orthographe

(Mot repris de orthographes)
Recherches associées à orthographes: faute d'orthographe

orthographe

n.f. [ du gr. orthographia, écriture correcte ]
1. Ensemble de règles et d'usages qui régissent la manière d'écrire correctement les mots d'une langue : La réforme de l'orthographe.
2. Maîtrise de ces règles et de ces usages : Elle fait des fautes d'orthographe.Une bonne orthographe.
3. Manière correcte d'écrire un mot : Un mot qui a deux orthographes graphie

ORTHOGRAPHE

(or-to-gra-f') s. f.
L'art et la manière d'écrire correctement les mots d'une langue.
Quoiqu'en grec et en latin on dise orthographia, nous disons pourtant orthographe ; et, quoique nous disions orthographe, nous ne laissons pas de dire orthographier, et non orthographer [VAUGEL., Rem. t. I, p. 179, dans POUGENS]
La fin de l'orthographe est de peindre la parole par des signes, qui, selon leur destination une fois fixée et convenue, deviennent l'image des sons particuliers qui entrent dans la composition des mots [DUMARS., Dissert. sur la prononc. t. III, p. 269]
Les premières [les provinciales] sont [pour les modes] comme des copistes ignorants et serviles qui copient jusqu'aux fautes d'orthographe [J. J. ROUSS., Hél. II, 21]
Notre orthographe est si vicieuse, qu'il n'y faut avoir aucun égard en parlant des sons de la langue ; on ne doit consulter que l'oreille [DUCLOS, Œuvr. t. IX, p. 7]
Je vous répondrai comme Brunet : Tu veux de l'orthographe avec une méchante plume d'auberge ! [P. L. COUR., Lett. II, 33]
Dans les écoles, on distingue l'orthographe première ou d'usage, qui enseigne la manière d'écrire les mots, et l'orthographe de règle, la manière d'écrire les mots suivant leur rôle dans la phrase. Faute d'orthographe, manquement contre les règles de l'orthographe. Fig. et familièrement. Faute d'orthographe, infraction à la fidélité en amour ou en mariage.
Tu sais bien que nous nous sommes promis fidélité, en dépit de toutes les fautes d'orthographe [MARIVAUX, Jeux de l'amour et du hasard, III, 6]
Manière quelconque d'écrire les mots d'une langue. Mauvaise orthographe.
Peut-être y a-t-il des défauts dans l'ancienne orthographe ; mais, à la bouleverser comme on voudrait faire aujourd'hui, il y en aurait encore de plus grands [D'OLIVET, Prosod. franç. art. 2]
Pourquoi toucher à notre orthographe ? pour faciliter, disent-ils, la lecture de nos livres aux étrangers ; comme si les voyelles portaient toujours à l'oreille d'un Anglais, d'un Polonais, le même son qu'elles portent à la mienne [ID., Rem. Rac. § 12]
Orthographe d'un mot, la manière dont un mot s'écrit. Ce mot a plusieurs orthographes. Une dictée d'orthographe, ou, simplement, une orthographe, une dictée faite pour exercer les élèves à l'orthographe. Orthographe de Voltaire, celle qui consiste à écrire par ai, et non, comme autrefois, par oi, le son è, et qui, chaudement recommandée par lui, a prévalu.

HISTORIQUE

  • XVIe s.
    Je m'attendois que vous nous ouvririez quelque methode par laquelle notre orthographe puisse estre reglée à un point [J. PELLETIER, dans LIVET, la Gramm. franç. p. 155]
    Combien qu'il [Meigret] n'ayt point persuadé à ung chascun ce qu'il pretendoit touchant l'orthographe [RAMUS, dans LIVET, Gramm. franç. p. 178]
    La vraye orthographe d'un mot latin [MONT., I, 278]
    Nous n'avons entre nous ni orthographe asseurée (chose toutesfois necessaire pour la perpetuation d'une langue), ni telle varieté de mots comme eurent jadis et le Romain et le Grec [PASQUIER, Lettres, t. I, p. 8]

ÉTYMOLOGIE

  • Le terme grec signifie qui écrit bien ; il dérive de deux mots qui indiquent droit et écrire ; l'art d'écrire correctement qui en français donne orthographie (voy. ce mot). C'est donc un usage bien fautif qui a dit orthographe, au lieu d'orthographie, surtout si l'on remarque que, dans tous les composés du grec, graphe signifie le savant, et graphie l'art : un géographe et la géographie, un hydrographe et l'hydrographie. Cette faute paraît appartenir au XVIe siècle.

orthographe

ORTHOGRAPHE. n. f. Manière d'écrire les mots d'une langue correctement, selon l'usage établi. Enseigner, apprendre, savoir l'orthographe. Il ne met pas l'orthographe. Faute d'orthographe.

