os

os

[ ɔs], au pl. o] n.m. [ lat. os, ossis ]
1. Organe dur et solide qui constitue la charpente de l'homme et des vertébrés : Les os courts, les os plats et les os longs. L'os d'un gigot.
2. Matière constituée d'os, avec laquelle on fabrique certains objets : Un manche de couteau en os.
3. Fig., fam. Difficulté qui empêche de poursuivre une action ; obstacle : Il y a un os problème
Donner un os à ronger à qqn,
lui faire une maigre faveur, lui laisser quelques miettes d'une grosse affaire.
N'avoir que la peau et les os ou que la peau sur les os,
être très maigre.
Ne pas faire de vieux os,
Fam. ne pas vivre très longtemps ; ne pas rester longtemps quelque part.
Os à moelle,
os d'un animal de boucherie qui contient de la moelle.
Os de seiche,
coquille interne dorsale de la seiche, formée d'une plaque allongée, poreuse, calcaire, faisant fonction de flotteur.
Sac d'os ou paquet d'os,
Fam. personne très maigre.
OSOrganisation Spéciale

OS

(ô ; au pluriel, l's se lie : des ô-z épais ; plusieurs font sentir l's au singulier comme au pluriel : un ôs', des ôs' ; Bèze, au XVIe siècle, dit que os se prononce comme vaux) s. m.
Partie dure et solide qui forme la charpente du corps des animaux des classes supérieures.
Au pied du roc affreux semé d'os blanchissants [CORN., Œdipe, I, 4]
Un os lui demeura bien avant au gosier ; De bonheur pour ce loup, qui ne pouvait crier, Près de là passe une cigogne ; Il lui fait signe, elle accourt ; Voilà l'opératrice aussitôt en besogne ; Elle retira l'os.... [LA FONT., Fabl. III, 9]
Et les os dispersés du géant d'Épidaure [RAC., Phèdre, I, 1]
Mais je n'ai plus trouvé qu'un horrible mélange D'os et de chairs meurtris et traînés dans la fange [ID., Athal. II, 5]
Les malheureux citoyens [à Paris, durant la Ligue et le siége], pressés par la famine, essayèrent de faire une espèce de pain avec les os des morts, lesquels, étant brisés et bouillis, formaient une sorte de gelée ; mais cette nourriture si peu naturelle ne servit qu'à les faire mourir plus promptement [VOLT., Ess. guerres civ. France.]
Les os et les autres parties solides du corps, ayant pris toute leur extension en longueur et en grosseur, continuent d'augmenter en solidité [BUFF., Hist. nat. hom. Œuv. t. IV, p. 338]
Il établit d'après une suite d'expériences que les os s'augmentent par l'ossification des lames du périoste, comme les arbres par l'endurcissement des couches corticales [CONDORCET, Duhamel.]
Hérissant, pour découvrir la nature des os, les mit dans l'acide nitreux fort étendu d'eau ; après la dissolution des parties calcaires, il trouva le réseau animal dont les mailles, remplies par cette matière, avaient formé l'os [SENNEBIER, Ess. sur l'observ. t. I, p. 265, dans POUGENS]
Une belle expérience démontre que les os doivent leur dureté et leur fragilité à un tartre osseux, à une substance crétacée ou terreuse, qui pénètre dans les mailles du cartilage et s'y incorpore [BONNET, Consid. corps organ. Œuv. t. V, p. 401]
Un jour le laboureur, dans ces mêmes sillons, Où dorment les débris de tant de bataillons, Heurtant avec le soc leur antique dépouille, Trouvera sous ses pas des dards rongés de rouille, Entendra retentir les casques des héros, Et d'un œil effrayé contemplera leurs os [DELILLE, Géorg. I]
La découverte du phosphate de chaux dans les os date de 1771 ; elle est due à Scheele et à Gahn [THENARD, Traité de chimie, t. III, p. 692, dans POUGENS]
Par extension.
La grande chaîne de hautes montagnes qui couronnent la terre en tout sens m'a toujours paru aussi ancienne que le monde ; ce sont les os de ce grand animal [VOLT., Lett. Hamilton, 17 juin 1773]
Ronger un os, en enlever avec les dents toute la chair qui y tient. Fig. Ronger, manger quelqu'un jusqu'aux os, vivre à ses dépens, lui dépenser le plus clair de son avoir.
L'adresse que vous donnez pour écrire à mon grand cousin de Toulongeon à Toulongeon est inutile ; car, puisqu'il ne m'a point fait de réponse, je ne veux plus de commerce avec lui que pour le manger jusqu'aux os quand j'irai en Bourgogne [SÉV., à Bussy, 5 oct. 1685]
Fig. Donner un os à ronger à quelqu'un, lui donner quelque chose qui l'occupe, qui lui soit utile ou agréable.
Quand vous dites que c'est [le jeu] un os que vous donnez à ronger à votre compagnie [SÉV., à Mme de Grignan, 3, janv. 1680]
Je m'amuse beaucoup à la poésie, que j'aime toujours, quand ce ne serait que pour donner un os à ronger à Clément et à Sabatier [VOLT., Lett. Condorcet, 16 nov. 1773]
