ost

ost

ou

host

[ ɔst] n.m. [ du lat. hostis, ennemi ]
À l'époque féodale, armée.

OST

(ost' ; la tradition de ce mot s'est perdue ; les grammairiens disent de prononcer toutes les lettres ; mais l'ancienne prononciation était ô) s. m.
Terme vieilli qui signifie armée.
Apollon, irrité contre le fier Atride, Joncha son camp de morts ; on vit presque détruit L'ost des Grecs ; et ce fut l'ouvrage d'une nuit [LA FONT., Fabl. XI, 3]
L'ost du peuple bêlant crut voir cinquante loups ; Chien, berger et troupeau, tout fuit vers le village [ID., ib. XII, 9]
La mer fit rempart aux Hébreux, Noyant les peuples ténébreux De l'ost aux têtes sacriléges [ID., Poésies mêlées, LXXIV]
Voilà la guerre : on n'essaye, on n'ose jamais assez ; l'ost ignore ce que fait l'ost ; les avant-postes sont les dehors de ces deux grands corps ennemis ; c'est par là qu'ils s'en imposent [SÉGUR, Hist. de Napol. IX, 5]

HISTORIQUE

  • XIe s.
    En Saragoce menez vostre ost banie [garnie de banières] [, Ch. de Rol. XI]
  • XIIe s.
    À icest mot toute l'os s'arouta [, Roncisv. p. 96]
    Car nous lui faudrons tuit, s'en irons de cest host [, Sax. XVII]
  • XIIIe s.
    Moult fu li os bel et de bones gens [VILLEH., 33]
    Et aussi s'il sont semons por l'ost le conte ou por l'ost le roi, es quix os [dans lesquelles troupes] lor segneur les poent mener [BEAUMANOIR, II, 10]
  • XVe s.
    Il se logea une nuit, et toute son ost [FROISS., I, I, 162]
  • XVIe s.
    On dit en commun proverbe que, si l'host sçavoit ce que fait l'host, l'host defferoit l'host [M. DU BELLAY, 81]
    Ayant descouvert le hot de M. d'Anghien [CARL., I, 42]
    Il fut deffait et pris par un gros hot de cavalerie italienne [ID., I, 44]
    Il y eust eu encore sept gros hocs et bastillons ordonnés en quarré et en triangle, pour combattre tous ensemble accompagnés chacun d'un prince pour leur donner hardiesse [PARÉ, t. III, p. 706]

ÉTYMOLOGIE

  • Picard, ost, prononcé o, troupeau ; prov. host, ost ; anc. esp. hoste ; esp. moderne, hueste ; ital. oste ; du lat. hostis, ennemi, et qui se trouve avec le sens d'armée déjà dans les lois barbares (voy. HOSTILE).

ost

OST. s. m. Armée. Il est vieux, et n'est plus en usage qu'en ce proverbe, Si l'ost savoit ce que fait l'ost, l'ost battroit l'ost, qui veut dire, que Si un Général savoit l'état, les desseins, les démarches de son ennemi, il lui seroit facile de le vaincre.

ost

Ost, m. Signifie ce que Exercitus Latin, et part de cet autre mot Latin Hostis, qui signifie ennemy guerroyant, en plus grande energie que n'est Inimicus. Ores que le François par ce mot ennemy, entend aussi l'ennemy de guerre. L'Italien en pareille signification dit Hoste, et l'Espagnol Hueste, pour une Armée. Et le traducteur Italien de la guerre d'Attila, dit aussi Hosteggiare, pour guerroyer et marcher avec armée contre aucun pour le conquerre, comme si pour ce mesmes on disoit en François ostoyer, Bellum gerere, In expeditionem proficisci. Ainsi Ricordano Malespini en son histoire de Florence dit, Venir à hoste, et Andar à hoste, et far hoste, pour guerroyer. Et selon son extraction il le fauldroit aspirer ainsi Host, comme, Il l'est en la loy Salique d'ordinaire, voyez Ostage.

Faire marcher son ost et son armée contre les Sabins, Ducere exercitum in Sabinos.

L'ost de l'un est tout au devant de l'autre, Vterque vtrique est exercitus in conspectu.

Mettre son ost en garnison en Brunduse, Imponere exercitum Brundusij.

L'ordonnance d'un ost, Exercitus instructio.

Un ost dont il n'y a eu personne tué, Exercitus integer.

ost


*OST, s. m. Armée. Vieux mot, employé par La Fontaine, dans la Fable du Loup et du Renard.
   L'Ost du peuple bélant crut voir cinquante Loups.