opercule

(Mot repris de opercules)

opercule

n.m. [ du lat. operculum, couvercle ]
1. En zoologie, nom donné à divers organes qui ferment une ouverture, une cavité : L'opercule des branchies d'un poisson. L'opercule d'une alvéole de guêpe.
2. Pièce servant de fermeture à de petits contenants ; couvercle : Des opercules de pots de yaourt.

OPERCULE

(o-pèr-ku-l') s. m.
Terme de botanique. Espèce de couvercle qui ferme l'urne des mousses.
Terme d'ichthyologie. Appareil osseux composé de quatre pièces, qui, dans beaucoup de poissons, couvre et protége les branchies. Il se dit aussi pour les oiseaux.
Les ouvertures des narines qui se trouvent à la base du bec, sont plus qu'à demi recouvertes par un opercule de même couleur que le bec, mais d'une substance plus molle [BUFF., Ois. t. IV, p. 188]
Terme de conchyliologie. Pierre calcaire ou cornée qui sert à fermer plus ou moins complétement l'ouverture de certaines coquilles univalves.

ÉTYMOLOGIE

  • Lat. operculum, de operire, couvrir.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

    OPERCULE. Ajoutez :
    Terme d'artillerie. Plaque de métal qui, dans certains obus à balles, sépare la cavité où sont contenues les balles de celle qui renferme la poudre.

opercule

OPERCULE. n. m. T. didactique. Couvercle. Il se dit de la Membrane placée à la base du bec des oiseaux et qui recouvre l'ouverture de leurs narines; de la Pièce testacée ou cartilagineuse, ou même membraneuse, qui ferme en tout ou en partie l'ouverture de quelques coquilles univalves; de l'Espèce de couvercle qui ferme l'urne des mousses; et d'Autres organes analogues, soit chez les animaux, soit dans les végétaux.

operculé

OPERCULÉ, ÉE. adj. T. didactique. Qui est muni d'un opercule. Coquillage operculé. L'urne des mousses est operculée.
Traductions

opercule

gill cover