oubli

(Mot repris de oublis)

oubli

n.m.
1. Fait d'oublier, de perdre le souvenir de qqn, de qqch : Une actrice tirée de l'oubli anonymat, néant ; célébrité omission
2. Manquement aux règles, à des habitudes : L'oubli des bonnes manières inobservation, négligence ; respect
3. Défaillance de la mémoire, de l'attention : Un oubli bien compréhensible absence, étourderie

OUBLI

(ou-bli) s. m.
Perte du souvenir.
Enchanté par sa passion, et détourné par les affaires, il [David] laissait la vérité dans l'oubli [BOSSUET, Sermons, Prédicat. 2]
Et souvent, sans ces vers qui les ont fait connaître, Leur talent dans l'oubli demeurerait caché [BOILEAU, Sat. IX]
Oh ! d'un si grand service oubli trop condamnable ! [RAC., Esth. II, 3]
D'adorateurs zélés à peine un petit nombre Ose des premiers temps nous retracer quelque ombre ; Le reste pour son Dieu montre un oubli fatal [ID., Ath. I, 1]
Presque tous les événements sont précipités les uns par les autres dans un éternel oubli ; c'est une réflexion qu'on ne saurait trop faire [VOLT., Russie, Préf. hist.]
D'un éternel oubli ne tirez point les morts [ID., Sémiram. II, 7]
Déjà l'obscure nuit versait l'oubli des maux [DELILLE, Én. IX]
La merveilleuse illusion de l'oubli fait aller le monde [STAËL, Corinne, XVIII, 3]
Il n'y a point d'oubli pour les personnes d'une imagination forte [ID., ib. 6]
Ma bonne fée, au seuil du pauvre barde, Oui, vous sonnez la retraite à propos ; Pour compagnon, bientôt dans ma mansarde, J'aurai l'oubli, père et fils du repos [BÉRANG., Adieu, chansons.]
Tomber dans l'oubli, s'effacer de la mémoire des hommes.
N'oubliez pas d'insister plus que vous ne faites dans votre épître, sur la protection qu'on accordait aux persécuteurs de Corneille, et sur l'oubli profond où sont tombées toutes les infamies qu'on imprimait contre lui [D'ALEMB., Lett. à Voltaire, 8 sept. 1761]
Action d'oublier.
Oubli du monde et de tout, hormis Dieu [PASC., dans son amulette.]
Dans cet oubli profond et de Dieu et d'elle-même où elle ['âme] s'était plongée [BOSSUET, la Vallière.]
Jéhu, sur qui je vois que votre espoir se fonde, D'un oubli trop ingrat a payé ses bienfaits [de Dieu] [RAC., Athal. III, 6]
Lorsque Julien voulut mettre de la simplicité et de la modestie dans ses manières, on appela oubli de la dignité ce qui n'était que la mémoire des anciennes mœurs [MONTESQ., Rom. 17]
Mettre en oubli, perdre le souvenir.
Assez d'autres sans vous n'ont pas mis en oubli Par quelles cruautés son trône est établi [CORN., Cinna, I, 2]
Les premières douleurs sont mises en oubli [PASC., Prophéties, 33, éd. FAUGÈRE.]
Quoi !... Nous mettrons notre honneur et son sang en oubli ! Il est mort ; savons-nous s'il est enseveli ? [RAC., Mithr. I, 3]
Dont l'écrit froid et long, déjà mis en oubli, Ne fut jamais connu que de l'abbé Mably [VOLT., Ép. à Horace.]
Oubli des injures, l'action d'oublier les injures et de n'en garder aucun ressentiment. Oubli de soi-même, abnégation de ses intérêts, de ses droits. Oubli de ses devoirs, action de manquer à ses devoirs.
Je vois avec une amère confusion jusqu'où l'oubli du premier de mes devoirs m'a fait porter celui de tous les autres [J. J. ROUSS., Hél. I, 39]
Il se dit, dans un sens analogue, des personnes qu'on néglige.
....Nourrir dans son âme Le mépris de sa mère et l'oubli de sa femme [RAC., Brit. III, 3]
L'oubli de tous les droits né de l'oubli des dieux [DELILLE, Imag. I]
Acte d'oubli. Réparer un oubli.
J'oubliais mon amour, dit-il... ah ! oui, les hommes ont de ces oublis ; leur cœur et leurs sens peuvent agir séparément [Mme RICCOBONI, Jul. Catesby, Œuvr. t. I, p. 380, dans POUGENS]
Le fleuve de l'oubli, le Léthé (voy. ce mot).

