ondé, ée

ONDÉ, ÉE

(on-dé, dée) adj.
Qui présente des lignes colorées irrégulières en forme d'ondes. Une surface ondée.
La queue est ondée de blanc [BUFF., Ois. t. II, p. 192]
Il [le bois de quinquina] est ondé d'aurore ; on en pourrait orner Les maisons où le luxe a droit de dominer [LA FONT., Quinquina, II]
La manière de porter la Toison d'or a fort varié, et est maintenant fixée au ruban rouge ondé au cou [SAINT-SIMON, 83, 86]
Une levrette blanche, au museau de gazelle, Au poil ondé de soie, au cou de tourterelle [LAMART., Joc. III, 120]
Qui présente des élévations et des enfoncements.
Il a les bords du bec supérieur non pas droits mais ondés [BUFF., Ois. t. XII, p. 41]
Les couches [d'un certain terrain] sont peu épaisses, ondées et coupées fréquemment par des fentes parallèles entre elles et perpendiculaires à leurs plans [SAUSSURE, Voy. Alpes, t. III, p. 247, dans POUGENS]
Cheveux ondés, cheveux en bandeaux plats, il est vrai, mais qui y sont rangés en lignes ondulées, non droites.

HISTORIQUE

  • XVIe s.
    Un ret d'or me tendoit, Qui tout crespu sur sa face pendoit à flots ondés pour enlacer mon ame [RONS., 2]
    En cent façons retordent leurs cheveux, Ondez, crespez, entrefrisez de nœuds [ID., 624]

ÉTYMOLOGIE

  • Onde.