oublier

(Mot repris de oubliée)

oublier

v.t. [ lat. oblitare ]
1. Ne plus savoir qqch ; être incapable de se remémorer qqch : J'ai oublié le nom du village où ils vivent retenir se rappeler, retrouver
2. Ne pas se souvenir de qqch par un défaut d'attention : J'avais oublié qu'il devait venir. Nous avons oublié d'envoyer des fleurs négliger, omettre ; penser à
3. Laisser qqch quelque part, ne pas le prendre par manque d'attention : J'ai oublié ma bague sur le lavabo. Rapportez les médicaments inutilisés sans oublier les emballages vides.
4. Ne plus être préoccupé par qqch : Cette soirée lui fera oublier ses problèmes revivre, revoir
5. Ne plus s'occuper de qqn ; cesser de penser à qqn, à qqch : Le peuple n'oublie pas ses héros se désintéresser de ; commémorer, honorer délaisser ; s'inquiéter de
6. Ne pas tenir compte de qqch ; manquer à une obligation : Elle n'a pas oublié l'aide que vous lui avez apportée méconnaître ; reconnaître faillir à ; observer, respecter, suivre
7. Sout. Pardonner : Il n'oubliera pas ce qu'on lui a fait.
Oublier l'heure,
ne pas prêter attention à l'heure et se mettre ainsi en retard.

s'oublier

v.pr.
1. Disparaître de la mémoire : Ces mésaventures s'oublieront vite.
2. Faire abnégation de ses intérêts : Elle s'est oubliée dans le partage.
3. Manquer aux convenances ; commettre une incongruité.
4. Fam. Faire ses besoins mal à propos : Le chat s'est oublié sur le paillasson.
Ne pas s'oublier,
(Par plaisanterie) être très attentif à ses intérêts : Ils ne se sont pas oubliés dans les promotions.

oublier


Participe passé: oublié
Gérondif: oubliant

Indicatif présent
j'oublie
tu oublies
il/elle oublie
nous oublions
vous oubliez
ils/elles oublient
Passé simple
j'oubliai
tu oublias
il/elle oublia
nous oubliâmes
vous oubliâtes
ils/elles oublièrent
Imparfait
j'oubliais
tu oubliais
il/elle oubliait
nous oubliions
vous oubliiez
ils/elles oubliaient
Futur
j'oublierai
tu oublieras
il/elle oubliera
nous oublierons
vous oublierez
ils/elles oublieront
Conditionnel présent
j'oublierais
tu oublierais
il/elle oublierait
nous oublierions
vous oublieriez
ils/elles oublieraient
Subjonctif imparfait
j'oubliasse
tu oubliasses
il/elle oubliât
nous oubliassions
vous oubliassiez
ils/elles oubliassent
Subjonctif présent
j'oublie
tu oublies
il/elle oublie
nous oubliions
vous oubliiez
ils/elles oublient
Impératif
oublie (tu)
oublions (nous)
oubliez (vous)
Plus-que-parfait
j'avais oublié
tu avais oublié
il/elle avait oublié
nous avions oublié
vous aviez oublié
ils/elles avaient oublié
Futur antérieur
j'aurai oublié
tu auras oublié
il/elle aura oublié
nous aurons oublié
vous aurez oublié
ils/elles auront oublié
Passé composé
j'ai oublié
tu as oublié
il/elle a oublié
nous avons oublié
vous avez oublié
ils/elles ont oublié
Conditionnel passé
j'aurais oublié
tu aurais oublié
il/elle aurait oublié
nous aurions oublié
vous auriez oublié
ils/elles auraient oublié
Passé antérieur
j'eus oublié
tu eus oublié
il/elle eut oublié
nous eûmes oublié
vous eûtes oublié
ils/elles eurent oublié
Subjonctif passé
j'aie oublié
tu aies oublié
il/elle ait oublié
nous ayons oublié
vous ayez oublié
ils/elles aient oublié
Subjonctif plus-que-parfait
j'eusse oublié
tu eusses oublié
il/elle eût oublié
nous eussions oublié
vous eussiez oublié
ils/elles eussent oublié

