pâlissant, ante

PÂLISSANT, ANTE

(pâ-li-san, san-t') adj.
Qui pâlit.
La mort, qui m'obéit, qui, prenant ma défense, Sur ce front pâlissant a tracé ma vengeance [VOLT., Mahomet, V, 4]
Des spectres pâlissants, de livides fantômes [DELILLE, Géorg. IV]
Dont la clarté devient plus faible.
Déjà du jour, seigneur, la lumière naissante Fait voir par son retour la lune pâlissante [ROTROU, Venceslas, IV, 3]
Je sens que de mes jours usés dans l'infortune Le flambeau pâlissant s'éteint et se consume [VOLT., Olymp. II, 2]
C'est au feu pâlissant des torches funéraires Que j'ai de mon hymen allumé le flambeau [M. J. CHÉN., Charles IX, I, 3]
J'aime à revoir encor, pour la dernière fois, Ce soleil pâlissant dont la faible lumière Perce à peine à mes pieds l'obscurité des bois [LAMART., Méd. I, 29]