occision

OCCISION

(o-ksi-zion ; en vers, de quatre syllabes) s. f.
Terme vieilli ou de plaisanterie. Tuerie.
Cette belle occision faite [SCARR., Virg. I]
Il se dit dans le style scientifique.
L'occision immédiate de tous les chiens chez lesquels se manifesteraient les moindres symptômes de nature à laisser craindre la naissance de la rage et surtout de tous ceux qui auraient été mordus et seraient soupçonnés d'avoir été mordus par des chiens enragés [RENAULT, Acad. des sc. Comptes rendus, t. LVI, p. 73]

HISTORIQUE

  • XIe s.
    Des or comence l'ocisium des altres [, Ch. de Rol. CCLXXXIX]
  • XIIe s.
    Mainte bataille [ils] en firent et mainte ocision [, Sax. III]
  • XIIIe s.
    D'occision nus [nulz] ne s'aprouche ; Netes aiés et mains et bouches [, la Rose, 20847]
  • XVe s.
    Finablement elle fut prise [la ville], et y eut grant occision de ceux qui dedans furent trouvés [FROISS., I, I, 224]
  • XVIe s.
    Leur camp fut pris avec grande occision [AMYOT, Cam. 51]

ÉTYMOLOGIE

  • Lat. occisionem, de occidere, occire.

occision

OCCISION. s. f. Tuerie. Il est vieux.

occision

Occision, f. acut. Est meurtre, tuerie, carnage, massacre, Occisio, Car le François usant de l'entier Latin de telle terminaison, y adjouste la lettre n, à la fin, comme de Cicero, Ciceron, Passio, Passion. Ce qu'il fait aussi bien qu'il difforme un peu le mot Latin, comme quand de Ratio, il dit Raison.