oeuf


Recherches associées à oeuf: œuf poché

œuf

[ œf], au pl. ø] n.m. [ lat. ovum ]
1. Corps organique, sphérique ou oblong, protégé par une coquille, pondu par certains animaux femelles et qui, s'il est fécondé, produit un nouvel individu : Des œufs de tortue.
2. Cellule résultant de la fécondation, et qui, par division, donne un nouvel être, animal ou végétal : Les vrais jumeaux sont issus du même œuf zygote
3. Produit comestible de la ponte de certains oiseaux ou poissons : Des œufs de lump.
4. (Spécial.) Produit comestible de la ponte de la poule : Un blanc d'œuf, des blancs d'œufs. Un jaune d'œuf, des jaunes d'œufs. Un œuf entier un jaune et un blanc
5. Confiserie en forme d'œuf : Des œufs de Pâques.
Avoir un œuf à peler avec qqn,
Fam. en Belgique, avoir un compte à régler avec lui.
Dans l'œuf,
dès le commencement, à l'origine : Un scandale étouffé ou noyé dans l'œuf.
L'œuf de Christophe Colomb,
une solution simple et ingénieuse à laquelle il suffisait de penser.
Marcher sur des œufs,
marcher en posant le pied avec précaution ; fig., parler, agir, avec la plus grande prudence.
Mettre tous ses œufs dans le même panier,
placer tous ses espoirs, tous ses fonds dans une même affaire.

