pécune

(Mot repris de pécunes)
Recherches associées à pécunes: pécule, pécuniaire

PÉCUNE

(pé-ku-n') s. f.
Terme vieilli et familier. Argent comptant.
Plein de courroux et vide de pécune, Léger d'argent et chargé de rancune [LA FONT., Papefig.]

HISTORIQUE

  • XIIe s.
    Resa li reis de Moab out mult de pecunie [, Rois, p. 351]
  • XIIIe s.
    Donques est cil larges et liberaus, qui use sa pecune convenablement [BRUN. LATINI, Trés. p. 284]
  • XVe s.
    Or est ainsy que, durant ma pecune, Je fus traité comme amy precieux [VILLON, Ballade.]
  • XVIe s.
    Mes amans fuiront toutes fortes cupiditez, memement la concupiscence de la pecune [, l'Amant resuscité, p. 109, dans LACURNE]

ÉTYMOLOGIE

  • Provenç. espagn. et ital. pecunia ; du lat. pecunia, argent, richesses, de pecus, bétail (voy. PÉCULE).

pécune

PÉCUNE. n. f. Argent comptant. Disette de pécune. Faute de pécune. Il est vieux.

pecune

Pecune, Pecunia pecuniae.

pécune


*PÉCUNE, s. f. Vieux mot, qui signifiait autrefois de l'argent. "Louis XII retira de grandes pécunes de la vente des Charges. Nicole-Gille, cité dans le Dict. de Trév.