OUBLIER

(ou-bli-é) , j'oubliais, nous oubliions, vous oubliiez ; que j'oublie, que nous oubliions, que vous oubliiez v. a.
N'avoir pas souvenir de. N'oubliez pas que je vous attends.
En écrivant ma pensée, elle m'échappe quelquefois ; mais cela me fait souvenir de ma faiblesse, que j'oublie à toute heure ; ce qui m'instruit autant que ma pensée oubliée, car je ne tends qu'à connaître mon néant [PASC., Pens. VI, 48]
Qu'il n'y avait sans formalité qu'à vous dire ses intentions, et que vous iriez encore au delà et suppléeriez de vous-même à tout ce qu'il pourrait avoir oublié [BOSSUET, Louis de Bourbon.]
Elle [la vérité] est dans les consciences, je dis même dans les consciences des plus grands pécheurs ; mais elle y est souvent oubliée [ID., Sermons, Prédicat. 2]
Et mes coursiers oisifs ont oublié ma voix [RAC., Phèdre, II, 2]
Lasse de vains honneurs, et me cherchant moi-même, Aux pieds de l'Éternel je viens m'humilier, Et goûter le plaisir de me faire oublier [ID., Esth. I, 1]
De ce couple perfide J'avais presque oublié l'attentat parricide [ID., ib. II, 3]
Avez-vous bien promis d'oublier ma mémoire ? [ID., Bérén. v, 5]
Moins de cent quarante ans après, Archimède était déjà si parfaitement oublié de ses citoyens malgré les grands services qu'il leur avait rendus, qu'ils niaient qu'il fût enterré à Syracuse [ROLLIN, Hist. anc. Œuvr. t. X, p. 101, dans POUGENS]
Il n'y a pas grand mal à être oublié, c'est même souvent un bonheur ; le mal est d'être persécuté [VOLT., Lett. Marmontel, 29 sept. 1772]
Oublier si vite ce qu'on a aimé, c'est flétrir le passé au moins autant que l'avenir [STAËL, Corinne, XVII, 3]
Il a peur que je n'oublie mon nom, c'est-à-dire il m'appelle sans cesse.
Madame Perrinelle par-ci, madame Perrinelle par-là : elle a peur que j'oublie mon nom, je pense [DANCOURT, les Vac. SC. 9]
Fig. Il a oublié la commission, il a négligé de la faire et il a gardé l'argent. Avec un infinitif, oublier prend la préposition de.
Je n'oublierai jamais d'avoir vu beaucoup pleurer une petite fille qu'on avait désolée avec la fable du loup et du chien [J. J. ROUSS., Émile, II]
Familièrement. Il a oublié d'être bête, se dit d'une personne qui est loin de manquer d'intelligence. Absolument. Il apprend facilement et il oublie de même.
On oublie trop et trop vite [VOLT., Dict. phil. Arrêts notables.]
Ne pas songer à.
Il vaut mieux que nous oubliions le passé [SÉV., 129]
Si j'aime encor Thésée, oublié-je qu'il fuit ? [TH. CORN., Ariane, V, 5]
Que deux cœurs unis sont heureux D'oublier le reste du monde ! [QUIN., Rol. III, 2]
Vouloir oublier quelqu'un, c'est y penser [LA BRUY., IV]
Le meilleur parti qu'on puisse prendre contre la calomnie, c'est de l'oublier [VOLT., Lett. l'évêque d'Annecy, 15 avr. 1768]
J'oublie aisément mes malheurs, mais je ne puis oublier mes fautes, et j'oublie encore moins mes bons sentiments [J. J. ROUSS., Conf. VII]
Oublier l'heure, laisser passer l'heure où l'on avait quelque chose à faire. Oublier l'heure, les heures, perdre le sentiment du temps en quelque occupation agréable. On oublie l'heure, les heures à lire, à jouer. Oublier de, avec un infinitif, manquer à quelque chose par défaut de mémoire.
Je crois que vous n'avez pas oublié aussi d'écrire ou de faire faire un compliment par M. d'Hacqueville à Mme et à M. de Lavardin [SÉV., 16 août 1671]
Oublier à, même sens.
J'oubliais à vous dire que.... [VOIT., Lett. 167]
J'oubliais à remarquer que la prison où je mets Égée est un spectacle désagréable que je conseillerais d'éviter [CORN., Médée, Examen.]
On n'avait point oublié à délibérer sur la principale occupation de l'Académie, sur ses statuts et sur les lettres qu'il fallait pour son établissement [PELLISSON, Hist. de l'Acad. I]
J'ai oublié à vous dire qu'il y a des Escobar de différentes impressions [PASC., Prov. VIII]
J'oubliai inhumainement, contre l'ordinaire des grand'mères, à vous parler de ma petite d'Aix [SÉV., 1680]