En un sens contraire, donner un os à ronger à quelqu'un, lui susciter une affaire embarrassante, une difficulté qui l'occupe. Ils n'ont plus à craindre ses intrigues, ils lui ont donné adroitement un os à ronger. On dit d'une façon analogue : C'est un os bien dur à ronger. Fig. Jeter un os à quelqu'un, donner une part à quelque personnage dans les profits d'une entreprise, afin de se le rendre favorable. Familièrement. Rompre, briser, casser les os, battre cruellement.
Depuis plus d'une semaine Je n'ai trouvé personne à qui rompre les os [MOL., Amph. I, 2]
En chair et en os, en propre personne. C'est lui-même en chair et en os. Fig. En chair et en os, signifie aussi réellement.
Il se maintient cocu, du moins de la pensée, S'il ne l'est en chair et en os [LA FONT., Coupe.]
N'avoir que la peau et les os, que la peau sur les os, se dit d'une personne très maigre.
Un loup n'avait que les os et la peau, Tant les chiens faisaient bonne garde [LA FONT., Fabl. I, 5]
Vous n'avez tantôt plus que la peau sur les os [RAC., Plaid. I, 4]
Les os lui percent la peau, même signification.
Les os lui percent la peau ; elle est entièrement étique et desséchée ; elle n'avale qu'avec des difficultés extrêmes [SÉV., 149]
On dit dans un sens analogue : on lui compterait les os.
De son maigre visage on eût compté les os [BOURSAULT, le Mort vivant, I, 3]
Familièrement et par exagération. Percé jusqu'aux os, mouillé jusqu'aux os, extrêmement mouillé.
Moi, crotté jusqu'au cul, et mouillé jusqu'à l'os [RÉGNIER, Sat. X]
Jusqu'à la moelle des os, profondément. Il est scrofuleux jusqu'à la moelle des os. Il ne fera pas de vieux os, voy. VIEUX. Fig. Vieux os, se dit d'une personne âgée.
Ah ! que j'aimerais à faire un voyage à Rome, comme vous me le proposez ! mais.... il ne faut point remuer ses vieux os, surtout des femmes, à moins que d'être ambassadrice [SÉV., à Coulanges, 8 janv. 1690]
Il y laissera ses os, il y mourra. On dit dans le même sens : il est allé là porter ses os.
On travaille les os d'animaux pour en faire certains ustensiles. Manches de couteau en os.
Os, en termes de boucherie, réjouissance. Les bouchers mettent toujours des os avec la viande qu'ils vendent, c'est-à-dire des os qui n'appartiennent pas au morceau. Os à moelle ou à la moelle, os qui contient de la moelle et qu'on met dans le pot au feu, et fig. chose utile, chose de valeur. Os de l'avocat, nom donné anciennement à un des os (on ne sait lequel) de l'éclanche ou gigot (c'était la même chose).
Est-il un plus grand plaisir au monde que de commander dans son petit empire, d'y être maître de son plat, et d'y recevoir, au sortir de la broche, une éclanche de mouton encore toute brûlante ?... est-il quelque capilotade de perdrix, qui, sans compter l'os de l'avocat, vaille les précieux ragoûts qu'un sage friand comme moi y rencontre ? [DASSOUCY, Aventures, ch. V, cité par CH. NISARD, Revue de l'instruction publique, 21e année, n° 1]
Au plur. Dans le langage relevé et poétique, dépouilles mortelles.
Ensevelissez-moi dans le même sépulcre où repose l'homme de Dieu, mettez mes os auprès de ses os [SACI, Bible, Rois, III, XIII, 31]
Ces bronzes, ces tambours qui, pleurant les héros, D'un dernier bruit de gloire accompagnent leurs os [LAMART., Harold, 24]
Fig. Les os, se dit pour l'intérieur de la personne.
La frayeur de la mort dans mes os a couru [MAIRET, Soliman, II, 1]
Quelle soudaine ardeur jusqu'aux os me consume ? [ROTR., Herc. mour. III, 1]
Elle [notre amitié] est d'une bonne trempe, et le fond en tient à nos os [SÉV., à Bussy, 23 janv. 1671]
Jusque dans la moelle des os, jusqu'au fond de l'âme. Il est avare jusque dans la moelle des os.
Dans le langage biblique, les os de mes os, ma femme, mes enfants, une personne qui m'est extrêmement chère.
Alors Adam dit : voilà maintenant l'os de mes os et la chair de ma chair [SACI, Bible, Gen. II, 23]
Les os humiliés, l'intérieur des personnes humbles.
Il [Jésus-Christ] lui fit sentir tout à coup par une vive confiance, avec la rémission de ses péchés, cette paix qui surpasse toute intelligence ; alors une joie céleste saisit tous ses sens, et les os humiliés tressaillirent [BOSSUET, Anne de Gonz.]
En termes de vénerie, se dit des ergots du cerf sur lesquels cet animal ne porte que lorsqu'il court. Dès que le cerf fuit, il donne des os en terre. Os du cœur des cerfs, os qui se trouve dans le cœur de beaucoup de ruminants et de pachydermes, dans la cloison des ventricules, et auquel on attribuait des vertus dans les maladies du cœur.
Os de cœur de cerf, le cent payera 5 livres, [, Tarif, 18 sept. 1664]
Os de seiche, grande coquille intérieure, dure et friable, qui soutient le dos de la seiche.
Os de seiches, le cent payera 15 sous, [, Tarif, 18 sept. 1664]

