureux philosophe [Descartes], et supposent une analyse d'idées dont les anciens n'avaient point donné d'exemple [TURGOT, Ébauche du 2e disc. Progrès de l'esprit humain, p. 277]

ÉTYMOLOGIE

  • Occasion.