Je crois que vous n'avez pas oublié à remercier Dieu [ID., 16 août 1671]
Oublier à, se dit ou plutôt s'est dit (car cette locution vieillit) pour perdre l'habitude de quelque chose. Si vous ne lisez jamais, vous finirez par oublier à lire.
Le trouble de vos sens dont vous n'êtes plus maître Vous a fait oublier, seigneur, à me connaître [CORN., Sophon. IV, 5]
Laisser par inadvertance. Il a oublié sa canne.
Omettre, ne pas faire mention de. Il a oublié une citation importante.
Rendait-il compte d'une bataille, il n'oubliait rien, sinon que c'était lui qui l'avait gagnée [FLÉCH., Turenne.]
Négliger.
Pour elle contre vous qu'ai-je oublié de faire ? [TH. CORN., Ariane, I, 4]
L'Égypte n'oubliait rien pour polir l'esprit, ennoblir le cœur, et fortifier le corps [BOSSUET, Hist. III, 3]
Je voudrais qu'elle [une affaire] fût perdue, à condition que celles de Jouarre prissent fin ; je n'y oublierai rien [ID., Lett. abb. 61]
Ils [les Romains] n'oublièrent rien pour avoir des chevaux numides, des archers crétois, des frondeurs baléares, des vaisseaux rhodiens [MONTESQ., Rom. 2]
Laisser de côté. Il oubliait sa grandeur.
Vous avez oublié vos plus justes prétentions, quand il a fallu donner des marques de votre zèle et de votre foi [BOURDAL., Myst. Résurrect. de J. C. t. I, p. 362]
Manquer à, se mettre hors.
M. de Pompone n'était pas de ces ministres sur qui une disgrâce tombe à propos, pour leur apprendre l'humanité, qu'ils ont presque tous oubliée [SÉV., 22 nov. 1679]
On avait oublié pour ces étrangers jusqu'à cette politesse singulière qui distingue notre nation [FLÉCH., Lamoignon.]
On se plaint qu'oubliant son sang et sa promesse, Il élève en sa cour l'ennemi de la Grèce [RAC., Andr. I, 1]
Tes prières m'ont fait oublier mon devoir [ID., Phèdre, IV, 6]
Ne point conserver de reconnaissance.
Oui, je vous ai promis et j'ai donné ma foi De n'oublier jamais tout ce que je vous doi [RAC., Bajaz. III, 5]
Oublie tous mes services passés, regarde-moi comme un traître, et punis-moi de tous les crimes que je n'ai pu empêcher [MONTESQ., Lett. pers. 159]
Ne point garder de ressentiment.
Dans des fautes si sincèrement reconnues et dans la suite si glorieusement réparées par de fidèles services, il ne faut plus regarder que l'humble reconnaissance du prince qui s'en repentit, et la clémence du grand roi qui les oublia [BOSSUET, Louis de Bourbon.]
Le bonheur de te voir me fait tout oublier [VOLT., Adelaïde, II, 2]
Absolument.
Fontenelle, qui, par modération ou par prudence, ne se vengeait jamais et se plaignait rarement, oubliait encore moins [D'ALEMB., Éloges, Despréaux.]
En parlant des personnes, négliger quelqu'un, ne pas agir envers lui comme on le devrait.
Il est vrai qu'on oublie bientôt les gens qui se sont dépouillés [FÉN., Dial. des morts mod. X]
Par forme de reproche obligeant. Vous ne venez plus nous voir, vous nous oubliez. N'oubliez pas les pauvres, les malades, les besoins de l'église, espèce de formule qui s'emploie à l'église, quand on quête pour les pauvres, pour l'œuvre, pour les besoins de l'église.
Oublier qui l'on est, se méconnaître, vouloir, par orgueil, s'élever au-dessus de sa condition. On dit aussi : vous oubliez qui je suis, c'est-à-dire vous n'avez pas pour moi les égards que vous me devez.
Agamemnon : Oubliez-vous ici qui vous interrogez ? - Achille : Oubliez-vous qui j'aime et qui vous outragez ? [RAC., Iphig. IV, 6]
10° S'oublier, v. réfl. Perdre le souvenir de soi-même.
De cette étude opiniâtre Quel charme le rend idolâtre ? C'est qu'il s'oublie, et c'est assez [LAMOTTE, Odes, t. I, p. 284, dans POUGENS]
Ah ! vous pleurer est le bonheur suprême, Mânes chéris de quiconque a des pleurs ; Vous oublier c'est s'oublier soi-même : N'êtes-vous pas un débris de nos cœurs ? [LAMART., Harm. II, 1]
11° Être oublié.