HISTORIQUE

  • XIe s.
    Mais lui meïsme [il] ne vuet mettre en oubli [, Ch. de Rol. CLXXIII]
  • XIIIe s.
    Et ce qu'on voit ne doit estre en oubli [EUST. LE PEINTRE, dans Couci.]
    Or te voil dire et conseillier, Que l'amors metes en obli, Dont ge te voi si afoibli [, la Rose, 3031]
  • XVe s.
    Le jeune roy d'Angleterre ne meit pas en oubly le voyage qu'il devoit faire au royaume de France [FROISS., I, I, 52]
  • XVIe s.
    Tu bois le long oubli de tes travaux passez [DU BELLAY, VI, 8, recto.]
    Il a esté necessaire que Dieu eust ses registres authentiques pour y coucher sa verité, afin qu'elle ne perist point par oubli [CALV., Instit. 29]

ÉTYMOLOGIE

  • Provenç. oblit, obli ; catal. oblit, olvit ; espagn. olvido ; ital. oblio ; de oblitum, supin de oblivisci, oublier (voy. OUBLIER).

oubli

OUBLI. n. m. Manque de souvenir. Un profond oubli. Un long oubli. Un éternel oubli. Mettre en oubli. Ensevelir dans l'oubli. Tirer de l'oubli. Tomber dans l'oubli. Ses écrits sont condamnés à l'oubli. Celle action a sauvé son nom de l'oubli. Ne me sachez pas mauvais gré d'avoir manqué au rendez-vous, c'est un oubli, ce n'est qu'un oubli.

Il signifie aussi Négligence, manquement. L'oubli des conventions. Un moment d'oubli.

L'oubli de ses devoirs, L'action de manquer à ses devoirs.

Il signifie encore Pardon, renoncement. L'oubli des injures.

L'oubli de soi-même, Le renoncement à ses droits, à ses intérêts, à ses affections. Il a poussé l'oubli de soi-même jusqu'à s'immoler complètement pour les siens.

Poétiquement, Le fleuve d'oubli, Le fleuve qui, suivant les anciens, coulait dans les enfers et dont les eaux, disaient-ils, faisaient perdre la mémoire à ceux qui en buvaient. On l'appelle autrement le Léthé.

oubli

Oubli, Obliuio obliuionis, Obliuium obliuij.

Il a esté long temps en oubli, et qu'on ne faisoit aucune mention de luy, In obliuione diu iacuit.

Mettre en oubli, Memoria falli, Obliuisci, Dare obliuioni.

Mettre en oubli les injures, Conterere obliuione iniurias, Coquere iniurias.

Mettre en oubli ses faits, Obliuione obruere facta sua.

Estre mis en oubli, Obliuione extingui, In obliuionem adduci, In obliuione iacere, In obliuionem venire.

Faire que quelque chose ne vienne en oubli, Vindicare ab obliuione.

