outrément

OUTRÉMENT

(ou-tré-man) adv.
D'une façon outrée.
Chamillart était outrément brouillé avec le chancelier et avec son fils, et eux avec lui [SAINT-SIMON, 114, 251]
Cela lui parut un mystère dont il fut si outrément fâché que.... [STAAL, Mém. t. II, p. 192]
La crainte que j'ai qu'il ne s'ennuie outrément [Mme DU DEFFANT, Correspond. t. II, p. 109, dans POUGENS]

HISTORIQUE

  • XIIe s.
    Car il m'esteut [il me faut] partir outréement [absolument], Et desevrer de ma loial compaigne [, Couci, XXII]
  • XIIIe s.
    Et envoya li apostoles à mon seigneur Loeys, et li manda outréement que il vouloit que il s'en revenist [, Chr. de Rains, p. 157]
    Moult a Largece pris et los ; Ele a les sages et les fos [fous] Outréement [sans réserve] à son bandon [disposition] [, la Rose, 1147]
  • XVIe s.
    J'en rencontray quatre aultres en un coing de jardin, oultrement disputans et pretz à se prendre on poil l'ung l'aultre [RAB., Pant. V, 22]

ÉTYMOLOGIE

  • Outrée, et le suffixe ment.