outre-passer

OUTRE-PASSER

(ou-tre-pâ-sé) v. a.
Aller au delà. Outre-passer une limite.
Fig. Aller au delà de ce qui est permis, autorisé, etc.
....Que, si les députés eussent passé outre, on eût été en droit de les désavouer comme gens qui auraient outre-passé leur pouvoir [BOSSUET, Var. XII, 24]
V. n.Terme de chasse. S'emporter au delà des voies, se dit en parlant des chiens. Terme de trictrac. Faire passer ses dames dans le petit jan de l'adversaire, quand le passage qu'il a emprunté est vide.

REMARQUE

  • Vaugelas pensait que outre-passer, déjà vieilli, tomberait tout à fait en désuétude ; heureusement son pronostic ne s'est pas vérifié.

HISTORIQUE

  • XIIIe s.
    [Elle] Ne put outre-passer, s'elle n'i passe à no [nage] [, Berte, XXXII]
  • XVIe s.
    Oultrepasser les bornes de la raison [AMYOT, Sert. 6]
    L'archer qui oultrepasse le blanc fault, comme celuy qui n'y arrive pas [MONT., I, 224]

ÉTYMOLOGIE

  • Outre 2, et passer.