outré, ée


Recherches associées à outré, ée: correcteur, outrance

OUTRÉ, ÉE

(ou-tré, trée) part. passé d'outrer
Poussé au delà de la mesure.
Quoi ! tu veux me donner pour des vérités, traître, Des contes que je vois d'extravagance outrés ? [MOL., Amph. II, 1]
Ils [les rois] s'astreignent à certaines lois, parce que la puissance outrée se détruit enfin elle-même [BOSSUET, 5e avert. 56]
Nous avons vu la doctrine de Socrate, conservée par Phédon, accommodée aux mœurs du temps par Aristippe, et outrée par Antisthène [CONDIL., Hist. anc. III, 18]
Excessif, exagéré.
L'aveugle témérité et la peur outrée produisent les mêmes effets lorsque le péril n'est pas connu [RETZ, II, 123]
Il est bon de parler et meilleur de se taire ; Mais tous deux sont mauvais alors qu'ils sont outrés [LA FONT., Fabl. VIII, 10]
Quand l'absurde est outré, l'on lui fait trop d'honneur De vouloir par raison combattre son erreur [ID., ib. IX, 1]
Un air outré d'indifférence [SÉV., 9 mars 1672]
On a vu comme ses maximes outrées ont produit celles des calvinistes plus outrées encore [BOSSUET, Var. XV, § 122]
Grotius.... ne cessa de regarder le calvinisme comme une secte de gens emportés, et qui avaient introduit dans la chrétienté sur la matière de la grâce et du libre arbitre, non-seulement une doctrine outrée, mais encore des sentiments impies et barbares [ID., 2e instr. sur les passages, dissert. sur Grotius, I.]
Le seul Lucifer, évêque de Cagliari en Sardaigne, se sépara de l'Église par un zèle outré, à cause qu'elle conservait dans leurs siéges les évêques qui se repentaient de s'être laissé surprendre [ID., 2e instr. pastor. § 107]
Tout ce qui est outré dans les lois tend à la destruction des lois [VOLT., Polit et législ. Délits et peines, haute trahison]
Prusias est un peu comme les vieillards de comédie, qui prennent des résolutions outrées quand on leur a reproché d'être trop faibles [ID., Comm. Corn. Nicom. IV, 4]
Terme de beaux-arts. Se dit de l'exagération des formes, des ombres et des couleurs. Substantivement. L'outré.
Nous allons tomber en tout dans l'outré et dans le gigantesque ; adieu les beaux vers, adieu les sentiments du cœur, adieu tout [VOLT., Lett. d'Argental, 13 oct. 1769]
En parlant des personnes, qui passe la mesure.
Tertullien, le plus figuré, pour ne pas dire le plus outré de tous les auteurs [BOSSUET, 6e avert. 92]
M. Jurieu peut dire tant qu'il lui plaira, que saint Cyprien et saint Augustin étaient outrés sur l'unité [FÉN., t. II, p. 85]
Quels temps ont jamais été plus outrés sur tout ce qui fait la félicité des sens ? [MASS., Cérémon. de l'absoute, Ferv.]
Qui pousse les choses à outrance.
J'oserai seulement avec respect avertir les théologiens scolastiques de mesurer leurs expressions, de manière qu'ils ne donnent point de prise à des gens outrés [BOSSUET, Instr. sur les Ét. d'orais. III, 8]
Surchargé de travail, de peine.
Outrés du chaud et de la douleur de leurs plaies [VAUGEL., Q. C. 326]
Et le dedans du royaume a été outré tellement, que la dévastation est sensible d'année en année [D'ARGENSON, Mém. t. II, p. 366 (in-8°, 1860).]
Absolument. Surmené.
Ce vous eût été peu de gloire de mener à outrance un homme déjà outré et à qui la fortune a donné tant de coups que les moindres le peuvent abattre [VOIT., Lett. 52]
Le cheval de Beau-Chesne était outré, et il n'avait pu me suivre [RETZ, IV, 32]
Fig. Saisi, pénétré, en parlant d'un sentiment pénible. Outré de colère, de dépit.
Oranthe.... Le cœur outré de même ennui, Jura que, s'il mourait pour elle, Elle mourrait avecque lui [MALH., V, 19]
Mon cœur outré d'ennuis n'ose rien espérer [CORN., Cid, II, 3]
Quoi ! quand le cœur outré de sensibles atteintes.... [ROTR., Vencesl. I, 1]
La guerre qui s'échauffe tous les jours.... la crainte qu'on a des mauvaises nouvelles.... la désolation de ceux qui sont outrés de douleur [SÉV., 20 juin 1672]
Mis hors de soi, irrité.
Si bien qu'enfin outré de tant d'indignités [CORN., Pomp. II, 4]
La princesse est outrée de penser que le roi en est content, et qu'il le fera venir à la cour [SÉV., 499]
La fureur et la jalousie transportent les Juifs ; ils font des complots terribles contre saint Paul, outrés principalement de ce qu'il prêche les gentils [BOSSUET, Hist. II, 7]
Philomèle, au fond des forêts, Toujours de ses malheurs outrée.... Se plaignait à vous des affronts Que lui fit l'insolent Térée [CHAUL., à la duch. du Maine.]
Je t'écris sur ce sujet, parce que je suis outré d'un livre que je viens de quitter, qui est si gros, qu'il semblait contenir la science universelle ; mais il m'a rompu la tête sans m'avoir rien appris [MONTESQ., Lett. pers. 66]
Absolument.
Et dont le cœur outré brûle de vous détruire [TRISTAN, Mariane, IV, 6]
La veuve de Maître Paul est outrée [SÉV., 144]
J'étais d'autant plus outré que.... [J. J. ROUSS., Confess. VII]