oral, ale

ORAL, ALE

(o-ral, ra-l') adj.
Terme d'anatomie. Qui a rapport à la bouche. Cavité orale. Terme de scolastique. Manducation orale, l'action matérielle de recevoir l'hostie.
Qui est articulé par la bouche, en parlant de lettres et de syllabes. Syllabe qui est rendue orale de nasale qu'elle était.
Qui se transmet de bouche en bouche.
Il n'y eut presque point de peuple qui ne conservât dans ses archives, ou qui n'eût, par tradition orale, quelque prédiction qui l'assurait de la conquête du monde, c'est-à-dire des nations voisines [VOLT., Mœurs, introd.]
Cette loi orale qu'on disait que Moïse avait donnée [DIDER., Opin. des anc. philos.]
(Juifs) On ne devrait point dire l'écriture chinoise ; il faudrait dire la langue visuelle des Chinois ; c'est une autre langue que leur langue orale [DESTUTT-TRACY, Instit. Mém. scienc. mor. et polit. t. III, p. 537]
Qui est dit de vive voix, par opposition à écrit. Enseignement oral. Examen oral, examen dans lequel il ne se fait que des interrogations. Les examens pour l'obtention des grades universitaires et pour l'admission aux écoles du gouvernement se divisent en deux séries d'épreuves, examen écrit, examen oral. On dit même, par abréviation et substantivement, l'oral. Il a échoué au baccalauréat ès lettres pour l'oral.
S. m. L'oral, voile ou espèce de coiffe que portaient autrefois les femmes. Voile que devaient porter les Juives quand elles allaient par la ville. Grand voile que le pape a sur la tête et les épaules en certaines occasions.

ÉTYMOLOGIE

  • Lat. os, oris, bouche ; sanscr. védique, as (a long), bouche.