œillère

(Mot repris de oeillere)

œillère

[ œjɛr] n.f.
1. Pièce de cuir qui protège l'œil du cheval et l'empêche de voir de côté.
2. Petite coupe pour baigner l'œil.
Avoir des œillères,
ne pas comprendre certaines choses par étroitesse d'esprit.

œillère

(œjɛʀ)
nom féminin
1. morceau de cuir qui empêche le cheval de voir sur le côté mettre des œillères à un cheval
2. figuré
refuser de voir, de comprendre qqch Il a des œillères, il ne veut rien savoir.

ŒILLÈRE1

(eu-llè-r', ll mouillées, et non euyè-r') adj. f.
Dents œillères, et, substantivement, les œillères, dents canines de la mâchoire supérieure, placées entre les incisives et les molaires. Arracher une œillère. On dit mieux dent canine.
En botanique, feuilles œillères, feuilles à l'aisselle desquelles est un œil, un bourgeon.

HISTORIQUE

  • XVIe s.
    Puis y en a deux de chacun costé, tant dessus que dessous, nommées canines..., aucuns les appellent dents œilleres, en haut principalement - les œilleres canines froissent les morceaux [PARÉ, IV, 2]

ÉTYMOLOGIE

  • Œil ; dents ainsi dites parce qu'elles sont placées immédiatement au-dessous de l'œil.

ŒILLÈRE2

(eu-llè-r', ll mouillées) s. f.
Petit vase dont on se sert pour se baigner les yeux.
Pièce de cuir attachée à chaque montant de la bride du cheval, pour l'empêcher de voir de côté.
Terme de blason. Partie de casque ou heaume qui servait de visière aux chevaliers.
Nom spécifique d'un poisson, le sparus palpebratus, L.

HISTORIQUE

  • XIVe s.
    Il doit avoir le visage tout couvert, et aura au chappel deux œilleres par où celuy verra [, Modus, f° CXXXII]

ÉTYMOLOGIE

  • Œil.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

    2. ŒILLÈRE. Ajoutez :
    Partie du casque, voy. VUE.
    Au plur.Terme de boucherie. Les œillères, région dite aussi hampe, grasset, fras, œillet, lampe, qui s'étend de la partie postérieure et latérale du ventre vers l'extrémité inférieure et antérieure de la cuisse.

    HISTORIQUE

    • Ajoutez : XIIe s.
      Et li varlès referi lui D'un gaverlot parmi l'uelliere, Si que li fist par de derriere Le sanc et la cervelle espandre [, Perceval le Gallois, V. 2426]

oeillère

OEILLÈRE. adj. f. Qui avoisine l'oeil. Il n'est guère usité que dans cette expression, Dents oeillères, Dents de la mâchoire supérieure, qui sont entre les incisives et les molaires : on les nomme plus exactement Dents canines. Substantivement, On lui a arraché une oeillère.

oeillère

OEILLÈRE. n. f. Chacune des deux petites pièces de cuir que l'on attache à la têtière d'un cheval, pour l'empêcher de voir de côté, l'assujettir à regarder devant lui et lui garantir les yeux des coups de fouet.

Fig., Avoir des oeillères, Ne pas voir certaines choses, par étroitesse d'esprit ou par l'effet de préventions qui limitent le champ de la vue.

OEILLÈRE se dit aussi d'une Sorte de petit récipient ovale, monté sur un pied, dont on se sert pour se baigner les yeux.

oeillère


OEILLèRE, adj. et s. f. [Eu-gliè-re: 2e è moy. et long; 3e muet.] Adj. Dents oeillères, dont la racine répond à l' oeuil. = Subst. Petite pièce de cuir que l'on atache à la têtière d'un cheval de carrosse, pour lui couvrir l'oeuil.

Traductions

œillère

מסנוורת (נ), סך עיניים (ז), סל עניים (ז)

œillère

oogklep

œillère

paraocchi