ordure

ordure

n.f. [ de l'anc. fr. ord, repoussant, du lat. horridus ]
1. Action ou parole grossière, vile, sale : Ce livre est une ordure grossièreté, obscénité
2. (Terme d'injure) Personne vile, abjecte.

ordures

n.f. pl.
Déchets de la vie quotidienne : Le ramassage des ordures ménagères détritus
Boîte à ordures,
poubelle.
Jeter ou mettre aux ordures,
mettre au rebut.

ORDURE

(or-du-r') s. f.
Excréments, impuretés du corps. Cette plaie, cet abcès suppure, il jette beaucoup d'ordure. Défense de faire ou de déposer des ordures le long de ce mur.
M. de Réaumur a observé que les jaseurs aiment la propreté, et que ceux qu'on tient dans les volières font constamment leurs ordures dans un même endroit [BUFF., Ois. t. VI, p. 157]
Les castors ne font ni ne souffrent jamais aucune ordure dans leurs habitations [ID., Castor.]
Immondices, balayures, tout ce qui rend sale et malpropre un appartement, un escalier, une cour, etc. Un panier d'ordures. Jeter quelque chose aux ordures.
Ces gens-là [les libraires de Genève] en font des papillotes [d'ouvrages de mathématiques], et en sont quittes après pour dire qu'ils les ont perdus.... je vous prie de les engager.... à voir si les débris de mes calculs ne pourraient pas se retrouver dans les ordures [D'ALEMB., Lett. à Volt. 22 sept. 1767]
Fig. Il ne fait guère d'ordure au logis, c'est-à-dire il n'y reste guère.
Il y a trois jours qu'il est à la chasse avec un de ses amis ; il ne fait guère d'ordure au logis vraiment [DANCOURT, Maison de camp. sc. 1]
Fig. et familièrement. Personne indigne et comparée à une balayure.
L'épiscopat allait tombant de plus en plus, depuis que M. de Chartres, Jodet, l'avait rempli des ordures des séminaires [SAINT-SIMON, 396, 138]
Fig. Être jeté dans le panier aux ordures, dans le sac aux ordures, être rejeté, mis à l'écart comme quelque chose de vil.
Il ne m'a pas paru que Mme de Schomberg ait encore pris ma place [dans l'amitié de Mme de Lafayette].... enfin je ne crois pas être tout à fait jetée au sac aux ordures [SÉV., 30 oct. 1680]
Poussière, duvet, plume, paille, et autre petite chose malpropre qui s'attache aux habits, aux chapeaux, aux meubles. Votre manteau est tout plein d'ordures. Il lui est entré une ordure dans l'œil.
Fig. Turpitude dans les actions, dans les mœurs.
Nos plus sages discours ne sont que vanités, Et nos sens corrompus n'ont goût qu'à des ordures [MALH., I, 1]
Des troupes d'eunuques qui se prostituaient à toutes sortes d'ordures [VAUGEL., Q. C. 352]
Vous y avez vu des abominations et des ordures, c'est-à-dire leurs idoles, le bois et la pierre, l'argent et l'or qu'ils adoraient [SACI, Bible, Deutéron. XXIX, 17]
Chaque instant de ma vie est chargé de souillures, Elle n'est qu'un amas de crimes et d'ordures [MOL., Tart. III, 6]
Que le cœur de l'homme est creux et plein d'ordure ! [PASC., Pens. IV, 1, éd. HAVET.]
Libérale même dans sa vieillesse, quoique cet âge soit ordinairement souillé des ordures de l'avarice [BOSSUET, Yol. de Monterby.]
Vous voyez que cette assemblée vénérable [un concile] estime qu'on se joue des sacrés mystères, lorsqu'après les avoir reçus on retourne à ses premières ordures [ID., Sermons, Pénitence, 3]
Les connaisseurs crurent trouver sous ce langage barbare [des Maximes des saints] un pur quiétisme, délié, affiné, épuré de toute ordure [SAINT-SIMON, 45, 14]
Fig. Paroles, discours, écrits obscènes.
Je mets en fait qu'une honnête femme ne saurait la voir sans confusion, tant j'y ai découvert d'ordures et de saletés [MOL., Critique, 3]
Ces sortes d'ordures-là ne se disent point à une femme de ma condition [ID., Pourc. III, 3]
Marot et Rabelais sont inexcusables d'avoir semé l'ordure dans leurs écrits : tous deux avaient assez de génie et de naturel pour pouvoir s'en passer [LA BRUY., I]
À Monsieur, aux filles du roi, à quantité de femmes, il [Langlée] leur disait des ordures horribles [SAINT-SIMON, 75, 232]
La satire de Pétrone est un mélange de bon et de mauvais, de moralités et d'ordures ; elle annonce la décadence du siècle qui suivit celui d'Auguste [VOLT., Mél. hist. Pyrrh. hist. XI]
Je [Rabelais] pris mes compatriotes par leur faible, je parlai de boire, je dis des ordures, et avec ce secret tout me fut permis [ID., Dial. 8]
Je vous préviens qu'il sera nécessaire de retrancher les ordures de Shakespeare, si vous voulez que l'Académie fasse imprimer l'ouvrage par son libraire [D'ALEMB., Lett. à Voltaire, 27 août 1776]