PROVERBES

  • Jamais belle chair ne fut près des os, se dit pour exprimer qu'une femme trop maigre n'est jamais belle.
  • Jamais à un bon chien il ne vient un bon os, l'occasion de travailler ne s'offre pas à ceux qui en ont bonne envie, les bonnes affaires n'arrivent pas à ceux qui en seraient dignes.
  • Voilà bien des chiens après un os, c'est-à-dire il y a bien des gens après une même affaire, après un même profit.
  • Les os sont pour les absents, ceux qui viennent trop tard n'ont que les restes.
  • Il n'y a point de viande sans os, il n'y a point d'avantage sans quelque déduction ; locution prise de la boucherie, où le marchand donne toujours des os avec la viande.
  • Si j'avais de l'argent dans les os, je les casserais pour vous satisfaire, se dit pour témoigner la bonne envie qu'on a de payer une dette.

SYNONYME

  • OS, OSSEMENTS. Les os prennent le nom d'ossements lorsque, desséchés, dépouillés de chair et de tout ce qui sert à les unir, ils ne composent plus aucun ensemble. Cette dénomination générique, qui ne s'emploie qu'au pluriel, n'a plus lieu dès qu'on désigne les os par leur nom ou leur caractère propre, et la place qu'ils occupaient dans le corps dont ils faisaient partie : ainsi on a trouvé un champ rempli d'ossements, parmi lesquels on a distingué les os de la tête d'un cheval, et ceux des bras d'un homme, F. GUIZOT.

