pérégrin

PÉRÉGRIN

(pé-ré-grin) s. m.
Terme d'antiquité romaine. Étranger vivant à Rome, ou dans les pays soumis à sa domination, par opposition à citoyen romain.
Les textes épigraphiques qui établissent une relation entre les pérégrins et les frumentaires paraissent concluants à M. Naudet [DELAUNAY, Journ. offic. 9 fév. 1875, p. 1079, 3e col.]

ÉTYMOLOGIE

  • Lat. peregrinus (voy. PÈLERIN).

pérégrin

PÉRÉGRIN, INE. adj. T. de Jurisprudence. Qui est dans l'état de pérégrinité. Il s'emploie substantivement au masculin.

peregrin

Peregrin, c'est un qui vient d'estrange contrée. Il vient du Latin, Peregrinus, lequel vient de Peregre aussi Latin, qui signifie hors contrée, le François dit plus communément pelerin, pour l'aisée transmutation, qui est de R en L, et prent ce mot pelerin pour celuy qui par voeu se meut de son pays pour aller à quelque Eglise d'estrange contrée, et pelerinage pour tel voyage et errement, comme les pelerins et le pelerinage de sainct Jacques, de Hierusalem, d'autant que les seuls errans par pays estoyent telles gens vouées: mais les faulconniers retiennent encor la naïfveté de ce mot disans faulcon pelerin ou peregrin, pour le faulcon qui est errant et esvolé d'estrange et loingtaine contrée, comme d'oultre mer, lequel ils appellent aussi passager, parce qu'il tire pays de passage, ou bien parce qu'ils le prennent au passage d'oultre mer, Falcones peregrini, Falcones peregre volantes.