HISTORIQUE

  • XIIe s.
    Li sire esdrece de puldre le besuignus [le besogneux], e de ordeure esleved le povre [, Liber psalm. p. 235]
  • XIIIe s.
    L'oreille ki est estupée, Coment poet ele estre sanée [guérie], Se tele ordure ne seit traite ? [, Ms. St-Jean]
    Celui qui aime humilité et qui het orgueil, estrait Dieus de l'ordure du siecle [, Psautier, f° 240]
    Ne sueffre sor toi nule ordure ; Lave tes mains, et tes dens cure [, la Rose, 2175]
    Pri à ton fil qu'il nous en terde [essuie], Et nous esleve De l'ordure qu'apporta Eve [RUTEB., 11]
  • XVe s.
    Beaux seigneurs, l'ordre de chevalerie est si noble et si haute, que nul cuer ne doit penser, qui chevalier est, à ordure ne à vilté ne à couardise [FROISS., II, III, 19]
    Icellui Dolebel lui dist qu'il avoit espousé une ordure [femme de mauvaise vie], et qu'il estoit coux [DU CANGE, ordura.]
    [Les flatteurs des princes] En decevant pour leur argent attraire, Leur consentent ordure et lascheté [E. DESCH., Ce qui est nécessaire aux roys.]
  • XVIe s.
    Il avoit esté acheminé à cette ordure [le vol] par l'avarice de son pere [MONT., II, 72]
    Les faulses couleurs de quoy il veut couvrir l'ordure de sa pestilente ambition [ID., II, 110]
    Pressant sa playe, j'en feis sortir l'ordure qui s'y amassoit [ID., II, 193]
    On dit en commun proverbe qu'il ne faut pas remuer l'ordure, qu'elle ne fasse apparoistre sa mauvaise odeur [VILLEROY, Mém. t. II, p. 304, dans LACURNE]
    Truye ne songe qu'ordure [COTGRAVE, ]
    Car vous donnez tel lustre à vos noires ordures, Qu'en fascinant vos yeux, elles vous semblent pures [D'AUB., Tragiques, Princes.]

ÉTYMOLOGIE

  • Ord ; provenç. ordura, orduma, ordumna ; ital. ordura.

ordure

ORDURE. n. f. Tout ce qui est malpropre. Balayez la cour, elle est toute pleine d'ordures. Un service spécial de voitures emporte chaque matin les ordures ménagères. La boîte à ordures, aux ordures.

Jeter quelque chose aux ordures, Parmi les ordures.

Il se dit aussi plus spécialement des Excréments de certains animaux. Ce chien est allé faire ses ordures au fond du jardin.