Cette affaire me parut si médiocrement bonne, que je souhaitai qu'elle s'oubliât tout à fait [STAAL, Mém. t. III, p. 171]
Il [un scandale] fut bientôt oublié, comme tout s'oublie [VOLT., Dict. phil. Ordination.]
Malesherbes, Turgot, ô vous en qui la France Vit luire hélas ! en vain, sa dernière espérance, Ministres dont le nom ne s'est point oublié [A. CHÉN., Hymne à la France.]
12° Ne plus penser à l'heure, à ce qu'on fait.
Heureux cent fois l'auteur avec qui l'on s'oublie ! [LAMOTTE, Odes, t. I, p. 335, dans POUGENS]
Ils s'oublient quelquefois chez Mlle l'Espinasse [MARMONTEL, Mém. VII]
Mais je m'oublie tout en causant ; il est midi ; j'ai vingt personnes à déjeuner qui doivent être arrivées à présent [GENLIS, Théât. d'éduc. l'Enfant gâté, I, 1]
13° Perdre le souci, le soin de soi-même.
Absorbé tout en toi par un parfait amour, Je m'oublierai moi-même et fuirai tout le reste [CORN., Imit. IV, 13]
Que dis-je ? en ce moment mon cœur hors de lui-même S'oublie et se souvient seulement qu'il vous aime [RAC., Bérén. IV, 5]
Il faut s'oublier entièrement quand on veut instruire les hommes, et n'avoir en vue que la vérité [VOLT., Dict. phil. Esséniens.]
Particulièrement. Négliger le soin de ses propres intérêts. Il ne s'est pas oublié.
Et je dois d'autant moins oublier sa vertu, Qu'elle-même s'oublie [RAC., Esth. II, 3]
Il s'oublie lui-même pour se sacrifier au bien public [FÉN., Tél. V]
Nous avons oublié M. Abauzit ; ah ! dites, méchant ami ! cet homme respectable qui passe sa vie à s'oublier soi-même, doit-il être oublié des autres ? [J. J. ROUSS., Lett. à M. Vernes, Correspondance, t. V, p. 36, dans POUGENS.]
14° Faire avec négligence.
Si le peintre ne se fût pas oublié dans le petit paysan, les raisins n'eussent pas eu ce succès prodigieux [FONTEN., Athénaïs.]
15° Manquer à ce que l'on doit aux autres ou à soi-même.
Une grande princesse à ce point s'oublier, Que d'admettre en son cœur un simple cavalier ! [CORN., Cid, I, 3]
David s'oublie pour un peu de temps [BOSSUET, Hist. II, 4]
Le roi blâma le premier président en le taxant d'impertinent qui s'oubliait [SAINT-SIMON, 110, 188]
Dès qu'on a oublié la dignité de son état, on s'oublie bientôt soi-même [MASS., Confér. Man. dont les clercs doivent se cond. dans le monde]
Sortez, Lucinde ; quand de grands seigneurs s'attachent à de petites créatures comme vous, elles ne doivent pas pour cela s'oublier [LESAGE, Gil Bl. liv. V, ch. 1]
À cet indigne mot je m'oublierais peut-être [VOLT., Adél. du Guesclin. II, 2]
Il s'oublia jusqu'à présenter un mémoire au sénat pour me faire arrêter [J. J. ROUSS., Confess. VII]
16° Devenir vain, orgueilleux. Les parvenus s'oublient aisément.
Il faut s'oublier soi-même pour cela [les grandeurs], et croire qu'on a quelque excellence réelle au-dessus d'eux [les inférieurs] [PASC., Condition des grands, I]
L'esprit dans ce nectar heureusement s'oublie : Chapelain veut rimer, et c'est là sa folie [BOILEAU, Sat. IV]
Les ennemis offensés de sa gloire.... En leur fureur de nouveau s'oubliant [RAC., Poés. div. Idylle sur la paix.]
Polyphonte, abusant de mon triste destin, Ose enfin s'oublier jusqu'à m'offrir sa main [VOLT., Mérope, II, 1]
17° On a dit, dans le XVIIe siècle, s'oublier de, ne plus songer à, emploi qui a vieilli.
De mon propre néant jamais ne m'oublier [CORN., Imit III, 21]
Et, s'oubliant de ce qu'il est en lui-même, il [un grand, flatté] se va chercher dans les discours des autres, et s'imagine être tel que la flatterie le représente [BOSSUET, Sermons, Honneur du monde, 2]
Que les sciences humaines s'oublient de leur dignité, jusqu'à n'avoir plus d'usage que dans le commerce, ce n'est pas à moi, chrétiens, de le déplorer dans cette chaire [ID., Panég. sainte Cather.]
On a dit aussi dans le même sens : s'oublier que.
La bravoure l'a emporté sur la prudence, et l'on s'est oublié que l'on était capitaine pour faire le métier de soldat [FLÉCH., Réflex. sur les diff. caract. des hommes, 1]

