oriental, ale

ORIENTAL, ALE

(o-ri-an-tal, ta-l') adj.
Terme d'astronomie. Planète orientale, celle qui se lève avant le soleil.
Qui est du côté de l'orient, qui appartient à l'orient. Région orientale. Les peuples orientaux.
Dans les terres orientales de cette partie du monde [l'Afrique], inconnues des anciens, les éléphants se sont trouvés aussi grands et peut-être même plus grands qu'aux Indes [BUFF., Quadrup. t. IV, p. 254]
Son éclat [de l'aube] blanchissait la rive orientale [MASSON, Helvét. III]
Les Indes orientales, par opposition à Indes occidentales, qui est une dénomination abusive de l'Amérique. Langues orientales, langues mortes ou vivantes de l'Asie. Style oriental, style métaphorique en usage chez les peuples de l'Asie, particulièrement chez les Hébreux, les Arabes et les Persans.
Les couleurs orientales sont venues comme d'elles-mêmes empreindre toutes ses pensées, toutes ses rêveries ; et ses rêveries et ses pensées se sont trouvées tour à tour et presque sans l'avoir voulu, hébraïques, turques, persanes, arabes.... [V. HUGO, Orientales, préface.]
Luxe oriental, pompe orientale, luxe, pompe digne de l'Orient.
Qui croît en Orient, qui vient d'Orient. Plantes orientales.
Pierres orientales, qualification qui, donnée aux rubis, aux saphirs et à la topaze, n'indique pas toujours le gisement originaire de ces gemmes, mais seulement qu'elles sont de qualité supérieure relativement à d'autres échantillons auxquels on les compare ; en sorte qu'une pierre dite orientale peut provenir de contrées tout opposées à notre orient, [LEGOARANT, ]
Les naturalistes récents ont donné, avec les joailliers, la dénomination de pierres orientales à celles qui ont une belle transparence, qui en même temps sont assez dures pour recevoir un poli vif, [BUFF., Min. t. VI, p. 213]
Fig.
Je ne me mêlerai point de vous en envoyer [un cuisinier], à moins que ce ne fût une perle si orientale, que l'on fût assuré de n'en avoir aucun reproche [SÉV., 19 août 1675]
S. f. Sorte de fleur ; il y avait une variété d'anémone et une de tulipe qui portaient ce nom.
Il quitte cette fleur pour l'orientale [LA BRUY., XIII]
Les Orientales, recueil de poésies de V. Hugo qui ont la plupart pour objet les scènes de l'Orient.
Si aujourd'hui quelqu'un lui demande à quoi bon ces Orientales ? qui a pu lui inspirer de s'aller promener en Orient pendant tout un volume ? que signifie ce livre inutile de pure poésie.... [V. HUGO, Orientales, Préface]
.... Au milieu d'eux [les enfants qui jouent autour du poëte] L'Orientale d'or plus riche épanouit Ses fleurs peintes et ciselées ; La ballade est plus fraîche.... [ID., F. d'aut. 15]
Oui, monsieur, tel que vous me voyez, j'ai été une victime du sonnet, ce qui ne m'a pas empêché de donner dans la ballade, dans l'orientale, dans l'ïambe, dans la méditation, dans le poëme en prose et autres délassements modernes [L. REYBAUD, Jérôme Paturot, I, 1]
S. m. pl. Les Orientaux, les peuples de l'Asie (avec une majuscule).
Abraham, quoique né vers l'Euphrate, fait une grande époque pour les Occidentaux, et n'en fait point une pour les Orientaux, chez lesquels il est pourtant aussi respecté que parmi nous [VOLT., Dict. phil. Abraham.]

HISTORIQUE

  • XIVe s.
    La mer orientel ou meridionel [H. DE MONDEVILLE, f° 88, verso.]

ÉTYMOLOGIE

  • Prov. et esp. oriental ; ital. orientale ; du lat. orientalis, de oriens, orient.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

  • ORIENTAL. - HIST. Ajoutez : XIIe s.
    En icels leus orientals [BENOIT, Roman de Troie, V. 23185]
    En ceste oriental partie [BENOIT, ib. V. 23209]