pédant


Recherches associées à pédant: pédanterie

pédant, e

n. [ it. pedante, du gr. paideuein, enseigner aux enfants, de pais, paidos, enfant ]
Personne qui fait prétentieusement étalage de son savoir ; cuistre, poseur.
adj.
Se dit d'une personne pédante, de son comportement : Un conférencier pédant prétentieux doctoral

PÉDANT

(pé-dan) s. m.
Terme de mépris. Celui qui enseigne les enfants.
Et ne sais bête au monde pire Que l'écolier, si ce n'est le pédant [LA FONT., Fabl. IX, 5]
Tout ce que je fais a l'air cavalier ; cela ne sent point le pédant [MOL., Préc. 10]
On ne s'imagine Platon et Aristote qu'avec de grandes robes de pédants ; c'étaient des gens honnêtes et, comme les autres, riant avec leurs amis [PASC., Pens. VI, 52, éd. HAVET.]
Denys, chassé de Syracuse, à Corinthe se fait pédant [BÉRANG., Denys.]
Pédant, pédante, celui, celle qui, avec de médiocres lumières et peu de savoir-vivre, prend un air de suffisance, et fait un usage mal entendu de sa doctrine.
On peut aisément remarquer en ceux qu'on appelle pédants, qu'elle [la philosophie commune] les rend moins capables de raison qu'ils ne seraient s'ils ne l'avaient jamais apprise [DESCARTES, Principes, préface, 15]
Si vous le voulez prendre aux usages du mot, L'alliance est plus forte entre pédant et sot [MOL., Fem. sav. IV, 3]
Ce terme pédant est fort équivoque ; mais l'usage, ce me semble, et même la raison veulent qu'on appelle pédants ceux qui, pour faire parade de leur fausse science, citent à tort et à travers toutes sortes d'auteurs, qui parlent simplement pour parler et pour se faire admirer des sots [MALEBR., Rech. vér. II, III, 3]
La pédante au ton fier, la bourgeoise ennuyeuse [BOILEAU, Sat. X]
Penser peu naturellement et s'exprimer de même, s'appelait autrefois être pédant [VAUVENARGUES, Nouv. max. 61]
Les gens de lettres ne sont plus pédants, mais il y a beaucoup de pédants chez les gens du monde [ST-LAMB., Sais. IV, note 4]
Pédant, pédante, celui, celle qui est compassée, réservée, minutieuse dans des bagatelles. Faire le pédant.
Quelle pédante insupportable ! Charles Ier, moins pédant, mais aussi avide d'autorité que son père [RAYNAL, Hist. phil. XIV, 2]
Adj. Pédant, pédante. Ton pédant. Manières pédantes.
Je vis dans le fatras des écrits qu'il nous donne Ce qu'étale en tous lieux sa pédante personne [MOL., Femm. sav. I, 3]
Un jeune homme pédant est, à mes yeux, l'objet le plus complétement ridicule qu'on puisse rencontrer [GENLIS, Théât. d'éduc. le Voyageur, I, 3]

REMARQUE

  • On disait anciennement pédante, depuis on a dit pédant ; puis enfin on a dit pedan, et c'est comme on parle présentement, MÉNAGE. Pédant a repris le dessus.

HISTORIQUE

  • XVIe s.
    ....Ceux qui ont Leur sçavoir renfermé dans leur pedante estude [DESPORTES, Tombeau de Desportes.]
    Tantost des tyrans de Sicile il s'en faict des pedantes à Corinthe [MONT., I, 65]
    Quand on dit c'est un Johannes, cela vaut autant que ce que maintenant on appelle un pedant [H. EST., Apol. d'Hérod. p. 19, dans LACURNE]

ÉTYMOLOGIE

  • Ce mot, qui ne se trouve pas avant le XVIe siècle, vient de l'italien pedante, que Diez tire du grec, instruire, italianisé sous la forme pedare, d'où pedante.

pédant

PÉDANT. n. m. Terme dont on se servait pour désigner Ceux qui enseignent les enfants. Un pédant de collège. Les pédants ont gâté cet enfant.

Il se dit aujourd'hui de Celui qui fait étalage de son savoir et qui parle doctoralement. La morgue d'un pédant. Un pédant qui cite à tout propos ses auteurs.

Il se dit encore de Celui qui affecte de faire la leçon à tout le monde.

Dans les deux sens qui précèdent, il a un féminin : Pédante. Elle fait la pédante.

Il est aussi adjectif. Cet homme est bien pédant. Elle est très pédante.

Il se dit aussi de l'Air, du ton, des manières. Manières pédantes. Un air, un ton pédant.

pédant


PÉDANT, ANTE, adj. et subst. PÉDANTER, v. n. PÉDANTISER, v. n. PÉDANTERIE, s. f. PÉDANTISME, s. m. [1re é fer. 2e lon. 3e e muet au 2d et au 3e, é fer. au 4e.] Tous ces mots se disent de l'afectation de paraître savant, ou du défaut de parler d'un air trop décisif. "C'est un vrai, un franc pédant. "Cette femme est une pédante. "Air pédant, manières pédantes. "Cet homme ne fait que pédantiser. "Ce discours sent la pédanterie, le pédantisme. "Il y a de la pédanterie de se servir, dans le discours famil. de termes d'art, au lieu de ceux qui ont le même sens, et qui sont conus de tout le monde.
   Pédant et Pédanter, sont aussi des termes de mépris, en parlant des Régens et des Précepteurs. "Ce n'est qu'un pédant: il n'a fait toute sa vie que pédanter. = "L'usage, dit Mallebranche, et même la raison veut qu' on apelle pédants ceux qui, pour faire parade de leur fausse science, citent à tort et à travers toutes sortes d'Auteurs, qui parlent simplement pour parler et pour se faire admirer des sots, qui amâssent sans jugement et sans discernement des apophtegmes et des traits d'histoire, pour prouver ou faire semblant de prouver des chôses qui ne se peuvent prouver que par des raisons. — D'aprês cette définition, qui est três-juste, Mallebranche ne craint pas de dire que; "Montagne, tout cavalier qu'il est, ne laisse pas d'être aussi pédant que beaucoup d'autres."

Synonymes et Contraires

pédant

adjectif pédant
Qui étale son savoir.
doctoral, dogmatique, magistral, prétentieux, snob, suffisant -familier: pontifiant -littéraire: docte, fat, pédantesque.

pédant

nom pédant
Personne qui étale son savoir.
arrogant, cuistre, poseur, prétentieux, snob -familier: m'as-tu-vu, pontife -littéraire: magister.
Traductions

pédant

(pedɑ̃)

pédante

pedant, pedantic, know-it-allמליצי (ת), מְלִיצִיpedant, betweter, betweterig, pedanterikBanause, Klugscheißer, Pedant, Schlaumeierpedantepedanteboccadoro, saccente, saccentone, saputello, sputasentenzeбуквоед (pedɑ̃t)
adjectif
qui montre son savoir

pédant

[pedɑ̃, ɑ̃t] (péjoratif)
adjpretentious