pâturon

PÂTURON1

(pâ-tu-ron) s. m.
Partie du membre des mammifères ongulés (du cheval, par exemple) qui est située entre le canon et la couronne ; cette partie correspond aux premières phalanges de l'homme.
Le pansement du cheval doit avoir lieu depuis la pointe des oreilles jusqu'à la queue, et depuis le garrot jusqu'au pâturon [GENLIS, Maison rustique, t. I, p. 201, dans POUGENS]

HISTORIQUE

  • XVIe s.
    Les pasturons courts, moiennement eslevés, non trop couchés, pour n'estre sujets à broncher [O. DE SERRES, 300]

ÉTYMOLOGIE

  • Anc. franç. pasture, corde pour attacher les bêtes qui paissent (Le suppliant fiappa icellui Godart deux ou trois coups par le costé d unes cordes appelées pastures, 1460, DU CANGE, pasturale). De pasture, au sens de pré, vient pasture, corde pour attacher la bête qui paît, puis paturon, la partie où la pâture s'attache.

PÂTURON2

(pà-tu-ron) s. m.
Nom de plusieurs espèces de champignons comestibles et de grosses variétés de citrouilles ou de courges.

ÉTYMOLOGIE

  • Pâturer.

paturon

PATURON. n. m. T. d'Art vétérinaire. La partie du bas de la jambe d'un cheval, comprise entre le boulet et la couronne. Un cheval blessé au paturon.

paturon

Paturon de cheval, Suffrago, suffraginis.

paturon


PATURON, s. m. La partie du bâs de la jambe du cheval, entre le boulet et la courone. "Cheval blessé au paturon.