outrager

(Mot repris de outragerait)

outrager

v.t.
Offenser vivement : Vous avez outragé un représentant de la force publique injurier, insulter

outrager

(utʀaʒe)
verbe transitif
offenser, blesser gravement qqn par des actes ou des paroles outrager un représentant de la loi

outrager


Participe passé: outragé
Gérondif: outrageant

Indicatif présent
j'outrage
tu outrages
il/elle outrage
nous outrageons
vous outragez
ils/elles outragent
Passé simple
j'outrageai
tu outrageas
il/elle outragea
nous outrageâmes
vous outrageâtes
ils/elles outragèrent
Imparfait
j'outrageais
tu outrageais
il/elle outrageait
nous outragions
vous outragiez
ils/elles outrageaient
Futur
j'outragerai
tu outrageras
il/elle outragera
nous outragerons
vous outragerez
ils/elles outrageront
Conditionnel présent
j'outragerais
tu outragerais
il/elle outragerait
nous outragerions
vous outrageriez
ils/elles outrageraient
Subjonctif imparfait
j'outrageasse
tu outrageasses
il/elle outrageât
nous outrageassions
vous outrageassiez
ils/elles outrageassent
Subjonctif présent
j'outrage
tu outrages
il/elle outrage
nous outragions
vous outragiez
ils/elles outragent
Impératif
outrage (tu)
outrageons (nous)
outragez (vous)
Plus-que-parfait
j'avais outragé
tu avais outragé
il/elle avait outragé
nous avions outragé
vous aviez outragé
ils/elles avaient outragé
Futur antérieur
j'aurai outragé
tu auras outragé
il/elle aura outragé
nous aurons outragé
vous aurez outragé
ils/elles auront outragé
Passé composé
j'ai outragé
tu as outragé
il/elle a outragé
nous avons outragé
vous avez outragé
ils/elles ont outragé
Conditionnel passé
j'aurais outragé
tu aurais outragé
il/elle aurait outragé
nous aurions outragé
vous auriez outragé
ils/elles auraient outragé
Passé antérieur
j'eus outragé
tu eus outragé
il/elle eut outragé
nous eûmes outragé
vous eûtes outragé
ils/elles eurent outragé
Subjonctif passé
j'aie outragé
tu aies outragé
il/elle ait outragé
nous ayons outragé
vous ayez outragé
ils/elles aient outragé
Subjonctif plus-que-parfait
j'eusse outragé
tu eusses outragé
il/elle eût outragé
nous eussions outragé
vous eussiez outragé
ils/elles eussent outragé

OUTRAGER

(ou-tra-jé. Le g prend un e devant a et o : outrageant, outrageons) v. a.
Offenser cruellement.
Tigre, assassine-moi du moins sans m'outrager [CORN., Poly. V, 3]
Qui se laisse outrager mérite qu'on l'outrage [ID., Héracl. I, 2]
Il reçut plusieurs blessures, et mourut généreusement pour sa patrie et pour un prince qui l'avait outragé [FLÉCH., Hist. de Théodose, I, 69]
Un discours trop sincère aisément nous outrage [BOILEAU, Sat. VII]
Oubliez-vous qui j'aime et qui vous outragez ? [RAC., Iphig. IV, 6]
Il [Dieu] entend les soupirs de l'humble qu'on outrage [ID., Esth. III, 4]
Jean Jacques est un malade de beaucoup d'esprit et qui n'a d'esprit que quand il a la fièvre ; il ne faut ni le guérir, ni l'outrager [D'ALEMB., Lett. à Voltaire, 9 avril 1761]
Insulter quelqu'un de paroles prononcées ou écrites. Ah ! c'est trop m'outrager.
- N'outragez plus les morts [CORN., Nicom. II, 3]
Croyez qu'il faut aimer autant que je vous aime, Pour avoir pu souffrir tous les noms odieux Dont votre amour le vient d'outrager à mes yeux [RAC., Iphig. III, 6]
Fontenelle, neveu très zélé du grand Corneille, et que d'ailleurs Racine avait outragé, nous a laissé un parallèle entre ces deux grands hommes, où il met son oncle fort au-dessus de son ennemi [D'ALEMB., Éloges, Despréaux, note 12]
Il se dit aussi des choses que l'on considère comme un outrage.
Non, je ne puis souffrir un bonheur qui m'outrage [RAC., Phèdre, IV, 6]
Fig. Porter une atteinte violente et odieuse.
Le duc d'Estrées est outré qu'un homme qu'il logeait généreusement ait ainsi blessé et outragé l'hospitalité [SÉV., 535]
Elle [Mme de Monaco] a été défigurée avant que de mourir ; son desséchement a été jusqu'à outrager la nature par le dérangement de tous les traits de son visage [ID., 20 juin 1678]
Ces spectres affamés, outrageant la nature, Vont au sein des tombeaux chercher leur nourriture [lors de la famine du siége de Paris] [VOLT., Henr. X]
J'ai de tous deux outragé la tendresse [ID., Enf. prod. III, 5]
Profaner.
Par lui, des fils d'Éli la brutale luxure Outragea le saint lieu, les lois et la nature [DELILLE, Parad. perdu, I]
Faire violence à une femme.
Ils [certains grands singes] sont très ardents pour les femmes, et assez forts pour les violer lorsqu'ils les trouvent seules, et souvent ils les outragent jusqu'à les faire mourir [BUFF., Quadrup. t. VII, p. 141]
S'outrager, v. réfl. Se faire réciproquement des outrages. Ils se sont outragés publiquement.

HISTORIQUE

  • XVe s.
    Si vous dy voirement que monseigneur en a conquis [vaincu] en cest an plus de cent, ne il ne cuydoit pas trouver chevalier qui d'armes l'en oultrageast [le surpassât] [, Lancelot du lac, t. II, f° 43, dans LACURNE]
  • XVIe s.
    Oultrager quelqu'un [AMYOT, Solon, 32]

ÉTYMOLOGIE

  • Outrage.

outrager

OUTRAGER. v. tr. Faire subir un outrage. Il m'a cruellement outragé. Il a été outragé dans son honneur.

Par extension, Outrager la pudeur. Outrager le bon sens, la raison.

Synonymes et Contraires

outrager

verbe outrager
1.  Faire outrage à quelqu'un.
2.  Littéraire. Porter atteinte à.
Traductions

outrager

הטיח דברים, עלב (פ')

outrager

ernstig beledigen, kwetsen, strijdig zijn (met)

outrager

offend

outrager

oltraggiare

outrager

[utʀaʒe] vt
[+ personne] → to offend deeply
[+ bonnes mœurs, morale] → to outrage, to insult