pélagien, gienne

PÉLAGIEN, GIENNE1

(pé-la-jiin, jiè-n') adj.
Conforme à la doctrine du moine Pélage.
Quelle arrogance pélagienne pourrait se défendre contre ces paroles [de saint Augustin] ? [BOSSUET, Réfut. catéch. Ferry, I, II, 12]
Sans la grâce je ne puis vaincre la tentation, c'est un article décidé contre l'erreur pélagienne [BOURDAL., Carême, t. I, p. 198, Tentat.]
Substantivement.
La grâce sera toujours dans le monde (et aussi la nature).... et ainsi il y aura toujours des pélagiens, et toujours des catholiques, et toujours combat [PASC., Pens. XXIV, 12 ter.]
Les pélagiens, ne comprenant point cette vérité [que la nature est corrompue], ne pouvaient souffrir que l'on leur parlât de ce péché d'origine avec lequel nous naissons, et disaient que cela allait à l'outrage de la nature, qui est l'œuvre des mains de Dieu [BOSSUET, 1er sermon, Pâques, 1]
Semi-pélagiens, ou demi-pélagiens, hérétiques qui atténuaient le pélagianisme.
Les mitigations de Mélanchthon les avaient menés [les luthériens] peu à peu, des excès de Luther contre le libre arbitre, à ceux des semi-pélagiens qui l'outraient et renversaient l'idée de la grâce [ID., Dissert. sur Grotius, 1]
Le même Père [saint Augustin], secondé de saint Prosper son disciple, ferma la bouche aux demi-pélagiens, qui attribuaient le commencement de la justification et de la foi aux seules forces du libre arbitre [ID., Hist. I, 11]

PÉLAGIEN, GIENNE2

(pé-la-jiin, jiè-n') adj.
Terme d'histoire naturelle. Qui vit dans les profondeurs de la mer, qui fréquente la haute mer. Il se dit des poissons, des mollusques, etc par opposition à littoral, employé pour qualifier les espèces qui vivent très près des côtes ou sur la côte même.
La plupart des oiseaux pélagiens ne nous connaissent pas [BUFF., Morc. choisis, p. 300]

REMARQUE

  • L'expression plante pélagienne n'est pas admise, non plus que plante littorale, LEGOARANT.

ÉTYMOLOGIE

  • Lat. pelagus ; du grec, la haute mer.