oubli


OUBLI, s. m. OUBLIER, v. act. et n. OUBLIEUX, EûSE, adj. [3e. é fer. au 2d, lon. aux 2 dern. ou-bli, bli-é, , eû-ze.] Oubli: manque de souvenir. Oublier, perdre le souvenir de... Oublieux, sujet à oublier facilement. "Long, profond, éternel oubli. Mettre en oubli. Tirer de l'oubli. "Vous êtes bien oublieux: elle est fort oublieûse. "Oublier sa leçon. = V. n. sans régime: il aprend aisément et oublie de même: ou avec les prép. de ou à et l'infinitif. Il y a quelque distinction à faire entre ces deux régimes. Oublier à, c'est perdre la facilité, que l'exercice et l'usage donait: en ne chantant, en ne dansant point, on oublie à chanter, à danser. Le second manque un défaut d'exactitude de mémoire: j'ai oublié de vous dire que, etc. = L'Acad. ne fait pas cette distinction, qui parait juste: elle dit indiféremment: j'avois oublié de vous dire, ou à vous dire que... Quelques Auteurs, ou par goût, ou par habitude, préfèrent à: "J'oubliois à vous dire que les Libraires me pressent fort de donner une nouvelle édition de mes ouvrages. BOIL. "J'oublois à vous dire que, etc. PLUCHE. "Il ne faut pas oublier à instruire le jeune curieux. Sc. des Méd. = Oublier, régit aussi que et l'indicatif. "Vous avez oublié que vous aviez promis de venir hier.
   OUBLIER, a plusieurs aûtres sens suivant les noms avec lesquels il s'associe. Oublier, laisser par inadvertance. "J'ai oublié mes gants, ma montre, etc. — Oublier ses parens, ses amis, négliger de leur rendre les devoirs de la parenté, de l'amitié. "Vous nous avez oubliés. = Oublier une injûre, une ofense; n'en conserver aucun ressentiment. — On dit aussi, l'oubli des ofenses, des injûres. = Oublier son devoir, le respect qu'on doit; y manquer. = S'oublier, ou oublier qui l'on est, se méconaitre. "Vous vous oubliez: la prospérité est caûse que l'on s'oublie. = S'oublier a deux aûtres sens: 1°. Oublier son devoir: il s'est oublié dans cette ocasion: 2°. Négliger ses intérêts: il s'oublie pour penser aux aûtres. "Il ne s'oubliera pas. Le Proverbe dit: bien fou, qui s'oublie. = * S'oublier de faire, pour oublier de faire, est un gasconisme. "Je me suis oublié de le faire. Dites: j'ai oublié, etc. = On dit, proverbialement, qu'une chôse, qu'une persone est mise au rang des péchés oubliés, pour dire qu'on n'y songe plus.
   Rem. 1°. Oubli n'a point de pluriel, même en vers: on dit, votre oubli, et non pas vos oublis, même en parlant à plusieurs persones. = 2°. Au futur et au conditionel, oublier est de trois syllabes seulement: les Poètes même retranchent souvent l'e muet dans l'ortographe de ce mot:
   Sans les remords afreux, qui déchirent mon coeur,
   Hiéron, j'oublirois qu'il est un ciel vengeur.
       Crébillon.
  Ah! Roxane jamais n'en oublira l'horreur.
      Follard.
= 3°. N'oublier rien pour, est une expression usitée et élégante: "N'oubliez rien pour le rendre juste, bienfaisant, sincère et fidèle à garder le secret. Télém. "Il n'oublie rien pour réussir. = 4°. * Autrefois on disait, s'oublier de, avec le regime des noms. "Il s'est oublié de son devoir. Charlev. "Dans leur malheur, elles ne s'étoient pas oubliées d'elles et de leur vertu. P. Rapin. "Cet ingrat, enivré des douceurs de sa nouvelle prospérité, s'oublie du bienfait et de son Auteur. La Ruë. "Le Nonce se mit dans une colère si forte, qu'il s'oublia même de la gravité de son caractère. Ce tour de phrâse est un peu vieux. Il étoit pourtant bon à conserver: on dit, il est vrai, dans ce sens, s'oublier tout seul et sans régime: mais le sens en est trop vague et avec le régime il est mieux marqué, outre que s'oublier ayant plusieurs sens, est quelque-fois équivoque.

Synonymes et Contraires

oubli

nom masculin oubli
4.  Perte de notoriété.
Traductions

oubli

Vergessenheitvergetelheid, (het) vergeten, nalatigheid, verzuimהישכחות (נ), העלם (ז), השכחה (נ), השתכחות (נ), נשייה (נ), שכחה (נ), שכחנות (נ), תהום הנשייה (ז), שִׁכְחָה, הַשְׁכָּחָהπαράλειψηoblivion, oversight, slipforgesodimenticanza, smemoratezza遺忘zapomnění망각Oblivion (ubli)
nom masculin
1. fait d'oublier l'oubli d'une promesse
2. être oublié de tous

oubli

[ubli] nm
(= fait d'oublier) l'oubli de qch → forgetting sth
l'oubli du passé → forgetting the past
L'oubli de cette obligation peut coûter cher → Neglecting this duty could cost you dear.
(cas d'oubli)oversight
C'est dû à un oubli → It's due to an oversight.
Il s'agit d'un oubli regrettable → It's an unfortunate oversight., It's a regrettable oversight.
un oubli bien excusable → a very forgiveable oversight
(= omission) (dans une liste, un texte)
Il y a trop d'oublis → There are too many omissions.
(= absence de souvenirs) → oblivion
le baume de l'oubli → the balm of oblivion
(hors de la mémoire collective)oblivion
tomber dans l'oubli → to sink into oblivion, to be completely forgotten
oubli de soi → self-abnegation
(pardon) [offense] → forgiveness