original, ale

ORIGINAL, ALE1

(o-ri-ji-nal, na-l') adj.
Qui a un caractère d'origine, primitif. Le tableau original. Les textes originaux. J'ai lu la lettre originale. L'édition originale d'un livre. La copie originale d'un tableau.
Il a publié avec toutes les pièces originales la malheureuse histoire du prince Alexis son fils [FONTENELLE, Czar Pierre.]
Ce grand auteur [Descartes] avait laissé beaucoup à deviner, à éclaircir ; et, selon le caractère des livres originaux, son livre était propre à en produire plusieurs autres encore assez originaux [ID., Lahire.]
Il faut avouer que les caractères originaux des peuples, s'effaçant de jour en jour, deviennent en même raison plus difficiles à saisir [J. J. ROUSS., Ém. V]
Il se dit des auteurs dans le même sens.
Porter de la lumière partout où les auteurs originaux auront, selon leur coutume, laissé beaucoup d'obscurité [FONTEN., Boerhaave.]
Le texte original de la Bible, le texte hébreu tel qu'il a été transmis de manuscrit en manuscrit.
Qui paraît inventé, imaginé sans modèle ou souvenir antécédent. Pensée, expression originale.
Ils n'ont rien d'original et qui soit à eux ; ils ne savent que ce qu'ils ont appris [LA BRUY., I]
Qui est marqué d'une marque propre. Le jeu de cet acteur est original.
À mesure que l'on a plus d'esprit, l'on trouve plus de beautés originales ; mais il ne faut pas être amoureux ; car, quand l'on aime, l'on n'en trouve qu'une [PASC., les Passions de l'amour.]
À mesure qu'on a plus d'esprit, on trouve qu'il y a plus d'hommes originaux [ID., Pens. VII, 1]
Corneille ne peut être égalé dans les endroits où il excelle, il a pour lors un caractère original et inimitable [LA BRUY., I]
Tout le monde fut frappé de l'esprit original qui brille dans l'ouvrage [FONT., Newton.]
L'esprit original, qui est ardent, vif et hardi, peut n'être pas toujours assez mesuré ni assez circonspect [ID., Tschirnhaus.]
Le moyen le plus simple pour juger quelle langue excelle dans un plus grand nombre de genres, ce serait de compter les auteurs originaux de chacune [CONDILLAC, Connais. hum. II, I, 15]
Le chantre d'Éden est devenu original en s'appropriant des richesses étrangères [CHATEAUBR., Génie, II, I, 3]
Qui agit, qui se comporte sans imiter personne.
Vous connaissez le gros abbé et la joie qu'il a d'épargner son papier.... pour moi, je le trouve original sur l'économie, comme l'abbé de la Victoire sur l'avarice [SÉV., 2 oct. 1676]
L'originale femme, tenez, vous la reconnaîtrez bien à ce qu'elle m'écrit [MARIV., Pays. parv. part. 4]
Il y a peu d'hommes vraiment originaux ; presque tous se gouvernent, pensent et sentent par l'influence de la coutume et de l'éducation [VOLT., Rem. Pens. Pasc. 45]
Dufresny, original et neuf sans cesser d'être vrai et naturel [D'ALEMB., Élog. Destouches.]
Moi, je ne copie personne, madame, je me pique d'être original [BOISSY, Français à Londres, SC. 12]
En mauvaise part, singulier, bizarre. On n'est pas plus original que lui. Manières originales.
S. m. Minute, manuscrit primitif d'un texte, d'un acte, etc. L'original d'un contrat. Collationné à l'original. Les originaux de ces pièces sont perdus. Copié sur l'original.
Texte, par opposition à traduction. La traduction s'éloigne de l'original.
L'on voit par cet exemple combien il est important de consulter les originaux, et de ne les pas citer sur la foi des traducteurs [ROLLIN, Traité des Ét. I, 2]
L'original hébreu, le texte hébreu de la Bible.
Œuvre d'art qui est un type et non une imitation.
Ces statues [antiques], qui n'étaient que des copies de l'homme, sont devenues des originaux [BUFF., Morc. choisis, p. 42]
Particulièrement. Il se dit des peintures, sculptures, etc. par rapport à leur authenticité. L'original de cette statue est à Rome. L'original et les copies. Il a des originaux des meilleurs peintres.
Personne dont on a fait le portrait.
Qui donne le portrait, promet l'original [CORN., Suite du Ment. IV, 2]
Ce qui est plaisant, c'est que cet original [le portrait de Mme de Grignan dont on avait fait des copies] ne me paraît plus entier ni précieux : cela me blesse le cœur [SÉV., 343]
Bien loin de croire comme eux [les idolâtres] que quelque divinité habite dans les images, nous ne leur attribuons aucune vertu que celle d'exciter en nous le souvenir des originaux [BOSSUET, Expos. doctr. cath. 5]
Le concile de Trente défend expressément d'y [aux images] croire aucune divinité ou vertu pour laquelle on les doive révérer.... et veut que tout l'honneur se rapporte aux originaux qu'elles représentent [ID., Exp. de la doctr. cath. 5]
L'injure faite à l'image retombait sur l'original [ID., Hist. I, 11]
Il se dit, au même sens, des choses d'après lesquelles on copie. Ce peintre n'imite aucun maître, la nature est son unique original. L'original d'après lequel il peint est une copie d'un tableau de Lesueur.
Quelle vanité que la peinture qui attire l'admiration par la ressemblance des choses dont on n'admire pas les originaux ! [PASC., Pens. VII, 31, éd. HAVET.]
Modèle d'après lequel dessine un élève.
10° Fig. Ce qui sert de modèle à quelque chose ou à quelqu'un.
Le comte de Gramont, qui est en possession de dire toutes choses sans qu'on ose s'en fâcher, écrivit à Rochefort le lendemain [de sa promotion] : Monseigneur.... mon père est l'original de ce style ; quand on fit maréchal de France Schomberg.... il lui écrivit : Monseigneur.... [SÉV., à Bussy, 6 août 1675]
