oublie

Recherches associées à oublie: oublier

oublie

n.f.
Anc. Gaufre mince, roulée en cylindre.

OUBLIE

(ou-blie) s. f.
Pâtisserie mince et de forme ronde ; l'oublie est ordinairement roulée en cylindre creux, et on lui donne le nom de plaisir quand elle a la forme d'un cornet.
Mais à condition qu'en son plus grand besoin On ne lui donnera que deux tranches de coing, Douze cornets d'oublies et deux verres d'eau claire [DANCOURT, Sancho Pança, V, 12]
Les statuts de ce métier prouvent qu'en 1397-1406, il y avait à Paris vingt-neuf oblayers qui pouvaient faire chacun, par jour, mille oublies de différentes espèces ; ils les débitaient dans les rues et les jouaient aux dés sur le coffret qui les contenait ; nous avons dans les marchands de macarons et de plaisirs les dernières lueurs de cet usage [DE LABORDE, Émaux, p. 421]
Fig. Faire l'oublie, se dit du linge mal apprêté dont les coins se roulent.
Oublie, la bulle lignaire qui porte ce nom, ainsi que ceux de gaufre roulée et papier roulé (coquille univalve).

HISTORIQUE

  • XIIe s.
    N'ot à l'autel que lui et Dieu qu'il sacrefie, Es mains tint le calisse et l'oublie à saisie [DE LABORDE, Émaux, p. 421]
  • XIIIe s.
    Niules, oublées, gibelés, Et pastés de vis [vifs] oiselés [, Fl. et Blanchefl. 3187]
  • XIVe s.
    Que nul ne puisse tenir ouvrouer ne estre ouvrier en la dicte ville de Paris ne ès forbours, se il ne scet faire en un jour au moins cinq cens de grans oublées, trois cens de supplication et deux cens d'estrées dudit mestier, bons et souffisans, et faire sa paste pour le dit ouvrage [DE LABORDE, Émaux, p. 421]
  • XVe s.
    Un coffin à oublies, d'argent blanc, fermant à clé, à la devise de Monseigneur et armoyé de ses armes [ID., ib. p. 421]
  • XVIe s.
    Fougasses, brassadeaux, tourtillons, biscuits, eschaudés, oublies, cachemuseaux, gasteaux, popelins, gaufres, petits-chous, etc. [O. DE SERRES, 825]

ÉTYMOLOGIE

  • Génev. oubli, s. m. ; provenç. oblia ; bas-lat. oblata, de oblatus, offert (voy. OBLATION), à cause que l'oublie était une sorte d'offrande que le vassal faisait à son seigneur.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

    OUBLIE. Ajoutez :
    Pain d'autel préparé pour être consacré à la messe (c'est le sens primitif d'oublie).

oublie

OUBLIE. n. f. Sorte de pâtisserie fort mince que l'on cuit entre deux fers. On roule ordinairement les oublies en forme de cornets. Marchande d'oublies. On dit plutôt aujourd'hui Plaisir. Marchande de plaisirs.

oublie

Oublie, goffre, et semblable qu'on baille aux petis enfans, Crustulum.

oublie


OUBLIE, s. f. OUBLIEUR, s. m. [Ou-blî-e, bli-eû: 2e lon. au 1er, 3e e muet: on ne prononce point l'r finale du 2d.] Oublie, est une sorte de pâtisserie, fort mince et roulée. "Mince comme une oublie. "Crier, jouer des oublies. = Oublieur, qui vend des oublies par les rûes. L'Acad. avait d'abord écrit oublieux: ensuite elle a écrit oublieur, en avertissant qu'on prononce oublieux.

Traductions

oublie

Hippe, Hohlhippe, Oblate