HISTORIQUE

  • XIe s.
    Et de tans os cum hom trarrad [tirera] de la plaie, al os tote veie [de toute façon] quatre deners [, Lois de Guill. 12]
    [Il] Tranche le pis [la poitrine], si li brise les os [, Ch. de Rol. CXI]
  • XIIe s.
    Desus la hanche est li cop apoié, Que del charnail li abat plus d'un pié ; Toz remest nus li os sus le braier [, Li coronemens Looys, v. 2566]
    Paürs moi tinuet et tremblors [peur et tremblement me tint], et totes mes osses furent espaüries [, Job, p. 481]
    Il non ot sor les os fors cuir et ners [, Gérard de Ross. p. 360]
  • XIIIe s.
    Dont je vos monstre par l'escrit, Que li uns est membres de l'autre, Et nos sons [nous sommes] ausi com li viautre [les chiens] Qui se combatent pour un os [RUTEB., 111]
    Dites me dont, che dist li rois, Par quel maniere estes si os [si osé], Qu'entour vos cols portés ces os [reliques] [GUI DE CAMBRAI, Barl. et Jos. p. 138]
    N'estuet, distil, autre sens querre ; Nostre grant mere, c'est la terre ; Les pierres.... Certainement ce sunt les os [, la Rose, 17834]
  • XIVe s.
    Un hault coffret, carré, ouvré d'os, noir et blanc, en façon de quoy on faict les selles [DE LABORDE, Émaux, p. 419]
  • XVe s.
    Le coup descend sur la dextre espaulle si en parfond, qu'il luy couppe le maistre os, si que celluy ne se peut ayder du bras [, Perceforest, t. I, f° 89]
    Treuvent un os qu'il vont rongant ; Dont entre eulx mut [s'éleva] trop grant rios [querelle], Et se combatent rudement ; Deux chiens sont mauvais à un os [E. DESCH., Poésies mss. f. 367]
  • XVIe s.
    Commença à escrier à voix forte France, France, victoire, victoire ; ce qui met un tel froid aus os des Anglois que.... [BEAUGUÉ, Guerre d'Escosse, III, 7]
    Les dents sont du nembre des os [PARÉ, IV, 2]
    Qui a mangé le lard ronge l'os [COTGRAVE, ]
    Et la bouteille se cassant, elles disoient l'oyant casser : les ous se cassent [BEROALDE DE VERVILLE, Moyen de parvenir, dans JAUBERT, Gloss.]
    S'il advient d'avoir mal rencontré.... et que l'on aye prins plus d'os que de chair, l'on demoure miserable toute sa vie [CHARRON, Sagesse, I, 48]
    Par os en bouche se tait qui grouche [gronde] [LEROUX DE LINCY, Prov. t. II, p. 205]

ÉTYMOLOGIE

  • Berry, ous ; wallon, ohai ; namur. oucha ; Hainaut, oche ; provenç. os ; espagn. hueso ; ital. osso ; du lat. os, ossis (ossis, par assimilation, pour ostis) ; sanscrit, asthi. L'ancien français osses représente le pluriel ossa, et est du féminin comme c'est l'usage pour les noms formés de noms latins au neutre pluriel. L'espagnol et l'italien représentent une forme ossum. Enfin le wallon ohai représente un diminutif ossiculum.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

    OS. Ajoutez :
    Os verts, os provenant des boucheries et qu'on soumet à la cuisson pour en retirer la gélatine et la graisse.

os

OS. (L'S ne se prononce pas au pluriel.) n. m. Partie dure et solide qui forme la charpente du corps de l'homme et des animaux vertébrés. La jointure, l'emboîture de l'os. La moelle des os. Les os de la jambe, du bras, de la tête. L'os de la hanche. La fracture d'un os. On extrait la gélatine des os par des procédés chimiques. Un couteau à manche d'os.

En termes de Boucherie, Viande vendue avec os, sans os. Os à moelle, Os que l'on fait cuire avec la viande dans le pot-au-feu et qui contient de la moelle.

Fig. et fam., En chair et en os, En propre personne. C'est lui-même en chair et en os.

Fig. et fam., Il n'a que la peau et les os, il a la peau collée sur les os, les os lui percent la peau, Il est très maigre.

Fam. et par exagération, Il est transpercé, mouillé jusqu'aux os, Il est extrêmement mouillé par l'eau qui est tombée sur lui.

Fam. et par exagération, Casser, rompre, briser les os à quelqu'un, Le battre cruellement.

Fig. et fam., Cet homme ne fera pas de vieux os, Il mourra jeune ou Il ne tardera pas à mourir.