ŒUF

(euf ; au pluriel, l'f ni l's ne se prononcent : des eû ; l's se lie : des eû-z au beurre noir ; d'après Chifflet, Gramm. p. 208, au XVIIe siècle, au singulier l'f ne sonnait pas devant les consonnes, et devant les voyelles il était indifférent de la prononcer ou non ; aujourd'hui encore quelques-uns disent un eu frais, un eu dur) s. m.
Masse qui se forme dans les ovaires et les oviductes des oiseaux, et qui, sous une enveloppe commune, renferme le germe animal futur (ovule), et certains liquides destinés à le nourrir pendant quelque temps. Des œufs de rossignol. Les oiseaux viennent d'œufs, pondent des œufs, couvent des œufs. On a pris la mère sur les œufs.
Dès qu'un œuf est pondu, il commence à transpirer, et perd chaque jour quelques grains de son poids par l'évaporation des parties les plus volatiles de ses sucs [BUFF., Ois. t. III, p. 112]
Ces œufs [d'autruche] sont très durs, très pesants et très gros ; mais on se les représente quelquefois encore plus gros qu'ils ne sont, en prenant des œufs de crocodiles pour des œufs d'autruche [ID., ib. t. II, p. 252]
L'œuf de poule est composé de blanc, de jaune, de ligaments qu'on nomme glaire, de la cicatricule, d'une membrane mince intérieure, et d'une coquille solide placée au dehors et servant d'enveloppe à toutes les parties qui en constituent l'ensemble [FOURCROY, Connaiss. chim. t. X, p. 307, dans POUGENS]
Absolument, œufs se dit pour œufs de poule, qui sont d'un grand usage comme aliment. Un œuf mollet. Un œuf dur. Une omelette de six œufs.
Elle [la grenouille] qui n'était pas grosse en tout comme un œuf [LA FONT., Fabl. I, 3]
Notre laitière ainsi troussée Comptait déjà dans sa pensée Tout le prix de son lait, en employait l'argent, Achetait un cent d'œufs, faisait triple couvée [ID., ib. VII, 10]
Il [Charlemagne] ordonnait qu'on vendit les œufs des basses-cours de ses domaines et les herbes inutiles de ses jardins [MONTESQ., Esp. XXXI, 18]
Pour juger qu'un œuf est frais, les ménagères le présentent à la lumière d'une chandelle : s'il est transparent et plein, c'est la preuve qu'il vient d'être pondu [PARMENTIER, Instit. Mém. scienc. 1806, 2e sem. p. 47]
Œuf à la mouillette, œuf à la coque, œuf cuit dans la coquille de manière que le blanc soit seul pris, et que le jaune reste liquide. Œufs clairs, œufs qui n'ont pas été fécondés par le coq.
Ces œufs pondus sans coq sont ce qu'on appelle vulgairement des œufs clairs, et l'on ne sait pourquoi ils ont été accusés d'être moins sains et moins savoureux que les autres [PARMENTIER, Instit. Mém. scienc. 1806, 2e sem. p. 37]
Œufs rouges, ou œufs de Pâques, œufs durcis dont la coque est teinte en rouge et qu'on vend vers le temps de Pâques. Autrefois c'était l'usage le lundi de Pâques de donner aux enfants des œufs durcis et teints, avec lesquels ils jouaient à certains jeux ; cet usage tend à se remplacer par l'usage d'œufs en carton dans lesquels on met comme dans une boîte de petits jouets et des bonbons.
Mme R... était vêtue d'un rouge foncé qui lui sied mal ; et notre ami lui disait : Comment ! chère sœur, vous voilà belle comme un œuf de Pâques [DIDEROT, Mém. t. I, p. 339, dans POUGENS]
Œufs de Pâques, dans le Midi, œufs que les paroissiens donnent à leur curé qui va bénir les maisons. Fig. et familièrement. Donner à quelqu'un ses œufs de Pâques, lui faire quelque présent à Pâques.
Ô mes anges, daignez recevoir pour vos œufs de Pâques ce Droit du seigneur [comédie de Voltaire] [VOLT., Lett. d'Argental. 10 avr. 1762]
Œuf blanc, celui qui ne renferme pas de jaune. Œuf de coq ou cocatrix, œuf regardé par la superstition populaire comme résultat de l'accouplement d'un serpent et d'une poule, ou d'un vieux coq et d'une couleuvre ; ce n'est qu'un œuf avorté de poule qui a de la ressemblance avec les œufs véritables de couleuvres, dont la présence est assez fréquente dans les poulaillers.
Le cultivateur du Bocage qui trouve un œuf de coq dans sa basse-cour se signe et l'écrase du pied, de peur qu'il ne soit trouvé par un chat ; condition nécessaire pour qu'un basilic vienne au monde [VIAUD-GRAND-MARAIS, les Serpents de la Vendée, dans Revue de Paris, 20 nov. 1867, p. 286]
Fig. Marcher sur des œufs, aller avec précaution, ménagement.
Le premier [Villeroy] était vendu au duc du Maine ; l'autre [l'évêque de Troyes], marchant sur des œufs, n'osait être que complaisant [SAINT-SIMON, 422, 93]
Dubois avait marché sur des œufs à l'égard du parlement [ID., 508, 199]
Je marche sur des œufs entre ces deux partis [Mme DU DEFFAND, Lett. à H. Walpole, t. II, p. 207, dans POUGENS]