PROVERBES

  • Il n'oublie pas ses mains, se dit d'un homme qui vole ou qui exige.
  • Est bien fou qui s'oublie, c'est-à-dire c'est une folie de ne pas songer à soi.

HISTORIQUE

  • XIe s.
    L'enseigne [de] Charle n'i devons ublier [, Ch. de Rol. X]
  • XIIe s.
    Geofroiz d'Anjou ne s'est pas oblié [n'a pas oublié ce qu'il avoit à faire] [, Ronc. p. 166]
    Quant jà pour riens qui soit née N'oublierai ceste honor [, Couci, I]
    Pour ce n'ai-je mie oublié à aimer bien et loiaument [, ib. p. 121]
    ....Baudoin, garde-toi ; Trop te puez oblier avec fame de roi [, Sax. I, p. 120]
    E à un hospital à dous liwes de là, à heberchier les povres li reis ne s'ublia ; Kar de rente à cel liu par an cent sols dona [, Th. le mart. 159]
  • XIIIe s.
    Et Symons passe avant [s'avance], mie ne s'oublia [, ib. CXXXI]
    Diex, qui n'oublie pas les siens [, Chr. de Rains, p. 43]
    Et por la joie convient lors Que li cuers oblit ses dolors, Et les tenebres où il iere [était] [, la Rose, 2754]
    Je vous avoie oublié à dire que, quant le comte de Japhe fu descendu, il fist tendre ses paveillons [JOINV., 215]
  • XVe s.
    Car je voy bien, qui aime à tart oublie [E. DESCH., Poésies mss. f° 366]
    Allez, n'oubliez pas à boire, Si vous trouvez Martin garant [, Patelin]
    En cette compaignie ne s'oublia pas le bon Bouciquaut, qui moult envis eust demeuré derriere [, Bouciq. I, 11]
    Tout oublié devint, sa maladie luy osta la memoire [, Gerard de Nevers, p. 88, dans LACURNE]
    Les personnes qui en la place estoient, avoient comme tout oublyé leur memoire, car il ne leur souvenoit fors que ce qu'ilz veoient [, Perceforest, t. II, f° 117]
  • XVIe s.
    Au milieu des tormens, oubliant ma douleur, Je me resjouïray de voir vostre malheur [DU BELLAY, III, 74, verso.]
    Celles que forte amour a fait oublier [s'oublier] [MARG., Nouv. XLIX.]
    Je m'y plaisois, mais je ne m'y oubliois pas [MONT., III, 379]
    Il avoit ouï dire qu'il se falloit oublier pour le prochain [ID., IV, 150]
    Quand on les jette, comme on dit, avec les pechez oubliez [LANOUE, 149]
    Il s'en oublia [il oublia sa promesse] ou n'osa [CARL., III, 1]
    Encores s'oublierent ils d'ung merveilleux advantaige qu'ils avoient sur nous [ID., III, 22]
    Il s'oublia jusques à dire des paroles presomptueuses, et user de fieres menaces [AMYOT, Cat. d'Utiq. 37]
    S'ils ont envie de fourvoyer, qui les redressera ? s'ils s'oublient, qui les corrigera ? [ID., Mor. épît. 4]