C'était l'original [une demoiselle] que toutes les femmes copiaient pour le goût des habits et l'air de la coiffure [HAMILT., Gramm. 7]
Les lois de Crète étaient l'original de celles de Lacédémone, et celles de Platon en étaient la correction [MONTESQ., Esp. IV, 6]
L'original de la comédie bizarre du Festin de Pierre est de Tirso de Molina, auteur espagnol [VOLT., Vie de Molière.]
Type idéal.
Qu'on ne souhaite pas nûment une beauté, mais l'on y désire mille circonstances qui dépendent de la disposition où l'on se trouve ; et c'est en ce sens que l'on peut dire que chacun a l'original de sa beauté, dont il cherche la copie dans le grand monde ; néanmoins les femmes déterminent souvent cet original [PASC., Pass. de l'amour.]
Il regarde avec respect la tendresse que j'ai pour vous ; c'est un original qui lui fait connaître jusqu'où le cœur humain peut s'étendre [SÉV., 20 oct. 1679]
Dans tout le cours de sa vie et de ses actions, elle a exprimé ce parfait original [de la femme forte] par sa générosité naturelle, par le bon usage des biens et de la faveur.... [FLÉCH., Mme de Mont.]
Ils [Moïse et Élie] viennent adorer celui qu'ils avaient figuré, et rendre à ce divin original la puissance et la gloire qui appartiennent à lui seul [MASS., Petit car. Respect.]
11° Celui qui est le premier en excellence dans un genre, sans avoir eu de modèle. Les anciens sont des originaux, et on les étudie comme tels.
Voiture est l'unique original des choses galantes [PELLISSON, Préface sur les œuvres de Sarrasin]
Je ne sais si le nombre de nos excellents originaux, quelque borné qu'il soit, ne l'est pas encore moins que celui de nos bonnes traductions [D'OLIVET, Rem. Racine, p. 220, dans POUGENS]
Ironiquement.
Pourquoi vouloir obliger le ministre Jurieu, un si grand original en matière de théologie, à suivre les sentiments de Bullus ? [BOSSUET, 6e avert. 82]
12° Source première (sens aujourd'hui peu usité).
Nous avons été bien aises d'apprendre par vous les nouvelles de Messine ; vous nous avez paru original, à cause du voisinage [en Provence] [SÉV., à Mme de Grignan, 28 mars 1676]
D'original, loc. adv. Sans avoir été suggéré par un modèle.
Hé bien, monsieur, le tour est-il d'original ? Pour une jeune fille elle n'en sait pas mal ; De ces ruses d'amour la croirait-on capable ? [MOL., Éc. des mar. II, 8]
De source directe.
Les nouvelles que je vous mande sont d'original ; c'est de Gourville qui était avec Mme de Longueville, quand elle a reçu la nouvelle [SÉV., 20 juin 1672]
Je vous remercie mille fois de m'avoir si bien conté cette histoire d'original [ID., 18 oct. 1671]
Savoir une chose d'original, la savoir de source, de ceux qui l'ont vue ou faite.
Rien n'est plus curieux que de savoir d'original ce qui se passe dans cette maison [SÉV., 388]
Il prétend le savoir pourtant d'original [TH. CORN., D. César d'Avalos, V, 2]
Je ne raconte rien que je ne sache d'original ; je l'ai appris de Sethon [LA BRUY., V]
Ce grand esprit [Pascal] croyait toujours voir un abîme à son côté gauche, et y faisait mettre une chaise pour se rassurer : je sais l'histoire d'original [L'ABBÉ BOILEAU, Lettres, t. I, lett. 29]
Terme de théâtre. Jouer un rôle d'original, créer ce rôle (ce dernier terme est seul usité aujourd'hui).
13° S. m. et f. Un original, une originale, personne qui pousse la singularité jusqu'à faire rire. C'est une originale, une vraie originale. C'est un grand original.
Mme de Moreuil était personne de mérite, femme d'un original de beaucoup d'esprit [SAINT-SIMON, 44, 3]
De tels originaux sont si divertissants ! [BARTHE, Fausses infidél. SC. 1]
Quoiqu'il soit, m'a-t-on dit, un franc original [DESTOUCH., Glor. III, 3]
Original sans copie, homme qui se fait remarquer par ses singularités.
Quand on veut ridiculiser quelqu'un, on dit ordinairement que c'est un original sans copie [BOURSAULT, Lett. nouv. t. II, p. 267, dans POUGENS]
J'ai déjà parlé ailleurs de Courcillon, original sans copie [SAINT-SIMON, 260, 238]
Original sans copie, a été dit sans idée de raillerie.
Vous avez perdu votre bon et fidèle ami le duc de Saint-Aignan.... quand la mode viendrait de faire des parallèles dans les oraisons funèbres, je n'en souffrirai jamais dans la sienne ; car il était assurément unique en son espèce, et un grand original sans copie [SÉV., à Bussy, 17 juin 1687]
Original sans copie, se dit aussi quelquefois des choses.
Tout ce que vous dites de lui est admirable : ce sont des originaux sans copie, que les traits que vous donnez [SÉV., 343]
14° En original, loc. adv. Dans le texte primitif. Ce traité existe en original dans les archives.
Je vous envoie en original un morceau de la lettre de sa femme [Mme de Coulanges] ; il me semble que ce qu'elle mande est curieux [SÉV., 7 juill. 1680]
15° En propre original, dans la réalité même.
Un Florentin, nommé le Magnifique, La possédait [la libéralité], en propre original [LA FONT., Magn.]
En personne.
Oui, madame, vous-même en propre original [REGNARD, les Ménechmes, I, 3]
Crispin : Est-ce là M. Oronte, mon illustre beau-père ? - La Branche : Oui, vous le voyez en propre original [LE SAGE, Crisp. riv. de son maître, 7]