Plein comme un œuf, tout à fait plein. Être plein comme un œuf, avoir bien mangé. Chercher à tondre sur un œuf, agir en avare qui cherche à faire du profit sur les moindres choses. Fig. Il pond sur ses œufs, il couve ses œufs, se dit d'un homme riche qui n'a pas besoin de travailler. Fig. Mettre tous ses œufs dans un même panier, mettre tout son avoir dans une même entreprise, dans un même placement, de manière que, s'il y a un revers, on perdra tout ; et aussi faire dépendre d'une seule chose son sort, sa fortune, son bonheur.
Je jure de ne plus mettre Tous mes œufs dans un panier [BOURSAULT, Lett. nouv. t. III, p. 394, dans POUGENS]
Se ressembler comme deux œufs, se dit de choses qui se ressemblent tout à fait.
Un œuf n'est pas plus semblable à un œuf que les observations de Bullus le sont aux miennes [JURIEU, dans BOSSUET 6e avert. 80]
Cela est égal comme deux œufs, se dit d'une chose indifférente. Fig. Donner un œuf pour avoir un bœuf, faire de petits présents dans l'espérance d'en recevoir de gros en retour.
Comme il n'y a pas de proportion entre ces choses-là, je n'aime point à donner un œuf pour avoir un bœuf [J. J. ROUSS., Lett. à Panckoucke, 21 déc. 1764]
Je ne lui ai dit ni œuf ni bœuf, je ne lui ai dit ni grosse ni petite injure. Il ne saurait pas tourner un œuf, se dit d'un maladroit qui ne sait rien faire. Il aimerait mieux deux œufs qu'une prune, se dit d'un homme qui ne fait pas le dégoûté. Ris-t-en, Jean, on te frit des œufs, se dit pour se moquer de quelqu'un qui rit. Populairement. Elle a cassé ses œufs, se dit d'une femme qui accouche avant terme.
Par extension, le nom d'œufs se donne aux produits, analogues aux œufs des oiseaux, qui se forment dans le corps des femelles appartenant à de tout autres classes d'animaux. Œufs de couleuvre. Œufs de brochet. Un œuf de tortue. Des œufs de ver à soie.
Il est des œufs d'insectes qui ont une sorte de couvercle que le petit fait sauter ou qu'il soulève pour venir au jour [BONNET, Contempl. nat. Œuv. t. VIII, p. 327, dans POUGENS]
Œufs de fourmis, très petits œufs, presque imperceptibles, qui donnent naissance aux larves et nymphes, dites improprement œufs de fourmis (voy. FOURMI).
Chez les mammifères, on donne le nom d'œuf au produit de la conception, quand il est parvenu dans la matrice ; jusque-là il porte celui d'ovule.
En un sens plus général, dans le langage des physiologistes, œuf désigne à la fois l'ovule ou germe dont l'existence est absolument générale, et l'œuf proprement dit qui résulte de l'addition successive à l'ovule de nouvelles parties durant son évolution et son trajet.
Harvey prétend que l'homme et tous les animaux viennent d'un œuf, que le premier produit de la conception chez les vivipares est une espèce d'œuf, et que la seule différence qu'il y ait entre les vivipares et les ovipares, c'est que les fœtus des premiers prennent leur origine, acquièrent leur accroissement, et arrivent à leur développement entier dans la matrice, au lieu que les fœtus des ovipares prennent à la vérité leur première origine dans le corps de la mère, où ils ne sont encore qu'œufs... [BUFF., Hist. anim. chap. 5]
Il [Vallisnieri] ajoute qu'il est persuadé que l'œuf est caché dans la cavité du corps glanduleux [l'ovaire], et que c'est là où se fait tout l'ouvrage de la fécondation, quoique, dit-il, ni moi ni aucun des anatomistes en qui j'ai eu pleine confiance, n'ayons jamais vu, ni trouvé cet œuf [ID., ib.]
Terme d'anatomie. Œufs de Graaf, ou vésicules de Graaf, petits sacs membraneux qui se trouvent dans l'ovaire. Œufs de Naboth, nom donné à des concrétions globuleuses distendant les follicules qui occupent la membrane interne du col de l'utérus.
Œuf de serpent, espèce d'amulette des druides, auquel ils attribuaient de grandes vertus, et qu'ils croyaient formé de la bave des serpents, lorsqu'ils étaient entortillés ensemble.
Œuf primitif, ou œuf d'Orphée, symbole mystérieux de certains philosophes anciens pour désigner le principe intérieur de fécondité. Œuf philosophique, la matière préparée des alchimistes, pour produire le grand œuvre, ou transmutation des métaux.
Œuf de vache, œuf de chamois, espèce de bézoard, qui se trouve dans le ventre de ces animaux.
10° Tout ce qui a la forme d'un œuf. Les femmes se servent d'œufs en bois pour raccommoder les bas.
11° Se disait, chez les Grecs, de petites pièces de poésie, dont les vers, de différentes longueurs et placés les uns sous les autres, représentaient grossièrement la forme d'un œuf ; on en trouve des exemples dans l'Anthologie.
12° Terme de marine. Œuf d'autruche, sorte de bouchon pour boucher les trous de boulet.
13° Œufs fossiles, pierres qui paraissent être des échinites.
14° Œuf du diable, espèce de champignon. Petits œufs, espèce d'agarics. Œufs à l'encre, à la neige, divers champignons.
15° Œuf marin, oursin. Œuf de poule ou œuf papyracé, coquille univalve. Œuf de vanneau, autre coquille univalve.