Il signifie, par extension, Manière d'écrire les mots, et alors le sens est déterminé par une épithète. Une orthographe correcte. Une orthographe vicieuse. Son orthographe est détestable.

Il se dit, particulièrement, en parlant des Changements que différents écrivains ont essayé, avec plus ou moins de succès, d'introduire dans la manière d'écrire ordinaire. L'orthographe de Ronsard, de Robert Estienne, de Duclos, de Voltaire.

Fig. et fam., Faire une faute d'orthographe, Avoir un tort de conduite. Il signifie aussi Manquer de tact.

orthographe


ORTHOGRAPHE, ou ORTOGRAPHE, s. fém. ORTOGRAPHIE, s. f. ORTOGRAPHIER, v. act. et neut. ORTOGRAPHIQUE, adj. [Ortografe, fi-e, fi-é, fike.] Quelques-uns, dit Vaugelas, écrivent orthografe, mais orthographe vaut mieux. = Quoiqu'on dise orthographe, et non pas orthographie (en ce sens), on doit dire orthographier, et non pas orthographer. Vaug. Mén. = Ortographe est la manière d'écrire les mots d'une langue. "Bone ou mauvaise ortographe. "L'anciène ou la nouvelle ortographe. "Ortographe correcte ou vicieûse. Savoir bien l'ortographe; enseigner l'ortographe. = Ortografier, écrire les mots correctement. "Coment ortographiez-vous ce mot là? — V. n. "Il ortographie bien; elle ortographie mal.
   ORTOGRAPHIE est un terme d'Architectûre: c'est la représentation de l'élévation d'un bâtiment. — Il signifie, plus particulièrement, le profil ou la coupe perpendiculaire d'une fortification.
   ORTOGRAPHIQUE a raport à ortographe et à ortographie: "Dictionaire ortographique. Dessein ortographique.
   Rem. Nous avons mis au comencement de chaque Lettre les règles d'ortographe qui la concernent; et dans le cours du Dictionaire, nous avons placé diférentes remarques sur ce sujet. Voici quelques règles générales qui pourront guider, en partie, les étrangers, et le comun même des Français, dans la manière d'écrire les mots de notre langue. = 1°. Le plus grand embârras de l'ortographe française roule sur la manière d'exprimer par les caractères ces quatre sons; l'e ouvert, l'e fermé, l'i et l'o. Car le premier peut être représenté de six manières, par e sans accent, fer; par è marqué de l'accent grâve, accès; par ê marqué de l'accent circonflexe, te, et par l'une ou l'aûtre de ces diphtongues, ai, ei, oi; haine, peine; je ferois ou je ferais, etc. Le second le peut être par un e non accentué, aimer; par é, afecté de l'accent aigu, recherché; et par la diphtongue ai, je ferai, etc. Le 3e l'est de deux manières par i, inocent; et par y, yeux. Enfin, le quatrième l'est de trois façons; par o orange; par au, auditoire; et par eau, rameau, etc. = 1re RèGLE: le son ouvert se peint par oi, dans l'anciène ortographe, et par ai dans la nouvelle, à l'imparfait et au conditionel des verbes: je faisois, ou je faisais; je ferois, je ferais, etc. = 2e RèGLE : lorsque le son de l'e ouvert moyen précède l'l mouillée, c'est toujours la diphtongue ei, qui sert à le peindre; sommeil, corbeille. = 3e RèGLE, qui n' est pourtant pas générale. Dans les aûtres ocasions, on conais qu'il faut représenter l'e ouvert par ai ou par oi, selon qu'on peut découvrir un a ou un o dans quelque aûtre mot analogue au sens de celui qui caûse le doute et l'embârras. Ainsi j'écris ntre, comparaison, parce que ces mots ont du raport avec nativité et comparable, comparatif, etc. où se troûve un a aprês l'n et l'r. J'écris au