ostentation

(Mot repris de ostentations)

ostentation

n.f. [ lat. ostentatio, de ostendere, montrer ]
Attitude de qqn qui cherche à se faire remarquer ; étalage prétentieux d'un avantage, d'une qualité : Il rit avec ostentation affectation, outrance ; discrétion

ostentation

(ɔstɑ̃tasjɔ̃)
nom féminin
mise en avant d'un avantage, d'une qualité Il étale sa fortune devant tout le monde avec ostentation.

OSTENTATION

(o-stan-ta-sion ; en vers, de cinq syllabes) s. f.
Excès dans la manière de faire valoir quelque titre, quelque possession, quelque action ou quelque qualité.
Elle enseigne à ranger tes sens sous ta puissance, à bannir de tes actions L'orgueil des ostentations, Et le fard de la complaisance [CORN., Imit. III, 54]
Quant au général [Annibal], il fut admiré de Scipion, qui, au milieu de la gloire, semblait porter envie à la capacité du vaincu ; et le vaincu, dont l'humeur était assez éloignée des vaines ostentations, crut toujours avoir quelque supériorité dans la science de la guerre [ST-ÉVREM., Réfl. sur les div. génies du peuple romain, VII]
Ces sortes de parures sont justement faites pour des gens de la naissance et de la dignité de M. de Grignan ; et vous dites une vraie sentence, en disant que l'ostentation des personnes modestes n'offense point l'orgueil des autres [SÉV., 22 juin 1689]
Il faut éviter l'ostentation comme la perte des bonnes œuvres [BOSSUET, Médit. sur les Évang. Sermon sur la montagne, 28e jour.]
Nous ne voyions en Madame [mourante] ni cette ostentation par laquelle on veut tromper les autres, ni ces émotions par lesquelles on se trompe soi-même [ID., Duch. d'Orl.]
Quand Tertullien dit aux gentils que les chrétiens pouvaient se faire craindre à l'empire autant du moins que les Parthes et les Marcomans si leur religion leur permettait de se faire craindre à leurs souverains et à leur patrie, si c'était une expression forte et vigoureuse, ce n'était pas une vaine ostentation [BOSSUET, 5e avert. 16]
J'oserai vous dire, nos chers frères, qu'il y a plus d'ostentation que de vérité dans la fréquente allégation de l'Écriture où vos ministres vous portent [ID., 1re instr. pastor. 43]
Je n'estime pas que l'on puisse donner une idée plus juste de l'ostentation, qu'en disant que c'est dans l'homme une passion de faire montre d'un bien ou des avantages qu'il n'a pas [LA BRUY., Théophr. XXIII]
L'on peut s'enrichir dans quelque art, ou dans quelque commerce que ce soit, par l'ostentation d'une certaine probité [ID., VI]
Où est ici la bonne foi, cette équité dont vous faites tant d'ostentation dans vos démarches envers les hommes ? [MASS., Carême, Mot. de conv.]
Jamais de ces ostentations si indécentes au sexe surtout, de ces étalages vulgaires d'incrédulité.... [ID., Or. fun. Madame.]
Tous ces discours d'ostentation qui ne sont plus regardés que comme une partie des cérémonies qui passent en un jour [VOLT., Éloge fun. Louis X]
Il fit cela de lui à moi, sans ostentation, sans prétention, sans bruit, et, si je n'en avais parlé le premier à tout le monde, personne n'en aurait rien su [J. J. ROUSS., Conf. X]
Si le pouvoir exécutif n'est qu'un meuble d'ostentation, il est trop cher ; si ce pouvoir est nécessaire au maintien de l'ordre, craignons de l'énerver [MIRABEAU, Collection, t. II, p. 261]

HISTORIQUE

  • XVIe s.
    Il leur deffendit expressement de n'en rien faire, et que telles ostentations [pompes] ne luy estoient nullement agreables [CARL., X, 17]
    Je supplie très humblement ceux auxquels les Muses ont inspiré leurs faveurs, de n'estre plus latineurs ny grecaniseurs, comme ils sont plus par ostentation que par devoir [RONS., 591]
    J'estudiai jeune pour l'ostentation ; depuis, un peu pour m'assagir [MONT., III, 290]

ÉTYMOLOGIE

  • Lat. ostentationem (voy. OSTENTATEUR).

ostentation

OSTENTATION. n. f. Affectation de montrer quelque qualité ou quelque avantage dont on veut faire parade. Vaine ostentation. À quoi bon toute cette ostentation? Il y a de l'ostentation dans tout ce qu'il fait. Faire ostentation de ses richesses, de sa fortune. Les pharisiens faisaient leurs bonnes oeuvres par ostentation. Sa générosité n'est que de l'ostentation.

ostentation


OSTENTATION, s. f. [Ostanta-cion, en vers ci-on: 2e lon.] Montre afectée de ce dont on tire vanité. "Vaine ostentation. "Cet homme est plein d'ostentation. "Il y a en tout cela plus d'ostentation que de vraie générosité.

Synonymes et Contraires

ostentation

nom féminin ostentation
Étalage indiscret.
affectation, bravade, étalage, fanfaronnade, mise en scène, orgueil -familier: esbroufe, fla-fla -littéraire: jactance -populaire: épate.
Traductions

ostentation

ראווה (נ), ראוותנות (נ)

ostentation

επίδειξη

ostentation

ostentazione

ostentation

[ɔstɑ̃tasjɔ̃] nfostentation
faire ostentation de → to parade, to make a display of