HISTORIQUE

  • XIIIe s.
    ....Comme est l'escaille d'un uef, qui enclost et enserre ce qui est dedanz [BRUN. LATINI, Trés. p. 110]
    Et maintenant fist atourner cuir de beuf de quatre doubles, ausi ront come un oef [, Ch. de Rains, p. 95]
    Une geline oï cover, Que desor li avoit douze oes [, Ren. 23389]
    Atant es vos une mesenge Sor la branche d'un chesne crues [creux], Où ele avoit repost ses oes [, ib. 1728]
  • XIVe s.
    Un vaisselet d'argent à mangier œufs, que donna à Monseigneur Mons r d'Estampes [DE LABORDE, Émaux, p. 424]
    Une couppe d'un euf d'autruce, et est d'argent blanc, greneté dedans [ID., ib. p. 407]
    Lesquelz allerent demander leur potage, que en appelle eufs de pasques [DU CANGE, ovum.]
  • XVe s.
    Mais se je truis [si je trouve] le kokin et le sourt, Lequel on dit qu'il voelt [veut] nos oes humer... [FROISS., Poésies mss. p. 300 dans LACURNE]
    Et estoit son scel, sa bouche et son dire lettriage, leal comme or fin et entier comme un œuf [CHASTEL., Éloge du bon duc Philippe.]
  • XVIe s.
    M'as-tu donc baillé ceste bride ? M'as-tu pellé cest œuf mollet [joué ce mauvais tour] ? [, Rec. de farces, etc. p. 393]
    Huile d'œufs [PARÉ, V, 29]
    Alembic, calcinatoires, fours secrets des philosophes, œufs des philosophes, cornue [ID., t. III, p. 638]
    Il partiroit un œuf en deux ; il trouveroit à tondre sur un œuf ; il ne donneroit pas un gros œuf pour un menu ; pour dire il est avare [H. EST., Précell. p. 77 et 78]
    Il est fait comme quatre œufs [mal fait, de mauvaise grâce] [OUDIN, Curios. franç.]
    À l'aventure met on les œufs couver [LEROUX DE LINCY, Prov. t. I, p. 187]
    Je mange un œuf mollet, je suis bien empesché [ID., ib. t. II, p. 205]
    Ne romps l'œuf mollet, si ton pain n'est apresté [ID., ib. p. 354]
    Tel cuide avoir des œufs au feu, qui n'a que des escailles [ID., ib. p. 420]
    Un œuf ne vault guere sans sel [ID., ib. p. 432]
    Aigle né dans le haut des plus superbes aires, Ou bien, œuf supposé, puisque tu degeneres, Degeneré Henri [D'AUB., Tragiques, Princes.]

ÉTYMOLOGIE

  • Berry, oeu ; bourg. eu ; wallon, oû ; picard, ué, œuf, u, œufs ; provenç. ov, uov, ueu ; cat. ou ; espagn. huevo ; port. ovo ; ital. uovo ; du lat. ovum ; all. Ei ; angl. egg. ; gaél. ubh ; bas-bret. ui ; irl. ugh. Comme on a pour le grec les formes dialectales argien et lesbien, on peut supposer, pour forme grecque primitive, répondant à ovum, et que Benfey, approuvé par Curtius, a conjecturé représenter en sanscrit un avyam, qui serait un adjectif venant d'avi, oiseau.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

    ŒUF. Ajoutez :
    16° Œuf de Nuremberg, nom ancien d'une espèce de montre fabriquée en Allemagne.
    Ce sont les ouvriers de Nuremberg qui firent les premières montres portatives que l'on avait à la cour de Charles IX et de Henri III.... les plus ordinaires, de forme ovale ou d'amande, étaient nommées à Paris, dit-on, des œufs de Nuremberg [, Journ. offic. 28 août 1876, p. 6649, 3e col.]

oeuf

OEUF. (Dans ce mot, on ne prononce l'F qu'au singulier.) n. m. Masse de matière arrondie et enveloppée d'une coque calcaire, que pond la femelle des oiseaux et qui renferme le germe de l'oiseau futur, enveloppé de liquides destinés à nourrir celui-ci jusqu'à son éclosion. OEuf de poule, de canard, de pigeon, d'autruche, etc. Les oiseaux pondent des oeufs, couvent des oeufs. Faire éclore des oeufs. Le mâle et la femelle ont abandonné leurs oeufs.

OEUF se dit absolument pour l'OEuf de poule employé comme aliment. Blanc d'oeuf. Jaune d'oeuf. Coquille d'oeuf. OEuf frais. Une douzaine d'oeufs. Faire cuire des oeufs à la coque, sur le plat, au beurre noir, brouillés, pochés, etc. OEuf mollet. OEuf dur. Gober un oeuf. Battre des oeufs pour faire une omelette. Des oeufs farcis. Battre des blancs d'oeufs. Des oeufs au lait, à la neige.

OEufs rouges, OEufs durs dont la coque est teinte en rouge et qu'il est d'usage de vendre vers le temps de Pâques.

Par analogie, OEuf de Pâques, Sorte de friandise, en sucre ou en chocolat, qui a la forme d'un oeuf.

Fig. et fam., Donner un oeuf pour avoir un boeuf, Faire un léger présent dans l'espoir d'en obtenir en retour un considérable.