Fig. et fam., Il y laissera ses os se dit de Quelqu'un qui va ou qui est allé dans un pays d'où l'on croit qu'il ne reviendra pas.

Fig. et fam., Donner un os à ronger à quelqu'un, Lui concéder quelque léger avantage, afin de se délivrer de ses importunités. Il avait des prétentions exagérées; on lui a donné un petit emploi : c'est un os à ronger.

Fig. et fam., Voilà bien des chiens après un os, Il y a beaucoup de personnes pour se disputer le même profit.

Fig., Extraire la moelle de l'os, Tirer d'une chose ce qu'elle contient de plus important, de plus avantageux.

Jusqu'à la moelle des os, Profondément. Le froid l'a pénétré jusqu'à la moelle des os.

Il s'emploie figurément et familièrement, dans la même signification, au sens moral. Avare jusqu'à la moelle des os.

Par analogie, Os de seiche, Partie calcaire qui forme l'armature du corps de la seiche et sur laquelle les oiseaux en cage aiguisent leur bec.

os

OS. n. m. T. de Vénerie. Chacun des ergots du cerf, sur lesquels cet animal ne porte que lorsqu'il court. Dès que le cerf fuit, il donne des os en terre.

os

Os, m. Est pur Latin, Os ossis.

L'os de la teste, Cranos, siue Cranium.

L'os de la jambe, Tibia.

Descharner les os, Exuere ossa.

Rompre les os, ou les oster, Exossare.

Qui est d'os, Osseus.

Qui est sans os, Exos.

ôs


ÔS, s. m. [Prononc. au sing. ôs, et devant une voy. ôz: au plur. les ôs: souvent on ne prononce pas l's finale: l'o est long: il est bon de le marquer d'un acc. circonfl.] Partie du corps de l'animal, laquelle est dûre, solide, destituée de sentiment, et qui sert à atacher, à soutenir les aûtres parties. "L'ôs de la jambe: les ôs de la tête, du bras, etc. = On dit aussi, ôs de sèche, de baleine; quoiqu' on se serve du mot arrête pour les autres poissons.
   ÔS entre dans plusieurs expressions du st. fig. famil. On dit d'une persone extrêmement maigre, que les ôs lui percent la peau, ou qu'il n'a que la peau sur les ôs; ou qu'il a la peau collée sur les ôs. — Il y a trop de chiens aprês un ôs: trop de gens se mêlent de ce comerce. — Jamais à un bon chien il ne vient un bon ôs: les plus habiles et les plus laborieux sont souvent les plus mal partagés ou récompensés. — Jeter un ôs à un chien, pour le faire taire: faire des présens à quelqu'un, pour l'empêcher de parler. — Doner un ôs à ronger à quelqu'un: lui susciter une afaire qui lui done de l'embârrâs. L'Acad. dit laisser en ce sens; et doner, pour dire, lui faire quelque légère grâce pour l'amuser et se délivrer de ses importunités. = * En avoir une, qui tient à l'ôs: expression provençale: être vivement piqué ou fâché de quelque chôse qui nous a déplu ou ofensé. C'est un vrai barbarisme d'expression.

Synonymes et Contraires

os

nom masculin os
Familier. Ce qui fait problème.
accroc, difficulté, ennui, obstacle, pierre d'achoppement -familier: enquiquinement, pépin -populaire: emmerdement.
Traductions

os

Knochen, Gebein, Bein, Osbonebeen, bot, knok, schonk, bout, kluif, graatגרם (ז), עצם (נ), גֶּרֶם, עֶצֶםbeenoskostknogle, benκόκκαλο, οστό, κόκαλοostohuesoluucsontossobeinosso, ossaosben, beinkośćossoosкостьbenmfupakemikعَظْمَةkostกระดูกxương骨头 (ɔs)
nom masculin pluriel os (o)
chacune des parties dures du corps

OS

[oɛs] abr nm = ouvrier spécialisé

os

[os] (pl) [ɔs, o] nm
bone
la maladie des os de verre → brittle bone disease
sans os (viande)off the bone, boned
os à moelle → marrowbone
n'avoir que la peau sur les os → to be skin and bone
ne pas faire de vieux os → not to last long
(= problème, hic) → snag
tomber sur un os → to hit a snag