oreillon

oreillon

n.m.
Moitié d'abricot dénoyauté.

oreillons

n.m. pl.
Maladie contagieuse qui se manifeste par un gonflement et une inflammation des glandes parotides.

OREILLON

(o-rè-llon, ll mouillées, et non o-rèyon) s. m.
Anciennement, partie du casque qui couvrait l'oreille ou qui se prolongeait en mentonnière.
Terme de zoologie. Une des éminences de l'oreille des chauves-souris, quand elle est développée.
Les oreilles sont droites, un peu courbées en dehors, arrondies à leurs extrémités et sans oreillon [BUFF., Quadrup. t. XIII, p. 105]
Terme de médecine. Gonflement inflammatoire du tissu cellulaire qui entoure la glande parotide.
S. m. pl. Nom qu'on donne aux rognures des cuirs de bœufs, de vaches et d'autres animaux, destinées à faire de la colle forte ; apparemment parce qu'il s'y trouve quantité d'oreilles. Oreillons de toutes bêtes à faire colle, le cent pesant estimé 50 sous, Décl. du roi, nov. 1640, tarif.

HISTORIQUE

  • XVe s.
    Je ly donrray tel oreillon [coup sur l'oreille], Qu'il y aura du vermillon ; Tien ce cop ; fui-je mensongiers ? [, la Pass. de N. S. J. C]
  • XVIe s.
    ...Flanquée, pour le mousquet seulement, de la courtine de deux ravelins sans espaule, sans retraite, sans orillon [sorte de fortification] [D'AUB., Hist. III, 258]
    Les oreillons d'un fer de javeline [COTGRAVE, ]

ÉTYMOLOGIE

  • Dérivé de oreille.

oreillon

OREILLON. n. m. Partie d'un casque qui protège les oreilles. Les aviateurs portent des casques à oreillons.

Il se dit aussi d'une Maladie infectieuse, consistant en un gonflement des parotides. Il s'emploie surtout au pluriel, Les oreillons. Avoir les oreillons.

Traductions

oreillon

bof, oorklep