Fam., Plein comme un oeuf, Tout à fait plein.

Fam., Il tondrait sur un oeuf se dit d'un Homme fort avare, qui cherche à faire du profit sur les moindres choses.

Fig. et fam., Mettre tous ses oeufs dans le même panier, Placer tous ses fonds dans une même affaire. Il signifie aussi Faire dépendre d'une seule chose son sort, sa fortune, son bonheur, etc.

Fig. et fam., Marcher sur des oeufs, Marcher avec une précaution excessive. Il signifie aussi Être obligé par des circonstances délicates de se conduire avec une extrême circonspection.

OEUF se dit, par analogie, d'un Objet en bois, en forme d'oeuf de poule, dont on se sert pour repriser plus commodément les bas.

Il se dit aussi, par extension, des Produits des animaux vivipares qui servent à leur reproduction. OEuf de poisson. OEuf de serpent. OEuf de fourmi, de ver à soie.

Il signifie encore, au figuré, Germe, principe, commencement. Tuer dans l'oeuf. Écraser une sédition dans l'oeuf.

oeuf

Un Oeuf, Ouum.

Oeuf de pigeon, Ouum columbinum.

Oeuf de paonesse, Ouum pauonium, vel pauoninum.

Oeuf fort gros, Oua decumana.

Oeuf que la poulle pond sans avoir esté saillie du coq. Tels oeufs n'ont point de germe, et ne valent rien à mettre couver: car ils sont inutiles à engendrer poulets, Hypenemium ouum, vel Cynosurum, vel irritum, vel zephyrium.

Les petis poussins ont percé et rompu les oeufs de leurs becs pour esclorre, Pulli rostelis oua percuderunt.

Un oeuf qu'on peut humer, Ouum sorbile.

Le blanc, ou l'aubin d'un oeuf, Album oui, Candidum oui.

Un oeuf plein va au fond de l'eau, Plenum ouum desidit in aqua.

Bailler des oeufs de cane d'une poulle pour les couver, Supponere anatum oua gallinis.

La cocque d'un oeuf, Putamen oui, Testa oui.

Le moyeu d'un oeuf et le jaulne, Lutheum oui.

De la forme et façon d'un oeuf, Species oui, Ouatus.

Oeufs accoustrez en diverses sortes, Oua aut assa, aut frixa, aut elixa, aut in libum commista in sartagine.

oeuf


OEUF, s. m. [Euf: au pluriel, on ne prononce pas l'f: des oeufs; pron. dè-zeû.] Proprement, ce que pond la poule et l'oiseau femelle, et qu'ils coûvent. — Par extension, il se dit des poissons, des fourmis, des tortûes, etc. "OEuf de poule, de perdrix, de pigeon, de tortûe, de poisson, etc. "Jaûne, moyeu, blanc d'oeuf, etc. "Manger des oeufs, faire cuire des oeufs. "OEufs à la coque, au miroir, au plat, etc. = On dit, proverbialement, d'un homme fort avâre, qu'il tondrait sur un oeuf; de celui qui fait un petit présent pour en avoir un grand, qu'il done un oeuf pour avoir un boeuf; d'un homme qui jouit tranquillement de son bien, qu'il pond sur ses oeufs. = Je ne lui ai dit, ni oeuf, ni boeuf, ni petite, ni grôsse injûre. = Plein comme un oeuf, extrêmement plein.

Traductions

œuf

Eieggeiביצה (נ), ביצהبيضه, بَيْضَةvejceægαβγόovohuevomuna, kananmunaअंडाjajetojásteloregguovo계란, 알eggjajo, jajkoovoouяйцоvajceјајеäggyumurtaяйцеtrứng鸡蛋, ไข่яйце (œf)
nom masculin pluriel œufs (ø)
1. ce que pond un oiseau un œuf de poule un œuf dur un œuf à la coque un œuf sur le plat
2. ce que pondent certains animaux des œufs de poisson

œuf

[œufs] (pl) [œf, ø] nmegg
étouffer dans l'œuf → to nip in the bud
œuf à la coque nmboiled egg
œuf à repriser nmdarning egg
œuf au plat nmfried egg
œuf de Pâques nmEaster egg
œuf dur nmhard-boiled egg
œuf mollet nm egg that is not quite hard-boiled
œuf poché [pɔʃe] nmpoached egg
œufs brouillés nmscrambled eggs