contraire, contre, partre, parce que ces mots ont un sens analogue à celui de notion, aparoir, où se troûve un o. = On s'ôtera tout embârras, et l'on aura une règle vraiment générale, si l'on adopte la nouvelle ortographe, et qu'on écrive par ai tous ces diférens mots, contre, partre, français, anglais, etc. je disais, je le dirais si, etc. = 4e RèGLE: Quand il se troûve un é aigu dans le mot analogue, alors le son moyen de celui, dont on cherche l'ortographe, se représente par e, ou par ei: gérer, gèstion; pénible, peine, etc. Quant au choix entre l'e et l'ei, l'usage seul peut l'aprendre. = 5e RèGLE: Le son de l'é fermé est toujours représenté, dans les aoristes et les futurs des verbes, par la diphtongue ai: je donai, je ferai; prononcé doné, feré. Il l'est par la voyèle e, non accentuée, mais suivie d'une r, dans les infinitifs des verbes, aimer, enseigner; pron. émé, ancègné. Il l'est par la lettre z, dans les secondes persones des verbes: vous logez, vous viendrez, vous alliez, etc. Enfin, il est le plus souvent marqué par un é, afecté d'un accent aigu, suivi d'une s, au pluriel: sociétés, vérités, révérés; charités, amitiés, etc. = 6e RèGLE: Le son i s'écrit par y, quand il fait seul le mot, comme dans l'adverbe y; ou qu'il est à la tête de la syllabe, suivi immédiatement d'une voyèle, comme dans yeux, yorck, Voyez les remarques sur la lettre Y. = 7e RèGLE: L' o est représenté par la diphtongue au, lorsque dans quelque mot analogue il se trouve un a; chaleur, chaud; valeur, vaut. Que s'il se trouve un e, on se sert d'eau, qui a le même son: jumelle, jumeau: belle, beau, etc.
   2°. Un aûtre embârras c'est de choisir dans les voyèles nazales entre l'm et l'n; de savoir quand il faut écrire am ou an, em ou en, im ou in, om ou on, um ou un; de savoir aussi, quand dans les terminaisons il faut employer an ou en, qui ont souvent le même son. Sur cela, voici deux règles générales, et qui ne soufrent presque aucune exception. = 1re Règle: Devant le b, le p et l'm, on met l'm, et on emploie l'n devant les aûtres consones. On écrit ambassade, emploi, immolé, imbibé, impossible; combat, comparaison, commode, etc. Humble, etc. On écrit au contraire, ancêtre, antiène; encenser, endormi, enseigner, entrer, etc. inconu, indiquer; instruire, interroger, etc. concevoir, condition, confesser; construire, contrition, convention, etc. = 2e. Règle: Les adverbes finissent en ent, les participes actifs en ant: finement, constamment, etc. venant, trompant, etc. Pour les adjectifs, les uns finissent en ent, les aûtres en ant: éloquent, excellent; puissant, constant, etc. Il serait à souhaiter qu' on fît revivre l'ortographe de Malherbe et de plusieurs de ses contemporains, qui terminaient tous ces adjectifs en ant: il n'y aurait plus d'embarras: éloquant, excellant, etc.
   Pour les aûtres doutes, il faut consulter en détail ce Dictionaire. Voy. aussi la Préface.

Traductions

orthographe

Rechtschreibung, Ortographie, Orthografie, Orthographieorthography, spellingspelling, orthografie, schrijfwijzeכתיב (ז), כְּתִיבortografiaortografi, stavningορθογραφίαortografioortografíaoikeinkirjoitusवर्तनीorthographiaejaanortografiaつづり, もじつづり, 文字綴り, 綴りorthografiaortografiayazım, heceleme拼写орфография, правописаниеتَهْجِئَةpravopispisanje철자법stavingpisowniastavningการสะกดคำđánh vấn拼寫 (ɔʀtɔgʀaf)
nom féminin
écriture correcte d'un mot

orthographe

[ɔʀtɔgʀaf] nfspelling