ÉTYMOLOGIE

  • Bourg. obliai ; Berry, oblier, obelier ; provenç. oblidar ; espagn. olvidar ; ital. obbliare ; d'un verbe fictif oblitare, fait du supin oblitum, de oblivisci, oublier, qui vient de ob, et d'un radical liv que Corssen, Nachtr. p. 34, rattache à livor, livere, lividus ; oblivisci signifierait donc pâlir, s'obscurcir. HORACE, Odes, IX, 30, a dit lividas obliviones.

oublier

OUBLIER. v. tr. Perdre le souvenir de quelque chose. Je savais tout cela par coeur, je l'ai oublié. Oublier sa leçon. Vous avez oublié de venir ce matin. J'avais oublié de vous dire telle chose. J'ai oublié qu'il devait venir me chercher. Vous avez oublié votre commission. N'oubliez pas que je vous attends. Absolument, Il oublie aussi vite qu'il apprend.

Oublier l'heure, Laisser passer, par inattention, l'heure où l'on avait quelque chose à faire. J'avais un rendez-vous, j'ai oublié l'heure.

Se faire oublier, Détourner l'attention de soi-même, faire que les autres ne pensent plus à ce que l'on a fait.

Oublier qui l'on est, Se méconnaître; Vouloir s'élever par orgueil au-dessus de sa condition. Vous oubliez qui vous êtes. On dit aussi Vous oubliez qui je suis, Vous n'avez pas pour moi le respect, les égards que vous me devez.

OUBLIER signifie aussi Laisser quelque chose en quelque endroit, par inadvertance. Il a oublié ses gants, sa canne, son parapluie.

Il signifie aussi Omettre, manquer à faire mention de quelque chose dans un écrit, dans un discours. Vous avez oublié le titre de ce livre dans votre catalogue. Vous avez oublié son nom sur votre liste.

Il signifie aussi Négliger. Oublier le soin de sa fortune. Je n'ai rien oublié pour le persuader. On n'a rien oublié de tout ce qui pouvait lui être utile ou agréable.

Il signifie aussi Manquer à quelque obligation. Oublier ses devoirs. Oublier le respect, les égards qu'on doit à quelqu'un.

Il signifie aussi Ne point conserver de reconnaissance. Il a oublié tout ce que j'ai fait pour lui. Je n'oublierai jamais vos bienfaits. Je n'oublierai jamais ce que je vous dois.

Il signifie aussi Ne point garder de ressentiment. Il faut vous réconcilier et oublier tout ce qui s'est passé. Oublier une injure, une offense. Prions Dieu d'oublier nos fautes. J'oublie le passé, mais ne recommencez pas. J'oublie ses torts et je lui pardonne.

Il se dit souvent en parlant des Personnes et signifie Négliger quelqu'un, ne pas songer à lui, manquer à lui faire du bien dans une occasion qui se présente. Depuis qu'il a fait fortune, il oublie ses parents, ses amis. Il a des parents pauvres, qu'il oublie tout à fait. Comptez sur moi, je ne vous oublierai pas dans l'occasion. N'oublions pas les absents.