REMARQUE

  • Bouhours constatait que original dans ces locutions : esprit original, manières originales, auteurs originaux, était devenu assez commun ; mais il en contestait l'élégance. Ce que ce néologisme pouvait avoir d'inélégant a disparu.

HISTORIQUE

  • XIVe s.
    Quant il eurent destruit tout l'original de celle lignée [, Chr. de St-Denis, t. II, f° 37, dans LACURNE]
  • XVIe s.
    Andronicus, ayant recouvré les originaux [des écrits d'Aristote], les meit en lumiere, et escrivit les summaires que nous avons maintenant [AMYOT, Sylla, 53]
    Et sçay bien le nom de ceux qui vous en donneront la copie originale [, Sat. Mén. p. 220]
    Les originaux de l'entreprise d'Amboise avoient esté mis en depost entre les mains de votre pere [D'AUB., Vie, XXIV]
    Une pourtraiture qui aura esté contrefaite à l'exemple d'une autre pourtraiture, la contrefacture ou pourtraiture qui aura esté faite, ne sera jamais tant estimée comme l'original [PALISSY, 65]

ÉTYMOLOGIE

  • Prov. et esp. original ; ital. originale ; du lat. originalis, de origo, origine.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

    1. ORIGINAL. - HIST. Ajoutez : XIIIe s.
    Si ancesur estoient romein original [, Vie de seint Auban, publ. par Atkinson, Londres, 1876, V. 23]
  • XIVe s. Ajoutez :
    Que de commissions et de relations, li baillis et les diz eschevins auront chascun un original (1342) [VARIN, Archives administr. de la ville de Reims, t. II, 2e part. p. 866]