Il se dit, figurément et familièrement, des Paroles, des actions grossières, des écrits obscènes. C'est un homme qui se plaît à dire des ordures. Ce qu'a dit, ce qu'a fait cet homme est une ordure. Ce livre est plein d'ordures. Cet écrit, cette publication est une ordure.

ordure

Ordure, Inquinamentum, Sordes, Spurcitia.

Ordure et fange, Subluuies, Eluuies.

Ordure et immondice, Purgamen.

L'immondicité et ordure de quelque chose que ce soit, Proluuies, vel Proluuium.

L'ordure du corps qu'on jette dehors, Excrementum.

Ordure comme celle qu'on voit és prisonniers qui sont mal traictez, et ne changent point d'habillemens, Illuuies.

Ordure et saleté, comme on voit és prisons, et ceux qui en sortent, Paedor, Situs, Squalor.

L'ordure qu'on racle du corps, Strigmentum.

Les ordures et bouës qui viennent du fumier, Stercorata colluuies cortis.

Les ordures de l'huyle qu'on racle de dessus le dos des luicteurs, Olei strigmenta.

Amas d'ordures de bouës, Colluuies.

Estre en ordure, Exsordescere.

Faire son ordure, Onera ciborum reddere, Excrementa reddere, Fimum reddere, Cacare.

Jetter de l'ordure, Suppurare.

Plein d'ordure, Spurcus.

Ordures et meschancetez, Colluuies.

ordure

Ordure, Cerchez Ord.

ordûre


ORDûRE, s. f. ORDURIER, IèRE, adj. et subst. [2e lon. au 1er, 3e e muet au 1er, é fer. au 2d, è moy. et long au 3e, re, rié, riè-re.] Ordûre, se dit proprement des excrémens et aûtres impûretés du corps. = Par extension, on le dit de toutes les chôses mal propres, qui s'atachent aux habits, aux meubles. — Jeter quelque chose aux ordûres; parmi les ordûres, les balayûres. = Il se dit au figuré, mais il ne fait pas toujours un bon éfet. Bossuet dit: il laisse dans l'ordûre et le mépris St. Justin, St. Irénée, etc. Je ne crois pas que cette expression fut aprouvée aujourd'hui. — L'Acad. met aussi quelques phrâses, qui ne me paraissent pas du goût et de l'usage actuel. "La Justice, en ce pays-là, est fort corrompûe: ce n'est qu'ordûre et infamie. "Ne parlez point de cela: il ne faut pas remuer cette ordûre. "Il y a de l'ordûre dans son fait; il n'est pas tout-à-fait inocent de ce dont on l'acuse. Cette dernière phrâse se dit encôre dans le style familier. = Ordûres, au pluriel, et au figuré, signifie des paroles et des actions sales et honteûses. "Cette comédie est pleine d'ordûres. "Que d'ordûres dans la vie de cet homme là. L. T. Il se dit plutôt des paroles que des actions. "Il est impoli de dire des ordûres devant les femmes; mais il est criminel d'en dire devant les enfans. Acad. "Il aime les ordûres, il ne se plait qu'à dire des ordûres. Ibid.
   ORDURIER, se dit en ce dernier sens: "Il est bien ordurier: c'est un ordurier. "Elle est fort ordurière.

Synonymes et Contraires

ordure

nom féminin ordure
1.  Déchet de la vie quotidienne.
2.  Action, parole grossière.
3.  Personne vile.
canaille, crapule, malpropre, vaurien, vermine, voyou -populaire: fumier, pourriture, salaud, saligaud, salopard, salopiau, salopiaud, salopiot.
Traductions

ordure

filth, waste

ordure

Kehricht

ordure

[ɔʀdyʀ]
nf
(= saleté) → filth no pl
(= propos, écrit) → obscenity, filth no pl
(= fumier) → scum sg >
une ordure de la pire espèce → the worst kind of scum
espèce d'ordure! > → you bastard! > ordures
nfpl (= déchets) → rubbish sg (Grande-Bretagne), garbage sg (USA), refuse sg
ordures ménagères → household refuse