Il se dit aussi par forme de reproche obligeant. Vous ne venez plus nous voir, vous nous oubliez.

S'OUBLIER signifie Manquer à ce qu'on doit aux autres ou à soi-même. Se serait-il si fort oublié que de vous manquer de respect? Vous êtes-vous oublié jusqu'à ce point? Ce domestique s'est oublié au point de dire des injures à son maître. Familièrement, il se dit par euphémisme pour Commettre une incongruité.

Il signifie encore Ne pas être occupé de soi-même, négliger ses intérêts. S'oublier pour penser aux autres. Dans la répartition des bénéfices, il ne s'est pas oublié. C'est un homme qui soigne ses intérêts : il ne s'oublie jamais.

oublier

Oublier, Dare obliuioni, Obliuisci, Falli memoria, Ex memoria deponere.

Oublier et oster de sa pensée quelque soing, Dimittere curam ex animo.

Il ne peut oublier cela, Recusat hoc animo, Bud. ex Tacit.

J'ay oublié cela, Praeteriit me haec res, Excidit memoria.

Recueillir quelque chose sans rien oublier, Memoriter colligere.

Faire oublier une tristesse, Afferre obliuionem tristitiae.

J'ay tout à ceste heure oublié son nom, Deuoraui nomen imprudens modo, B. ex Plaut.

J'ay oublié de le dire, Oblitus sum dicere.

J'avoye oublié ces choses, Mihi ista exciderant.

Laquelle chose j'avoy toute oubliée, Quod totum effluxerat, Cic.

J'avoy oublié t'escrire de Cesar, De Caesare fugerat ad te rescribere.

Si j'oublie quelque chose, Vbi me effugerit quidpiam memoria.

Si ce n'est que j'en oublie quelque chose, Nisi si quae me forte fugiunt.

Qui oublie soudainement quelque chose, Obliuiosus.

Il ne faut point que le sage oublie les biens passez qu'on luy a faits, Bona praeterita non effluere sapienti oportet.

On dit qu'il oublie sa viande, Huic obliuionem cibi subrepere aiunt.

S'oublier soymesme et sortir hors de son sens, A sese discedere.

Qui a oublié, Oblitus.

Estre oublié, Venire in obliuionem.

Oubliant, Obliuiosus.

Synonymes et Contraires

oublier


oublier (s')

verbe pronominal oublier (s')
1.  Disparaître de la mémoire.
2.  Commettre une incongruité.
Traductions

oublier

vergessenforget, leave out, miss out, leave, scratch, overlookvergeten, afleren, verleren, verwaarlozenדילג על- (פיעל), השמיט (הפעיל), פרח לו מהראש, שכח (פ'), שָׁכַחvergeetoblidarglemmeforgesi, forrevi, mankigiolvidarlupa忘れる잊다glemmeuteglömma, glömmaunutmak忘记ξεχνώdimenticare, dimenticarsi, obliare, scordare, trascurareيَنْسَىzapomenoutunohtaazaboravitizapomniećesquecerзабывать, забытьลืมquên (ublije)
verbe transitif
1. ne plus souvenir de J'ai oublié son nom.
2. ne pas penser à qqch J'ai oublié d'acheter du pain.
3. laisser qqch quelque part, ne pas prendre avecsoi Il a oublié son sac.

oublier

[ublije] vt
[+ événement, date, détail] → to forget
oublier l'heure → to forget the time
oublier de faire qch → to forget to do sth
N'oublie pas de fermer la porte → Don't forget to shut the door.
(= ne pas voir) [+ erreurs] → to miss
(= ne pas mettre) [+ virgule, nom] → to leave out, to forget
(= laisser quelque part) [+ chapeau] → to leave, to leave behind
J'ai oublié mon sac chez Sabine → I left my bag at Sabine's. [ublije]
vpr/réfl → to forget o.s.
vpr/vi [enfant, animal] → to have an accident (euphémisme)