oseraie

oseraie

n.f.
Lieu planté d'osiers.

OSERAIE

(o-ze-rê) s. f.
Lieu planté d'osiers.

HISTORIQUE

  • XIVe s.
    Le courtil, ensemble l'ozeri de la ditte maison, contenant environ un arpent [DU CANGE, ozillarium.]
  • XVIe s.
    Qu'aux lieux bas soient estangs, saussaies, peuplaies, tremblaies, aunaies, ozeraies et semblables bois aquatiques [O. DE SERRES, 16]
    Vignes, prez, jardins, saulsois, ozerois [, Coust. génér. t. I, p. 529]

ÉTYMOLOGIE

  • Osier, et la terminaison aie qui répond à la terminaison latine etum ; par exemple : salicetum, saussaie, etc. Berry, ouserie ; bas-lat. osariae, et ausariae, IXe siècle, dans le Polyptique d'Irminon, GUÉRARD, I, 733.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

  • OSERAIE. - HIST. Ajoutez : XIIIe s.
    Sor la riviere a une arbroie De viones et d'ossoroie [, Romania, oct. 1872, p. 432, V. 461]

oseraie

OSERAIE. n. f. Lieu planté d'osiers.

ôseraie


ÔSERAIE, s. f. ÔSIER, s. m [Richelet écrit ozeraie, ozier: ce sont des faûtes. Dict. d'Ortogr. — Prononc. ôzerè, ô-zié: 1re lon. 2e e muet au 1er, é fer. au 2d; 3e ê ouvert et long au 1er.] Ôsier, arbrisseau dont les jets sont fort pliants et propres à lier, etc.
   D'un osier recourbé la vigueur expirante,
   Soutenoit sur un arbre une tasse pesante.
       Marin, 6e Écl. de Virg.
= Ôseraie, lieu planté d'ôsiers. = On dit proverbialement, d'un homme souple, acomodant, pliant comme l'ôsier; et de celui qui est sans dissimulation: franc comme l'ôsier.